La Saint Valentin, un argument de vente pour l’économie collaborative !

Samedi 14 février, c’est la Saint Valentin ! Vous savez c’est cette fameuse journée où l’on fête les amoureux du monde entier. Une journée qui, pour beaucoup, est l’occasion d’avoir une petite attention pour son double, d’offrir un cadeau romantique, de commander un bouquet de fleurs plus imposant que jamais, ou encore de prévoir une soirée de type diner aux chandelles et petits plaisirs gourmands…

Mais, tout le monde le sait, la Saint Valentin c’est avant tout une fête ultra-commerciale qui permet de vendre. Ainsi, les produits cosmétiques, les fleurs, les bijoux, ou encore les box de voyages sont autant de produits plébiscités par les plus grands romantiques d’entre nous. Les offres fleurissent de toutes parts et tous les secteurs d’activités peuvent y trouver leurs comptes, l’économie collaborative en tête !

Le collaboratif au profit du bonheur des couples

L’économie collaborative regroupe tellement de possibilités (échanges ou partages de biens, de services, d’activités…) qu’elle est forcément touchée par cette tradition valentine. En effet, le partage et la location d’habitations entre particuliers peuvent trouver en cet événement un moyen d’attirer des couples souhaitant passer une soirée d’exception dans des lieux authentiques, ou tout simplement hors de leur cadre habituel. D’autres, comme les services entre particuliers peuvent être l’occasion de faire garder ses enfants par une baby-sitter, ou faire faire une jolie décoration de table par un voisin décorateur d’intérieur.

Alors il est vrai qu’en France, le partage entre particuliers commence seulement à rentrer dans les mœurs et que le réflexe collaboratif n’est pas encore à son apogée, encore moins lorsque l’on souhaite faire plaisir à sa moitié. Mais les acteurs de la consommation collaborative l’ont compris : la Saint Valentin reste un jour prisé par les couples et il est, semble-t-il, primordial de l’intégrer dans sa stratégie de communication pour booster ses ventes et surtout ne pas passer à côté de cette opportunité que leur offre le calendrier.

Quand Cupidon s’empare de la consommation collaborative

Campagnes spéciales Saint Valentin, coffrets cadeaux ou simples tweets, tous les moyens sont bons pour communiquer sur cette journée particulière. Pour illustrer tout cela, je vous propose un petit florilège des offres Saint Valentin que les acteurs de la « sharing economy » ont créées pour l’occasion.

— La Ruche Qui Dit Oui : un bouquet de « pleurotes roses »

Bouquet de pleurotes roses - La Ruche Qui Dit Oui

 

— Petitsjobs.fr : « cherche babysitting pour soirée en amoureux »

 

— Zilok : un programme « 100% location » pour la Saint Valentin ->

 

— Airbnb : la mise en avant d’annonces « dépaysantes »

Rafaël De Oliveira / @Raf_dragaozito

Le marketing digital et ses tendances en 2015

mark digital

Les marketeurs attirés de plus en plus par le digital ! 

D’après une étude réalisée par WBR Research au Royaume Uni, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, la moitié des décisionnaires marketing senior pensent que les investissements de leur entreprise dans le digital ne sont pas suffisants et 87% prévoient d’augmenter leurs dépenses sur le marketing mobile.

Les trois objectifs principaux dans le marketing digital sont la génération de ventes, l’acquisition de nouveaux clients et l’augmentation du trafic sur le site web.

Durant l’année 2015, les marketeurs français auront pour objectif principal de développer des activités multicanales avant même la génération de ventes. Ce marketing digital fait désormais partie intégrante de la stratégie marketing des marketeurs. Aujourd’hui, les campagnes digitales gagnent du terrain sur les autres canaux grâce à un ciblage nettement plus performant ce qui permet, d’après 8 marketeurs sur 10, un retour sur investissement plus important. Le mobile est plébiscité par les répondants de l’étude, ce qui explique l’explosion du marché des applications mobiles, mais très peu ont confiance en leur propre offre.

C’est pourquoi 87% prévoient d’augmenter leurs investissements dans ce secteur, car ils ressentent un déficit face à leurs concurrents. Nous pouvons remarquer une forte volonté des marketeurs de s’ouvrir à des nouvelles technologies même avant que le retour sur investissement soit prouvé. Les marques doivent être innovantes et être les premières à investir une nouvelle technologie, un nouveau réseau, c’est ce qui explique également l’intérêt des marques pour les réseaux sociaux en 2015. Après ce bref constat du marché du marketing digital et de son évolution future, prévoyons ensemble les tendances du marché en 2015.

