Les applications mobiles videos pour enfants arrivent

Je me rappelle avoir vécu l’intrusion du PC sous OS Windows 98 dans ma famille. C’était fin des années 1990. Un nouvel arrivant des plus plaisants à l’époque, pour nous, enfants que nous étions, mais qui ne nous était confié qu’avec mesure et autorité par mes parents (1h par jour maximum !), plutôt prudents sur le sujet. Je me rappelle également les débats houleux (toujours avec mes parents) qui faisaient rage régulièrement concernant l’utilisation des moyens de liens sociaux inédits qu’a permis le web : MSN puis l’apparition de Facebook. On en rigolerait maintenant quand on voit l’importance qu’ont pris les ordinateurs, tablettes et smartphones dans notre vie du quotidien et le nombre croissant d’utilisateurs de Facebook ou Twitter.

Alors promis, je ne raconterai pas ma vie dans cet article. Cependant, à chaque génération suffit sa révolution et ses changements dans la société. Pour les adultes, maîtres de leurs choix, c’est un mouvement à suivre, ou non. Pour les enfants, en revanche c’est une toute autre histoire ! Comment vivre la plongée dans ce monde qui nous ouvre grand les bras mais où la digitalisation et toutes les (r)évolutions sont conçues pour les adultes ?

Si je vous avais, ici-même, déjà présenté les premières solutions e-mail destinées aux enfants, c’est de vidéo qu’il sera question, car Vine et Youtube viennent tout juste d’annoncer leur lancement dans le secteur de la jeunesse.

Vine Kids, éveil video pour enfants ou attaque du marché des parents ?

L’application Vine, propriété de Twitter depuis 2012, permet de mettre en ligne des videos de 6 secondes qui tournent en boucle. Vous la postez par exemple sur votre compte twitter avec le commentaire de votre choix. Rencontrant beaucoup de succès auprès des adolescents et étudiants, l’application a décidé de décliner sa version aux « beaucoup » plus jeunes.

Vine Kids, qui est le nom de l’application repose sur un principe extrêmement simple. Vous téléchargez l’application pour votre enfant qui y a accès sans avoir besoin de créer un compte. L’enfant fait ensuite défiler autant de vidéos qu’il veut. Ces dernières sont diffusées par l’éditeur de l’application qui les contrôle donc toutes. L’enfant ne peut créer aucun contenu video ni publier comme c’est le cas avec la version pour adulte.

Vine Kids propose là une façon très simple mais originale d’initier les enfants, futurs appli addicts, aux rudiments de Vine. On pourra y voir pour les médisants une potentielle manière d’aller recruter des utilisateurs pour Vine sur un autre marché, pas celui des enfants mais celui des parents trentenaires pas encore séduits par le concept Vine !

Vine Kids 3collaboractifs

Youtube Kids, la plateforme de chaînes videos pour les plus jeunes

Une autre entreprise vient d’annoncer son lancement sur ce marché : Google via le site de partage de videos Youtube. En 2015, Youtube est un acteur incontournable de la video, même si certains, comme Facebook, essaient de lui mettre des bâtons dans les roues.

Sur Youtube, on trouve de tout, et donc également le « n’importe quoi » qui va avec. S’il devient très compliqué pour les parents de contrôler l’activité de leurs enfants sur ce type de plateformes, une initiation est à faire. Et c’est ce que veut proposer Youtube Kids. La plateforme qui sera uniquement disponible sous forme d’application dans un premier temps proposera des dessins-animés et des contenus adaptés aux plus jeunes. Youtube Kids pourra être contrôlée par les parents qui auront même la possibilité de limiter le temps passé par leurs enfants dessus en prévoyant une minuterie !

Lentement mais sûrement nous y venons. Le web et les nouvelles technologies pour les enfants deviennent un sujet d’importance et les choses bougent. Et c’est un bien car le web ne doit pas être pris à la légère. Il existe très probablement de nombreuses autres applications, plus anonymes, destinées aux enfants en bas-âge, mais force est de constater que l’effet de masse prend souvent le dessus dans les usages et que les jeunes n’en sont pas plus épargnés que les adultes. Google et Twitter commencent à s’armer en applications, peut-être serviront-elles à satisfaire les premières curiosités digitales de nos enfants !

