Apple lance son iPhone 6 … et Plus encore !

La tant attendue Keynote d’Apple a enfin eu lieu ce mardi et tout le monde était pressé de savoir à quoi allait bien pouvoir ressembler le nouvel iPhone de l’ère post-Steve Jobs ! Taille d’écran, poids, système d’exploitation, ergonomie, applications intégrées ou encore autonomie de la batterie sont autant de paramètres et de fonctionnalités que les plus grands fans de la marque à la pomme croquée attendaient de découvrir depuis de longues semaines maintenant.

Un nouvel iPhone haut… comme 3 pommes ?

iPhone 6 - Apple

A la surprise (presque) générale, Apple avait décidé de présenter pas 1 mais bien 2 nouveaux petits bijoux, l’iPhone 6 et l’iPhone 6 Plus. Pourquoi ? A vrai dire nous n’avons pas encore la véritable réponse à la question mais je pense sincèrement que le leader mondial du smartphone souhaite jouer sur tous les fronts. Je m’explique : les inconditionnels de l’iPhone, qui possèdent forcément le modèle #5 de la marque, ont pris l’habitude de ne pas être trop bousculés et il était donc inévitable de continuer sur cette lancée en sortant un modèle assez ressemblant au niveau de la taille (un petit peu plus grand quand même) sans changer radicalement le contenu. L’iPhone 6 apporte ainsi des nouveautés en termes d’optiques photos, d’ergonomie dans l’affichage des pages internet ou encore dans certaines fonctionnalités de la messagerie. Mais aucun changement spectaculaire, il faut se l’avouer, contrairement à ce que beaucoup de monde pensait ! La vraie (bonne?) surprise est finalement dans la sortie de l’iPhone 6 Plus qui permet à Apple d’entrer dans le monde des grands smartphones avec un écran de 5,5 pouces (contre 4 pour l’iPhone 5).

2 modèles pour couper la poire en 2 ?

L’objectif de ce lancement simultané est double : fidéliser les clients fans de la marque – oui car tout possesseur d’un iPhone est forcément amoureux d’Apple, c’est Steve Jobs lui-même qui l’a déclaré – mais aussi de convertir quelques irrésistibles détracteurs qui vantent souvent les mérites des grands écrans des concurrents, chose que l’iPhone ne possédait pas encore. Avec le lancement de l’iPhone 6 et de l’évolution 6 Plus, Apple cherche à toucher une large clientèle, de l’utilisateur classique de smartphone au chef d’entreprise qui aime gérer ses dossiers et/ou planning instantanément, en passant par l’amateur de photographie ou encore le jeune qui veut rester dans la mouvance numérique. Malheureusement, pour le peu de véritables changements qu’il apporte par rapport à l’ancien modèle, l’iPhone 6 est excessivement cher, le prix minimum, c’est-à-dire celui qui possède une capacité de (seulement) 16 Go, est de 700€, le maximum atteignant la barre fatidique du millier d’euros. De quoi freiner les velléités de certains qui réfléchiront à deux fois avant de franchir le pas. D’ailleurs, les reproches ne manquent pas, notamment sur le net où les phrases assassines fusent : « Est-ce que l’iPhone 6 a une chambre avec toilettes et cuisine intégrés ? Non ? Parce que c’est quand même le prix d’un loyer !! ».

Les successeurs de Steve… ont-ils vraiment fait le(s) job(s) ?

Et puis, il est vrai que nous nous attendions à découvrir des fonctionnalités totalement innovantes. Certaines prédictions voyaient un nouveau modèle avec un écran recouvrant la face avant mais également les parties latérales du mobile – on aurait même pu imaginer un smartphone avec un écran qui puisse se dupliquer sur les faces avant ET arrière, ce qui serait une innovation d’envergure maximale – et d’autres avaient imaginé un smartphone capable de projeter des hologrammes sur un support externe. Steve Jobs, en grand homme d’affaire, maestro du marketing et créateur réfléchi qu’on le connaissait, était peut-être le seul à pouvoir faire le pas sur de telles innovations marquantes et il on peut se demander si ces successeurs sont vraiment à la hauteur de son patrimoine.