Le contenu est roi

Aujourd’hui, les marques se doivent d’être performantes dans la création de leur contenus digitaux aussi bien pour leur référencement ou la gestion de leur image sur les réseaux sociaux. Même si l’image devient plus forte que les mots sur ces canaux, les marques se doivent d’être innovantes et intéressantes dans le fond et la forme. Le brand content restera donc une priorité des marketeurs pour le digital.

Des régies publicitaires diversifiées et performantes

A partir de 2015, les régies publicitaires auront à nouveau la côte. Google Adwords reste bien évidemment la plus connue, mais les marques devront néanmoins innover en investissant sur d’autres régies afin de diversifier leurs messages et leurs audiences. Les réseaux sociaux avec une audience importante tels que Facebook ou Twitter cherchent donc à développer de nouveaux outils pour attirer les marques sur leur régie publicitaire.
Durant l’année 2014, Facebook a notamment amélioré la performance de ses publicités ou encore investit dans une plateforme publicitaire multicanal tandis que Twitter a lui rendu visible le nombre de vues d’un Tweet ou a encore testé un bouton « click-to-call ». Un autre géant du Web, Amazon, propose un outil intéressant pour les sites marchands, facturé au clic elle permet de proposer ses produits sur l’interface d’Amazon pour finalement ramener les clients sur son propre site. Cette offre propose un fort retour sur investissement puisqu’il ne sera facturé que si vos produits suscitent l’attention d’un client potentiel.

Native advertising & data analyse

Pour 2015, le ciblage deviendra de plus important dans les publicités display afin d’intéresser et de proposer aux internautes une bonne expérience utilisateur. Le contenu publicitaire pourra donc être affiné selon les intérêts, les comportements de chacun grâce au retargeting et à un traitement plus performant des big et smart data.

Une stratégie multicanale

Comme démontré dans l’étude précédemment, le mobile sera le nouvel outil important des stratégies marketing. Il faudra obligatoirement se doter d’un site responsive ou avoir une propre version mobile. Cette présence sur smartphone et tablette permettra aux marques d’accompagner les utilisateurs sans casser l’expérience client.

Les objets de plus en plus connectés

Aujourd’hui, les objets connectés investissent toutes sorte d’activité. Les objets connectés peuvent être envisagées de différentes manières. La première étant de lancer sa gamme de produits connectés tel que babolat avec sa raquette connectée ou encore Ralph Lauren et son polo. Ces marques investissent dans de nouveaux produits high tech, tendance et qui propose une nouvelle expérience client. Toutes les marques n’ont pas pour vocation de créer des objets connectés mais elles peuvent tout de même intégrer ceux-ci au coeur de la stratégie de communication avec des actions spéciales qui interpelleraient les cibles. Les marques pourront également penser à intégrer les beacons à leurs actions de communication mais également sur leur point de vente pour enrichir encore plus l’expérience client.

La réalité augmentée : encore trop tôt ?

Deux géants du Web risquent de s’affronter cette année sur le marché de la réalité augmentée avec Google et ses google Glass et Facebook qui a fait l’acquisition de l’Oculus Rift en 2014. Cette technique reste encore trop confidentielle et non accessible à un trop grand nombre de personnes pour qu’elle fasse partie des tendances de 2015. Si les deux géants trouvent un angle d’attaque sur un marché plus important et avec une utilisation plus large, il est certain que cette technologie deviendra un élément très intéressant à intégrer dans les stratégies de communication pour les marques.

Je ne peux donc que vous encourager à réaliser une veille permanente et laisser libre cours à votre imagination pour intégrer toutes les nouvelles tendances à votre stratégie marketing.

Dimitri Marié – @dimitrimarie

TV, affichage : l’économie collaborative attaque la publicité offline !

L’économie collaborative est sur toutes les bouches ! Qui n’a pas entendu parler du phénomène de covoiturage, de la possibilité de louer sa voiture à d’autres particuliers, de mettre en vente ou louer des outils dont on ne se sert plus pour arrondir les fins de mois ou encore de trouver une maison à échanger à l’autre bout du monde pendant la période estivale ? L’économie de partage est en train de rentrer petit à petit dans les mœurs de notre société (même si beaucoup de gens n’ont pas encore eu l’occasion de profiter de services proposés) et cela ne semble être que le début. Et les grands acteurs de ce nouveau mode de consommation – j’entends par là les plus grandes plateformes collaboratives – ont bien compris l’immense potentiel qui existe et sont en train d’investir sur un canal bien différent de leur sphère digital : la communication offline.

Habitués à mener leurs campagnes publicitaires sur le web, ce qui parait évidemment logique puisque c’est leur outil premier de développement, les grandes plateformes collaboratives ont décidé de se porter vers une communication multicanal afin de diversifier leurs approches et de toucher un plus large public.