Fabien Clouet  /  @fabienclouet

Le marketing digital et ses tendances en 2015

mark digital

Les marketeurs attirés de plus en plus par le digital ! 

D’après une étude réalisée par WBR Research au Royaume Uni, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, la moitié des décisionnaires marketing senior pensent que les investissements de leur entreprise dans le digital ne sont pas suffisants et 87% prévoient d’augmenter leurs dépenses sur le marketing mobile.

Les trois objectifs principaux dans le marketing digital sont la génération de ventes, l’acquisition de nouveaux clients et l’augmentation du trafic sur le site web.

Durant l’année 2015, les marketeurs français auront pour objectif principal de développer des activités multicanales avant même la génération de ventes. Ce marketing digital fait désormais partie intégrante de la stratégie marketing des marketeurs. Aujourd’hui, les campagnes digitales gagnent du terrain sur les autres canaux grâce à un ciblage nettement plus performant ce qui permet, d’après 8 marketeurs sur 10, un retour sur investissement plus important. Le mobile est plébiscité par les répondants de l’étude, ce qui explique l’explosion du marché des applications mobiles, mais très peu ont confiance en leur propre offre.

C’est pourquoi 87% prévoient d’augmenter leurs investissements dans ce secteur, car ils ressentent un déficit face à leurs concurrents. Nous pouvons remarquer une forte volonté des marketeurs de s’ouvrir à des nouvelles technologies même avant que le retour sur investissement soit prouvé. Les marques doivent être innovantes et être les premières à investir une nouvelle technologie, un nouveau réseau, c’est ce qui explique également l’intérêt des marques pour les réseaux sociaux en 2015. Après ce bref constat du marché du marketing digital et de son évolution future, prévoyons ensemble les tendances du marché en 2015.

Le contenu est roi

Aujourd’hui, les marques se doivent d’être performantes dans la création de leur contenus digitaux aussi bien pour leur référencement ou la gestion de leur image sur les réseaux sociaux. Même si l’image devient plus forte que les mots sur ces canaux, les marques se doivent d’être innovantes et intéressantes dans le fond et la forme. Le brand content restera donc une priorité des marketeurs pour le digital.

Des régies publicitaires diversifiées et performantes

A partir de 2015, les régies publicitaires auront à nouveau la côte. Google Adwords reste bien évidemment la plus connue, mais les marques devront néanmoins innover en investissant sur d’autres régies afin de diversifier leurs messages et leurs audiences. Les réseaux sociaux avec une audience importante tels que Facebook ou Twitter cherchent donc à développer de nouveaux outils pour attirer les marques sur leur régie publicitaire.
Durant l’année 2014, Facebook a notamment amélioré la performance de ses publicités ou encore investit dans une plateforme publicitaire multicanal tandis que Twitter a lui rendu visible le nombre de vues d’un Tweet ou a encore testé un bouton « click-to-call ». Un autre géant du Web, Amazon, propose un outil intéressant pour les sites marchands, facturé au clic elle permet de proposer ses produits sur l’interface d’Amazon pour finalement ramener les clients sur son propre site. Cette offre propose un fort retour sur investissement puisqu’il ne sera facturé que si vos produits suscitent l’attention d’un client potentiel.

Native advertising & data analyse

Pour 2015, le ciblage deviendra de plus important dans les publicités display afin d’intéresser et de proposer aux internautes une bonne expérience utilisateur. Le contenu publicitaire pourra donc être affiné selon les intérêts, les comportements de chacun grâce au retargeting et à un traitement plus performant des big et smart data.

Une stratégie multicanale

Comme démontré dans l’étude précédemment, le mobile sera le nouvel outil important des stratégies marketing. Il faudra obligatoirement se doter d’un site responsive ou avoir une propre version mobile. Cette présence sur smartphone et tablette permettra aux marques d’accompagner les utilisateurs sans casser l’expérience client.