Des points forts, des points faibles, ou plutôt des déceptions qui laissent penser que l’iPhone perd un peu de son allant, c’est peut-être ce qui caractérise finalement le mieux cette version 6 du smartphone le plus vendu de la planète. Personnellement, j’attends de pouvoir le tester en main propre pour avoir un avis plus tranché sur la question mais il est vrai que, en tant que client déjà conquis par Apple, il se peut que je cède moi-même également, tôt ou tard, à la tentation de croquer dans la pomme…

–> Plus de détails sur la chaîne 01netTV en cliquant ici.

Rafaël De Oliveira / Raf_dragaozito

 –

L’Estar Takee, la révolution du mobile en marche avec les hologrammes !

Takee One Ninja Fruit 3collaboractifs

Estar est une entreprise chinoise spécialisée dans la construction d’écran et de technologie 3D. Ce nom ne vous dit probablement rien, et pourtant, une de ses filiales Takee Technology, vient de lancer officiellement une nouvelle révolution dans le monde numérique de demain. Il s’agit pour le coup d’un smartphone capable de projection d’images en 3D : des hologrammes !

Estar Takee tire le premier

Longtemps considérée comme une technologie de science fiction, présente notamment dans des films comme Star Trek, Star Wars, ou plus récemment dans les marvel Iron Man et Captain America, la projection d’hologrammes accessible au grand public était évoquée dans la presse et par les grands groupes mondiaux comme Apple ou Samsung (avec une sortie prévue en 2015). Mais l’entreprise qui vient de dégainer la première est chinoise : Takee du groupe Estar. Pour l’entreprise cela change beaucoup de choses. Alors que jusque là les multinationales de la technologie mobile se partageaient les innovations, on voit apparaître un nouvel acteur (depuis notre société occidentale) qui pourrait s’avérer d’influence si la réaction ne se fait pas pressante chez Apple, Samsung et consort.

Des hologrammes, oui mais pour quoi faire ?

Le réel intérêt des hologrammes, c’est la possibilité d’interagir avec les applications de son smartphone sans avoir à le toucher directement. C’est donc là qu’Estar Takee propose son modèle révolutionnaire.

Le mobile qui sera baptisé Takee One sera accompagné d’un accessoire de la forme d’une araignée qui se calera au dos de l’appareil. Cet ajout permet en réalité d’intégrer quatre caméras frontales supplémentaires dont la vocation est de retracer les mouvements oculaires de l’utilisateur afin de rediffuser au mieux l’hologramme. Pour l’instant, « hologramme » est un bien grand mot, car la projection sera plutôt similaire aux images 3D que l’on peut voir au cinéma. De plus, seul l’utilisateur pourra visualiser les hologrammes, car les cameras supplémentaires ne le programment que pour une seule personne.

Cependant les résultats sont déjà probants selon les spécialistes. Imaginez-vous découper les fruits et faire des combos sur Ninja Fruit (qui je vous le concède a déjà bien vécu comme jeu) sans toucher à votre mobile ! Estar Takee a tout prévu, puisque l’entreprise a également lancé un espace appelé le Cloud Cube où les propriétaires de Takee One pourront télécharger des jeux, films et applications spécialement adaptés à cette nouvelle technologie.

Alors que l’on commençait à se familiariser avec le système actuel d’applications sur mobiles et les espaces de téléchargements comme l’Apple Store d’Apple ou le Play Store de Google, il se pourrait bien qu’une nouvelle révolution soit en marche. Et elle va arriver sans doute beaucoup plus rapidement que nous l’imaginions. Rendez-vous d’ici un mois pour la commercialisation officielle du Takee One.

Fabien Clouet   /   @FabienClouet

Le SMS marketing, un outil de communication indispensable pour les marques ?

SMS Marketing - push sms

En 2013, plus d’un milliard de smartphones ont été vendus aux quatre coins de la planète !! Cette statistique ne vous choque pas ? Ca tombe bien car nous non plus. En effet, au jour d’aujourd’hui, le mobile a pris une telle ampleur dans notre société qu’il est sans doute l’objet technologique le plus possédé au monde (devant la télé, la radio, l’ordinateur, etc.). Et il faut avouer qu’il nous parait bien difficile d’imaginer une vie sans ce petit objet qui nous permet d’être connectés en permanence au reste du monde. Mais alors, si le smartphone est aussi présent autour de nous, pourquoi ne pas s’en servir à des fins marketing ?