Airbnb et sa campagne d’affichage dans le métro

Le géant américain de l’hébergement collaboratif a mené il y a plusieurs semaines une campagne de communication au sein même du métro de Paris. Le lieu et le mode d’affichage n’ont évidemment pas été choisis au hasard : le sous-sol parisien est un des lieux les plus à même de créer le buzz grâce à son taux de fréquentation très important et il permet aux annonceurs de profiter d’encarts géants pour y intégrer leurs visuels. Airbnb a donc créé de grands posters mettant en scène différents logements des quatre coins du monde que l’on peut retrouver au sein de sa plateforme. Le style « carte postale » de ces visuels est un moyen malin de donner envie aux usagers du métro, en majorité des travailleurs, de s’évader et pourquoi pas d’envisager des voyages collaboratifs.

Airbnb_métro_paris_publicité_collaboratif

Blablacar et Drivy lancent leur pub TV

Covoiturage et location de voiture : les premiers acteurs à intégrer la télévision dans leur stratégie marketing font référence à l’automobile. Cela n’est pas très étonnant puisque ce sont les modes de consommation qui sont les plus en vogue en ce moment et qui bénéficient de retombées financières plutôt intéressantes (et le mot est faible quand on voit que Blablacar vient de réaliser une levée de fonds de 73 millions d’euros, rien que ça !). Venus avec des spots publicitaires assez créatifs, riches en couleurs et vantant les avantages de leurs plateformes par rapport aux modes de consommation classique, Blablacar et Drivy souhaitent toucher le grand public en jouant la carte de la sympathie et de la nouveauté.

Arguments budgétaires VS valeurs de l’économie collaborative

Lorsque des entreprises évoluent de manière significatives et commencent à posséder une force financière non négligeable, il parait légitime qu’elles utilisent les divers moyens de communication existants pour augmenter leur notoriété et jouer sur leur image de marque. Mais, les plateformes citées dans cet article font parti intégrante du phénomène d’économie collaborative. Or, ce nouveau mode de consommation s’appuie à l’origine sur de fortes valeurs de partage, de collaboration, d’entraide (modèle C to C*), de recherche d’économies, et même de création de communautés censés apporter un nouvel élan social à une population habituée à être conformée au modèle B to C**. L’apparition de ces plateformes sur ces canaux de communication offline pose la question de leur réel investissement au sein de la communauté collaborative, et on peut se demander si finalement cela n’est pas juste un moyen de profiter d’une image valorisante au moment de débuter. Serait-ce là une première vraie limite à l’économie collaborative ?

 –

Rafaël De Oliveira

* C to C = système de consommation de particulier à particulier.

** B to C = système de consommation de la marque au consommateur.

« Views » : Airbnb attaque le marché de la pub audiovisuelle

J’en parlais avec vous le mois dernier. Face à la forte croissance du nombre de locations d’hébergements via son site web, la marque américaine Airbnb commence à s’attirer les foudres des autorités législatives désireuses de taxer l’activité. Les groupes hôteliers sont également présents pour faire pression face à ce concurrent extrêmement puissant en passe de bouleverser le monde de l’hébergement.

Une véritable stratégie de communication

Mais derrière ces quelques obstacles sur son parcours, Airbnb ne se fait pas prier pour accélérer son développement. Si la marque assure une présence visuelle par l’intermédiaire d’affiches dans les grandes villes mondiales, elle vient de passer la vitesse supérieure en ce début de mois de mai.

Airbnb pub metro

Symbole de l’éclosion de tout un modèle économique (celui de l’économie collaborative), Airbnb vient tout récemment d’attaquer le marché de la publicité audiovisuelle avec une campagne de communication : Views. La campagne est pour l’instant adaptée aux pays anglophones, en attendant les versions dans d’autres langues.

Si Airbnb accentuait, depuis sa création, sa communication sur le fait de trouver un « chez soi » partout dans le monde, l’entreprise arrive ce coup-ci sur le marché de la publicité audiovisuelle avec un nouveau slogan : « Book a home. Get a unique view of the world ». Avec cet investissement, Airbnb s’offre la possibilité de communiquer sur les supports quotidiennement utilisés que sont les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.

Dans la concurrence qui la confronte aux autres modes d’hébergements, Airbnb revendique donc l’apport d’une touche expérientielle et nouvelle que les autres ne peuvent tout simplement pas offrir : « Des points de vues uniques sur le monde » !

Vis-à-vis des autorités, Airbnb justifie son développement et ses positions en avançant le fait de justement louer des appartements dans des zones initialement peu touristiques : participant en plus au développement de quartiers et espaces urbains ou ruraux.

Airbnb, l’exemple à suivre ?