Les objets de plus en plus connectés

Aujourd’hui, les objets connectés investissent toutes sorte d’activité. Les objets connectés peuvent être envisagées de différentes manières. La première étant de lancer sa gamme de produits connectés tel que babolat avec sa raquette connectée ou encore Ralph Lauren et son polo. Ces marques investissent dans de nouveaux produits high tech, tendance et qui propose une nouvelle expérience client. Toutes les marques n’ont pas pour vocation de créer des objets connectés mais elles peuvent tout de même intégrer ceux-ci au coeur de la stratégie de communication avec des actions spéciales qui interpelleraient les cibles. Les marques pourront également penser à intégrer les beacons à leurs actions de communication mais également sur leur point de vente pour enrichir encore plus l’expérience client.

La réalité augmentée : encore trop tôt ?

Deux géants du Web risquent de s’affronter cette année sur le marché de la réalité augmentée avec Google et ses google Glass et Facebook qui a fait l’acquisition de l’Oculus Rift en 2014. Cette technique reste encore trop confidentielle et non accessible à un trop grand nombre de personnes pour qu’elle fasse partie des tendances de 2015. Si les deux géants trouvent un angle d’attaque sur un marché plus important et avec une utilisation plus large, il est certain que cette technologie deviendra un élément très intéressant à intégrer dans les stratégies de communication pour les marques.

Je ne peux donc que vous encourager à réaliser une veille permanente et laisser libre cours à votre imagination pour intégrer toutes les nouvelles tendances à votre stratégie marketing.

Dimitri Marié – @dimitrimarie

Les réseaux sociaux en 2015 : l’image plus forte que les mots ?

Réseaux sociaux infographie 2014

2015 est arrivé, vive 2015 ! Chacun a reçu les vœux de ses proches mais, comme pour tout, il y en a qui ont dû en recevoir plus que d’autres. Et ça doit notamment être le cas des acteurs du Social Media. Dans un monde devenu ultra concurrentiel, il faut en effet prier un peu pour que la gloire arrive et/ou persiste (le travail, la réflexion, l’intelligence et l’argent faisant bien entendu partie également de la réussite). Les plus grands que sont Facebook, Youtube ou Twitter savent qu’il est important de se mettre à jour très régulièrement pour rester en haut de l’affiche.

En septembre dernier, je vous faisais déjà état des chiffres des réseaux sociaux, version 2014. Quatre mois après, et l’année 2015 commencée, voici les nouvelles données chiffrées, avec les évolutions enregistrées depuis septembre (entre parenthèse) :

Facebook

* 1 350 000 000 membres (+ 10%) dont 26 000 000 en France (+ 8%)
* 1,12 milliards actifs sur mobile
* 860 millions actifs chaque jours

Twitter

* 284 000 000 membres actifs (+ 18%) dont 2 300 000 en France (=)
* 500 000 000 tweets envoyés chaque jour
* Top tweet : selfie des oscars d’Ellen de Generes (2 000 000 de RT)
* Top compte : Justin Bieber (plus de 38 millions de followers)
* Top hashtag : #JesuisCharlie (plus de 6,5 millions d’utilisation)

LinkedIn

* 332 000 000 membres (+ 28%) dont 90 millions actifs chaque mois
* 2 nouvelles inscriptions effectuées par seconde
* âge moyen : 44 ans
* 1,5 million de groupes formés

Instagram

* 300 000 000 membres (+ 50%)
* 70 000 000 photos et vidéos postées chaque jour (+ 27%)
* 60 photos, 575 likes et 81 commentaires chaque seconde

Snapchat

* 100 000 000 membres actifs (+ 100%)
* Plus de 70% des membres ont moins de 25 ans !!

