Opitrip révolutionne la manière d’organiser son voyage

Opitrip Pentalabbs Economie Collaborative Tourisme Voyage

Pour débuter la semaine je vais vous faire découvrir une plateforme web made in Orléans créée par Loïc Geoffroy et son frère Ludovic, spécialistes de l’économie numérique et du commerce en ligne : Opitrip !

Une vision large des offres de l’économie collaborative pour le consommateur

L’idée d’Opitrip, née à l’été 2014, ne serait mieux expliquée que par son créateur lui-même, Loïc Geoffroy. Il nous raconte comment a émergé son idée.

« Avec des amis, nous recherchions un logement pouvant accueillir 15 personnes à proximité de la mer dans le sud de la France. Nous avons alors commencé notre recherche sur un seul site (donc un seul onglet ouvert sur notre navigateur internet). Mais ne trouvant pas le logement correspondant à notre recherche, nous avons rapidement ouvert plusieurs onglets avec les différents acteurs de la location de logements entre particuliers. Nous n’arrêtions pas de jongler entre les différents onglets afin d’avoir la localisation, le tarif, les services proposés ou encore simplement pour comparer les photos du logement.

Durant notre recherche, nous nous sommes fait la réflexion suivante : « pourquoi ne pas regrouper tous les sites pour simplifier la recherche ? »

Très branchés sur l’économie collaborative, les deux frères sautent sur l’occasion. Car si la consommation collaborative explose actuellement, quel regard le consommateur peut-il porter sur les plateformes web qu’il utilise ? Les initiés et les curieux se débrouilleront pour trouver plusieurs sites web afin de comparer. Mais les non-initiés s’orienteront directement vers les sites leaders, qui ne seront peut-être pas les plus adaptés pour la démarche entreprise.

Loïc et Ludovic Geoffroy décident donc de créer Opitrip pour offrir au consommateur le choix du moyen de transport, ou de l’hébergement qu’il va louer sur les plateformes collaboratives !

Aujourd’hui Opitrip c’est :

  • 2 millions de propriétés disponibles
  • 100.000 destinations plus alléchantes les unes que les autres
  • 100.000 propositions de covoiturages en Europe
  • 20.000 voitures disponibles à la location en France
  • le prix national du concours Talents BGE remporté au mois de Novembre 2015. 

Le kayak de l’économie collaborative ?

Pour situer l’offre d’Opitrip auprès des personnes non-adeptes de l’économie collaborative, Loïc Geoffroy prend régulièrement de kayak.fr une plateforme web qui permet de comparer les tarifs des billets d’avions des différents compagnies aériennes.

Grâce à son moteur de recherche, Opitrip vous propose des solutions de week-end ou vacances malignes qui combineront transports et hébergements.

Leur ambition, à terme, est très simple : devenir une agence de voyage collaborative, répondre au problème du déplacement des particuliers grâce aux particuliers. Le site comprendra des services tels que la location de voiture, l’hébergement, le repas chez l’habitant et même la rencontre de guides locaux.

Pour ceux qui n’ont pas encore testé Opitrip, je vous laisse découvrir les 10 étapes clés de la navigation sur le site pour préparer votre week-end !

1 • Je me connecte sur WWW.OPITRIP.COM

2 • Je crée un compte en quelques secondes

3 • Je tape ma destination et j’ai une vue d’ensemble pour trouver un co-voiturage

4 • Je sélectionne l’offre qui me correspond

5 • Je suis redirigé vers le site partenaire

6 • Je valide l’achat de mon offre

7 • Je reviens sur WWW.OPITRIP.COM

8 • Je tape ma destination et j’ai une vue d’ensemble pour trouver un hébergement

9 • Je sélectionne l’offre qui me correspond

10 • Je suis redirigé vers le site partenaire et je valide l’achat de mon offre.

Mais le mieux reste encore de se rendre sur le véritable site d’Opitrip ! En bref, avec une économie collaborative en plein essor et un nombre de partenaires qui grandit alors que la version beta n’a été lancée qu’en décembre dernier, Opitrip souhaite grandir vite, et c’est tout ce qu’on souhaite à Loïc et Ludovic Geoffroy !

Levée de fonds, incubation : Opitrip se développe !

services for equity Pentalabbs Opitrip

Depuis 1 mois, les fondateurs d’Opitrip travaillent leur première levée de fonds et améliorent leur service grâce à leur incubation chez Pentalabbs, l’incubateur de Pentalog.

Pentalabbs a choisit d’investir dans cette startup sous la forme du « services for equity » (qu’est ce que c’est ?)
Tout simplement, Pentalabbs rentre au capital de la startup au montant de la prestation effectuée pour celle-ci.
Aujourd’hui, l’incubateur apporte une puissance technologique, des prestations digitales et une expertise en marketing mais aussi une expérience, un savoir faire et un réseau pour permettre l’accélération du développement de la startup.