Au-delà de tous ces questionnements, il est intéressant de constater à quel point l’économie collaborative, par l’intermédiaire de ce que fait Airbnb met véritablement les pieds dans le système économique mondial et peut véritablement rivaliser avec ce qui existe depuis plusieurs années. Basé sur un système de partage solidaire et un esprit qui se veut collaboratif, l’économie collaborative permet aussi de créer de véritables entreprises qui se libéralisent ! Et le moins que l’on puisse dire c’est que cela n’est pas pour plaire aux corps de métiers concurrencés par toutes ces entreprises naissantes.

Mais ne devrions nous pas plutôt nous réjouir de voir évoluer les consommations de la population mondiale ? Plus d’échanges, plus de rencontres, plus de mobilité, plus de voyages… C’est tout simplement la société qui évolue. Airbnb montre la voie, il ne reste plus qu’aux autres entreprises de l’économie collaborative à s’inspirer pour faire clairement valoir leur droit d’exister justement au reste du monde.

Fabien Clouet

Twitter en pleine mutation : Découvrez les futures fonctionnalités

Twitter

Les utilisateurs de Twitter connaissent le nouveau profil développé qui ressemble très étrangement au profil personnel de Facebook. Twitter a donc fait évoluer son interface de différentes manières.

L’évolution du design

Le première est biensûr graphique avec des dimmensions différentes de l’ancienne version comme l’introduction d’une véritable photo de couverture qui rappelle fortement celle du réseau social le plus populaire au monde. Les dimensions de la photo de couverture sont de 1500×1500 px et celles de la photo de profil sont de 400×400 px. Twitter a également fait évoluer son design pour tenter de rendre plus claire et plus simple la lecture avec des tweets mis en avant dans la timeline. Puis, Twitter mentionne désormais votre date d’inscription sur le réseau social, ainsi vous pourrez également observer la date d’inscription des autres utilisateurs.

Les nouvelles fonctionnalités annoncées

Twitter cherche également à proposer de nouvelles fonctionnalités à ses utilisateurs pour tenter d’attirer un plus grand nombres de Twittos potentiels. Tout d’abord, le réseau social a lancé sa galerie photo qui permet de publier jusqu’à 4 photos en même temps dans un seul tweet. Pour le moment, cette fonctionnalité est réservée aux utilisateurs sur smartphones. Comme nous vous l’expliquions précédemment avec la fonction « click-to-call », Twitter tente de développer son marketing sur mobile qui reste l’avenir de la communication en ligne. Toujours dans le but de se rapprocher du leader des réseaux sociaux, les utilisateurs pourront désormais se faire identifier sur les photos qui est une des fonctionnalités qui continue de poser des problèmes aux utilisateurs sur le contrôle de leur e-réputation. Mais les twittos pourront tout de même régler leurs paramètres pour ne pas être identifiés sur n’importe quelles photos. Ensuite, le réseau social de l’oiseau bleu permettra à ses utilisateurs de mettre en avant un tweet sur son mur afin qu’il ne descende jamais et reste visible dans le temps.

Puis, toujours dans un but d’améliorer l’échange et l’attractivité pour les marques, Twitter permettra d’identifier rapidement les tweets qui auront généré des réponses et ceux qui n’ont eu aucun retour. Cela rappelle notre article sur la volonté de Twitter d’afficher le nombre de vues des publications pour montrer l’audience. Car autant, les utilisateurs que les marques aiment savoir si leurs publications plaisent et sont partagées. On peut donc penser que Twitter travaillera à l’avenir sur une offre de statistiques complètes qui correspondra à son ambition d’attirer plus de marques. Puis, les utilisateurs auront accès à de nouveaux filtres de recherche comme : le type de média, la géographie,…

Des fonctionnalités en projet

Enfin, d’autres fonctionnalités sont en projet comme la mise en favori de certains utilisateurs. Les autres fonctionnalités auront pour but de proposer de nouvelles utilisations du réseau social comme l’intégration d’émoticônes ainsi que la modification du Retweet qui deviendrait un bouton « Partage ». Enfin, certaines nouveautés sont à l’étude comme un mode de « chuchotements » pour créer des discussions en mode privé avec un groupe de personnes. Enfin, une fonctionnalité « unfollow » devrait apparaître qui consisterait à désactiver temporairement le suivi d’un contact sans arrêter d’être son follower et sans que celui-ci ne s’en aperçoive.

Des objectifs clairs

On remarque clairement différents objectifs dans l’évolution de Twitter  qui sont :

– Devenir attractif pour de nouveaux utilisateurs en se rapprochant du modèle Facebook autant par l’utilisation du réseau social que par son design – Augmenter l’utilisation de posts engageant avec des photos et vidéos pour augmenter le partage – Devenir plus attractif pour les marques grâce à ses outils et son audience – Convaincre les marques avec son service statistiques.

Et vous que pensez-vous de ces évolutions pour Twitter ?

Dimitri Marié