Tumblr

* 100 000 000 utilisateurs actifs
* 111,7 millions de blogs
* 75,8 millions de publications chaque jour

Pinterest

* 48 700 000 membres (+ 144%)
* utilisation majoritairement féminine (80 % des membres !)
* 1/3 des utilisateurs a entre 25 et 34 ans

Vine

* 40 000 000 membres
* 5 vidéos Vine partagées sur Twitter par seconde

Youtube

* 1 000 000 000 d’utilisateurs (ils ne sont pas forcément membres, contrairement aux autres réseaux sociaux)
* 4 000 000 000 vidéos visionnées chaque jour (=), dont 25% sur smartphones.

Mobiles… et images !

Les plus fortes évolutions concernent les réseaux sociaux portés sur la photographie (Instagram, Pinterest, Snapchat) qui donnent la part belle à notre monde, à nos passions et hobbies ou encore à notre quotidien. Les textes sont de plus en plus réduits car beaucoup ont compris que l’image était parfois plus significative que les mots, notamment par son côté universel (une image n’a pas besoin de traduction). Et c’est là où le hashtag devient un nouveau moyen d’expression car, rattaché à une photo ou une image, il permet de délivrer des messages bien plus forts. L’exemple le plus frappant est sans aucun doute celui du slogan « Je suis Charlie » qui est apparu à la fois sous forme d’image et de hashtag et qui s’est propagé à une vitesse phénoménale partout dans le monde.

La vidéo fait également parti de cette transformation vers l’imagerie. Outre Youtube et Vine, spécialisés dans le domaine chacun à leur façon, on voit apparaitre des fonctionnalités qui permettent de les mettre en avant sur les autres réseaux sociaux. Ainsi, quand Snapchat propose de plus en plus de Live regroupant les publications d’un seul et même événement, Facebook modifie son algorithme pour donner plus d’importance aux publications vidéos et  développe un nouveau type d’affichage des vidéos sur les pages professionnelles.

Enfin, l’instantanéité est un facteur prépondérant, surtout avec la montée en puissance des smartphones. Les utilisateurs voulant toujours plus de mobilité, les fonctionnalités doivent permettre d’avoir accès au contenu facilement et rapidement. Le monde du Social media est-il en train de vivre une nouvelle migration ? Le printemps nous donnera peut-être de nouveaux éléments de réponse…

Rafaël De Oliveira / @Raf_dragaozito

Twitter prépare 6 nouveautés pour 2015 !

500 ! C’est le nombre, en millions, de tweets publiés chaque jour sur le réseau social. Ce résultat, Twitter cherche à le communiquer au plus grand nombre pour montrer que sa plateforme n’est pas sur la pente descendante et qu’elle possède bien un potentiel suffisamment important pour attirer aussi bien de nouveaux utilisateurs que des annonceurs. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, voici que Twitter vient nous dévoiler 6 nouveautés majeures qui seront opérationnelles d’ici le début d’année 2015. Présentation.

1. Créez votre compte de manière plus intuitive

Afin de faciliter l’accès à Twitter, notamment pour ceux qui ne connaissent pas du tout ses intérêts et son fonctionnement, le module d’inscription va être repensé. Pour cela, Twitter va demander aux nouveaux membres de définir leurs points d’intérêts personnels et automatisera une sélection de comptes à suivre. Ainsi, plus besoin de passer des heures à rechercher les meilleurs Twittos, le réseau social le fait pour vous ! Les néophytes y gagneront en rapidité et facilité d’utilisation, Twitter en nombres de membres actifs (beaucoup de curieux s’inscrivent mais n’utilisent pas la plateforme faute de compréhension des fonctionnalités).

Twitter - création compte

2. Profitez d’un récap’ – While you were away – (Quand vous n’étiez pas là)

Depuis peu, Twitter commence à intégrer dans nos fils d’actualités des publications de personnes que l’on ne suit pas forcément. Contraire au principe de base du réseau social, cette évolution a été souhaitée pour améliorer la visibilité de certains tweets et permettre aux Twittos d’être informés sur les actualités qui fonctionnent le mieux. Pour renforcer ce changement, le site de micro-blogging nous annonce l’arrivée d’une fonctionnalité qui permettra de voir les meilleurs tweets postés pendant notre absence. A toute nouvelle connexion, on aura donc le droit à une sélection automatisée de type « best of ».