Les équipes techniques devraient commencer le travail dès le mois de Janvier 2016. Nous suivrons donc l’évolution du site et de son développement marketing avec intérêt.

De belles ambitions pour 2016

L’année 2016 sera importante pour Opitrip puisque la plateforme souhaite atteindre 35 sites partenaires pour augmenter son trafic. Ces partenaires lui permettront également de proposer de nouveaux services et en plus grand nombre.

Les fondateurs d’Opitrip se sont fixé pour objectif le chiffre de 15.000 visites mensuelles.

Enfin, l’incubation permet à Opitrip d’envisager une internationalisation (Grande Bretagne, Espagne…) et donc un enrichissement de son nombre de partenaires et forcément de son trafic.

De beaux projets en perspective pour la startup !!

Fabien Clouet  /  @fabienclouet

Mis à jour le 16/12/2015 par Dimitri Marié / @dimitrimarie

Good-Spot : l’autre regard sur le monde !

Good Spot 3collaboractifs

Partager son repas, son appartement, sa voiture, sa machine à laver, ses compétences en bricolage ou ses outils, tout ça se fait déjà dans l’économie collaborative avec plus ou moins de succès selon les domaines. Ce phénomène de société qu’est de faire des économies avec ses biens matériels commence à ne plus en être un, il rentre dans les mœurs. Mais qu’en est-il de celui qui consiste à partager sa matière grise ? Si quelques projets sont entrepris en co-création comme sur la plateforme américaine Quirky, l’avènement de ces pratiques n’est pas encore complètement intégré. On voit tout de même quelques bonnes idées qui commencent à émerger, et aujourd’hui c’est du côté de la culture et du tourisme que nous allons pour trouver un « Good Spot » !

Good-spot.com, l’économie collaborative du tourisme

Beaucoup d’idées de start-up nous viennent des Etats-Unis, c’est vrai, mais la France aussi porte ses projets novateurs : Good-Spot en est un exemple concret ! L’entreprise créée fin 2012 par David Rouxel nous vient tout droit de Dinan, en Bretagne. Enfin « tout-droit », plutôt avec des détours car son créateur est un vrai voyageur ayant vécu à San Francisco ou encore au Japon. De retour dans sa ville d’origine, il décide de mettre à profit ses compétences dans le web en lançant Good-Spot. Son concept est simple : mettre en relation les voyageurs et touristes aux locaux, éventuels guides, pour une expérience enrichissante dans tous les sens du terme !

Les utilisateurs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, mettent donc à contributions toutes leurs connaissances des patrimoines locaux, leurs passions, leurs métiers ou leurs compétences dans des domaines techniques pour proposer aux touristes des expériences inédites, non-offertes par les organismes de tourisme locaux. Voyage au cœur des lacs de Plitvice en Croatie, atelier de bijoux marins à Dinan, randonnées pédestres vins et gastronomies autour de Porto, les possibilités d’expériences sont multiples et présentes dans différents lieux à travers notre monde. L’entreprise bretonne recense déjà près de 5 000 membres répartis à travers une soixantaine de pays, et sa croissance forte devrait lui permettre d’accroître rapidement le nombre de membres de sa communauté.

Good Spot 3collaboractifs 2

Des Greeters à la plateforme mondiale

Ce phénomène qui consiste à faire du tourisme avec des habitants locaux n’est pas nouveau, l’association Greeting créée en 1992 à New-York tendait déjà à faire le lien entre les touristes et les Greeters, guides bénévoles. Mais les aspirations actuelles de l’économie collaborative donnent des idées toutes autres de développement. Le service proposé sur good-spot.com est payant, estimé par le « guide » lui-même. Cela n’a pas que des inconvénients puisque le paiement par le web et l’identification certaine des interlocuteurs tend à transmettre plus de confiance et de sécurité.

Pour la suite, les deux axes de développement de la start-up sont l’internationalisation de la plateforme (et donc sa déclinaison dans différentes langues), ainsi que le référencement des offres sur les moteurs de recherche qui permettent une meilleure visibilité pour les touristes. Pour ça Good Spot devrait se lancer au Canada en Amérique du Sud et en Asie. La plateforme a déjà été adaptée en anglais et en espagnol mais David Rouxel souhaite rapidement proposer le site en italien et en allemand. Pour son internationalisation, Good Spot espère trouver des ambassadeurs dans différents pays qui seront à la fois des utilisateurs de la plateforme et des personnes qui pourront « vendre » Good Spot aux habitants locaux.

Parallèlement à cela, l’entreprise a obtenu en mars dernier le « Travel d’Or » dans la catégorie « jeunes pousses » des prix spéciaux du jury. Une reconnaissance de la part de la profession qui n’est pas un hasard aux yeux du démarrage entrevu par cette start-up qui vient de fêter il y a 2 jours ses 18 mois d’existence.

Développer l’image de son territoire, gagner de l’argent ou encore vivre une expérience unique, c’est en un clic, le tout pour voir le monde depuis un « Good Spot » !

Fabien Clouet