Twitter - While you were away

3. Partagez des vidéos directement via Twitter

Les vidéos sont de plus en plus présentes sur Twitter, principalement depuis l’intégration (et le succès) de Vine et des Gif animés, mais aucun outil ne permet encore d’insérer dans sa publication une vidéo directement via le réseau social. Alors, pour surfer sur la tendance, Twitter va proposer un espace de téléchargement direct de vidéos où l’on pourra même apporter certaines modifications : découpage ? textes ? filtres ? Nous n’avons pas encore toutes les réponses mais ce qui est sûr c’est que les réalisateurs en herbe apprécieront.

4. Localisez vos tweets !

Facebook et Instagram la possède déjà depuis un bon moment. Foursquare en a fait sa spécificité. La localisation des tweets est une fonction que les réseaux sociaux ont intégrée, excepté Twitter. Pour se mettre au même niveau que ses concurrents, le réseau social du gazouilli va laisser aux Twittos la possibilité d’associer des tags de localisation aux publications afin d’indiquer à quel endroit on se trouve. Rien de révolutionnaire en soi, mais il paraissait évident depuis un bon moment que c’était une fonctionnalité inévitable à ajouter.

Twitter - Localisation

5. Partagez vos tweets en DM (messages privés)

L’espace de messagerie privée n’est peut-être pas l’élément le plus utilisé par les membres de Twitter, mais il n’en reste pas moins intéressant pour certains acteurs, notamment pour prendre contact avec un de ses follower. Twitter a donc décidé de mettre à jour cet espace privé et il sera bientôt possible de partagez des tweets directement via des DM. Utile lorsque l’on veut communiquer une information à des personnes bien définies.

6. Utilisez de nouveaux outils publicitaires

Plusieurs nouveaux formats de publicités vont voir le jour dans les semaines à venir. Si le bouton « click-to-call » est envisagé depuis plusieurs mois déjà et devrait être enfin disponible, les annonceurs pourront également créer des sondages pour connaître les attentes de leurs clients. De plus, le ciblage des publicités devrait être amélioré de façon conséquente et laissera aux marques de plus amples possibilités d’actions.

Les vrais bénéficiaires ? … les annonceurs !

Les 6 fonctionnalités majeures présentées par Twitter vont permettre aux utilisateurs d’utiliser le réseau social de manière beaucoup plus intuitive avec des nouveautés qui tournent principalement autour de la création du tweet (localisation, vidéos) et de sa visibilité (« While you were away »). Mais est-ce vraiment le membre qui est le plus gagnant ? Je n’en suis pas si sûr. En effet, Twitter a choisi d’opter pour une stratégie de développement de son offre aux annonceurs et c’est dans cette direction-là que les principales modifications de réseau social tendent ces dernières semaines. Si l‘outil analytics récemment mis à jour en est une preuve certaine, tout est fait pour que les annonceurs gagnent en visibilité et en capacité d’analyse de leur cible. Tiens, tiens, ne serait-ce pas une stratégie vue récemment chez le concurrent Facebook ?

Rafaël De Oliveira / @Raf_Dragaozito

Ello, un réseau social viable ?

2344278-ello-un-concurrent-de-choc-pour-facebook

Ello, le nouveau réseau social qui se décrit comme l’anti-facebook est un nouveau réseau social pour lequel la toile s’enflamme. Ce réseau social promet qu’il ne récolte pas les données de ses usagers et ne leur impose aucune publicité. Avec les déboires juridiques et les critiques de Facebook ou encore de Google à ce sujet avec la création d’un droit à l’oubli, des politiques qui désirent que Google rende public son algorithme ou encore des groupes de particuliers qui portent plainte contre le géant des réseaux sociaux. Ce mode de fonctionnement est très hédoniste et en vogue mais il est normal de s’interroger sur la façon dont ses fondateurs pourront développer une économie via ce projet ?

Un réseau social design encore trop minimaliste

Ce réseau social a été imaginé par sept artistes et programmeurs qui imaginent une autre voie pour un réseau social et ses utilisateurs. Comme sur Facebook et Twitter, on crée sa page profil, on s’abonne à des comptes, on navigue sur un fil d’actualité, on commente. Ello présente un point très positif qui est de filtré son fil d’actualité. Dans sa conception, il a été imaginé une double lecture possible : Friends et Noise (bruit). Ce réseau social est présenté comme «Minimaliste » en raison d’un design «épuré» et de sa modernité Les pages ont un vrai look vintage, avec des caractères typés machine à écrire à l’ancienne. Il est aussi parfois caractérisé de réseau social un peu hipster, ce qui peut déconcerter un bon nombre de personnes. Mais un gros point négatif existe dans cette première version, vous ne pourrez pas poster de vidéos. En sachant que ce post explose sur les réseaux, on peut penser qu’Ello va devoir innover sur ce point pour permettre d’en diffuser.

Pour le moment, ce réseau social n’est disponible qu’en version bêta, vous ne pourrez vous inscrire que sur l’invitation de vos amis ou en demandant une invitation sur la page d’accueil. Il y a quelques jours encore, 35.000 personnes par heure auraient tenté d’adhérer à Ello. Même avec sa version bêta, Ello réussi à attirer de nombreux membres, peut être aussi par curiosité. Mais espérons que cette version bêta permette aux fondateurs d’intégrer de nouveaux modules et fonctionnalités qui permettront à chacun de trouver son bonheur sur ce réseau.

Un véritable anti-facebook ?

Ello travaille actuellement pour développer un bouton « love »… On remarque que les créateurs calquent leur développement sur l’image d’un anti-facebook en tentant de développer des similitudes avec le réseau de Mark Zuckerberg. Cette stratégie peut être bénéfique car beaucoup d’internautes regrettent l’augmentation des publicités sur Facebook, de leur suivi sur le web.
Ils cherchent donc à prendre le contre pied sur les géants des réseaux sociaux et leur business models tournés sur la publicité et l’exploitation de données personnelles. Les créateurs ventent le côté propre de leur réseau social mais il ne faut pas rêver, il est évident que celui-ci aussi collecte des informations sur ses membres comme la localisation, la langue utilisée, le temps passé sur le réseau et les partages des utilisateurs, ceci selon eux dans le but d’améliorer les services de la plateforme…. Lors des réglages, vous pouvez choisir de désactiver le suivi de vos données sur Analytics, une très bonne chose pour un grand nombre de personnes. Cependant, le réseau social permet également de pouvoir supprimer notre profil mais mentionne, dans ses conditions d’utilisation, qu’il « se réserve le droit de sauvegarder votre contenu, même après qu’il soit supprimé ou après que vous supprimez votre compte ». La question est pourquoi ? Pourquoi ce réseau social ne dit exploiter les données personnelles seulement pour améliorer leur services aux utilisateurs et que lorsqu’on souhaite quitter Ello, celui-ci se garde le droit d’enregistrer nos données…

D’après le fondateur d’Ello, un réseau social doit être « Une plateforme où les interactions et les relations entre les gens ne sont pas considérées, ni conçues, à des fins mercantiles. » Si il dit vrai, alors aucune information ne sera vendue à des publicitaires sur ce réseau social. Nous pouvons donc nous demander comment les créateurs vont ils parvenir à développer leur business.

Quel développement pour perdurer ?

Au mois de mars, le site a levé 343.000 euros auprès de la société américaine FreshTracks Capital. Il serait donc évident de se demander pourquoi une société de capital risque investirait dans une telle entreprise si celle-ci n’avait pas vocation à développer des bénéfices. En effet, ce genre de société n’a pas pour but d’aider des entrepreneurs à développer leur projet, elle cherche un retour sur investissement et si possible rapidement et fort. Comment Ello pourra répondre aux attentes de ces investisseurs si elle n’est pas capable de développer un business model important et viable ?
Le réseau social répond à cette question par la future création de services premium qui pourrait suffire à conserver un site sans publicité. Cette idée est très bonne si elle réussie mais Facebook et les autres réseaux sociaux ont démarré sans publicité mais on été contraints de développer de la publicité au fur et à mesure de leur développement et surtout de l’arrivée de nouveaux actionnaires.

Sur la question de nouveaux actionnaires, Paul Budnitz, explique que les 343.000 euros ont été investis par des gens qui partagent complètement ses idéaux et ses objectifs. L’ investisseur principal est son voisin d’en face dans le Vermont. Il ne s’agirait pas d’un investisseur qui cherche à gagner des millions à travers Ello, en imposant des méthodes agressives de développement. P. Budnitz ne cesse de répéter que son but et celui de son équipe est d’être fidèle à leurs principes et de construire un environnement cohérent.
Au-delà du développement financier, son créateur a une plus grande ambition avec Ello. En effet, il se bat contre l’idée qu’un réseau social devrait exploiter les données personnelles à des fins commerciales et souhaite avec sa création « changer le monde en s’opposant à cette logique ».

Paul Budnitz : Un patron qui souhaite changer le monde

Paul Budnitz est déjà un homme d’affaire qui possède deux entreprises. La première de vélos haut de gamme et l’autre de jouets qui fabrique des figurines Kidrobot. Selon son site, il serait un homme qui « conçoit et développe des objets qui changent le monde ». On retrouve encore cette idée de vouloir changer le monde, bouger les codes. Lorsque je me suis intéressé à ce nouveau réseau social, j’étais très sceptique quant à la façon dont il se positionnait sur le marché des réseaux sociaux et sur son discours de zéro pub. Connaissant son directeur, je le suis moins car il connaît la gestion d’entreprise et n’est pas seulement un artiste utopiste. Seul la personnalité et les compétences de son PDG me permettre (faiblement tout de même) en un possible développement de ce réseau social et surtout dans le fait de tenir l’engagement zéro publicité. En effet, si un entrepreneur chevronné qui réussi à faire investir une société capital risque tout en affirmant qu’il ne basera jamais son business model sur de la publicité, il y a deux possibilités : soit il souhaite faire le buzz pour attirer beaucoup de monde, soit il est persuadé être capable de créer un nouveau business model dans le monde des réseaux sociaux.

Quelques statistiques sur l’utilisation d’Ello

Ce réseau social qui rencontre un succès médiatique intrigue. Pour le moment, les fondateurs du réseau n’ont communiqué aucune statistique sur l’utilisation de ses membres. Mais RJMetrics a analysé les habitudes d’un panel de 160.000 membres pour connaître l’utilisation faîte de ce nouveau réseau social. De cette analyse, nous pouvons remarquer quelques statistiques intéressantes :

  • 36% des inscrits sur Ello n’ont jamais posté sur le réseau social
  • 27% ont posté plus de 3 publications
  • 6 jours après l’inscription, 80% des membres ne sont plus actifs
  • En moyenne, les utilisateurs actifs ont posté 8,3 publications

Ello connaît un développement correct si on se réfère à celui de ses prédécesseurs comme Twitter qui en 2009, avait également 80% des membres qui n’étaient plus actifs, 6 jours après l’inscription. En 2011, Instagram connaissait même un bien moins succès avec seulement 800 nouveaux utilisateurs chaque heure.

Mais ce constat me laisse perplexe quant à la suite du développement de ce nouveau réseau social. En effet, à ces périodes, les prédécesseurs connaissait un développement similaire voir moins bon mais une fois développé et plus fort, ceux-ci ont cherché à créer des offres pour les publicitaires. Si le fondateur affirme qu’il ne pratiquera jamais la publicité sur les membres pourquoi ne pas le croire ? Même si cela paraît très difficile, attendons de voir si les créateurs seront capables de créer un tout nouveau business model viable pour un réseau social.

Dimitri Marié – @dimitrimarie