Le SMS Marketing, une solution légitime pour toucher ses clients

Le smartphone regorge de possibilités pour une marque de communiquer grâce à la connexion internet : applications mobiles, sites web responsive (= qui s’applique à tous les types d’appareils, tels que smartphone, pc, tablettes…), notifications push. Mais un autre outil existe au sein de nos téléphones : le SMS. Moins utilisé par les marques, le SMS Marketing est pourtant le media qui possède les meilleurs taux de lecture. En effet, en moyenne, chaque utilisateur de mobile consulte 150 fois par jour (*) son mobile et le taux de lecture d’un SMS atteint les 98%, et ce dans les 3 minutes seulement après sa réception. Des chiffres plus qu’intéressant pour les annonceurs ! De plus, le SMS est lisible sur tous les téléphones mobiles et pas uniquement les smartphones. Le SMS Marketing peut donc être un outil efficace pour atteindre les clients se trouvant dans des régions géographiques mal desservies. Il en devient alors un canal idéal pour envoyer aux clients des informations ou des offres proposées sur une courte durée. L’utilisation du SMS marketing permet de partager une expérience avec ses clients puisqu’ils se sentent naturellement privilégiés, le SMS étant la plupart du temps un moyen utilisé pour communiquer avec ses proches. Ce côté privilégié permet ainsi aux annonceurs de faire passer des messages plus facilement et beaucoup de possibilités s’offrent à eux.

infographie_sms_marketing_chiffres-cles

Un large choix de contenus adaptés à sa cible

Malgré le fait qu’il ne jouisse pas de possibilités graphiques très importantes (un SMS reste un SMS), le « Push SMS » peut être déclinable sous différentes formes à partir du moment où l’on est un peu inventif et créatif. Ainsi, voici une liste de plusieurs applications qu’il est possible d’en faire :

–      Offres, invitations, concours, cadeauxle SMS marketing peut être utilisé comme moyen de promotion et les annonceurs peuvent s’en servir pour envoyer des coupons de réduction et/ou des offres promotionnelles à leurs clients. L’intérêt est partagé puisque les marques sont quasi sures de toucher leur cible et les clients trouvent souvent plus pratiques de posséder une réduction sur un smartphone, objet que l’on a toujours sur soi, plutôt que sur un vulgaire morceau de papier qui s’égare ou que l’on oublie bien souvent. Les concours visant à faire gagner des cadeaux peuvent également être l’occasion récompenser les clients ou encore de lancer un produit afin de le tester et de le promouvoir.

–      Notifications personnaliséesL’envoi de notifications par SMS est une pratique de marketing direct très répandue, particulièrement depuis le grand boom des applications mobiles. Ces dernières ont l’avantage d’être personnalisées selon le client qui choisit le genre de notifications qu’il souhaite recevoir (sortie d’un nouveau produit, suivi d’une commande, alertes sur des actualités, …). Ainsi, plusieurs acteurs notamment dans le e-commerce ont pris possession de cet outil pour rendre plus performant leur service client.

–      Rappels : Si une entreprise ou un organisme est l’hôte d’un événement ou propose des rendez-vous réguliers physiques avec ses clients, alors le SMS est un excellent moyen de confirmer un rendez-vous et de leur rappeler la date de ce dernier. Cela peut être le cas, par exemple, d’un médecin, d’un restaurant ou d’un événement sportif. Un moyen efficace pour lutter contre les absences et ainsi favoriser la fréquentation d’un lieu.

–      Sondages, enquêtes de satisfaction : Les sondages par SMS sont un moyen pertinent pour comprendre le marché, faire tester ses produits et/ou service et connaître les attentes de ses clients. Elles sont particulièrement efficaces lorsqu’elles sont couplées avec des bons de réductions ou d’autres cadeaux, donnant ainsi un intérêt plus fort à être réalisées.

Plusieurs avantages non négligeables

Le SMS possède l’avantage de pouvoir s’appliquer sous de nombreuses formes mais ce n’est pas tout. En effet, c’est avant tout un outil qui est simple d’utilisation qui ne demande pas un temps de préparation très long. La mise en place d’une campagne de pub via le SMS marketing est bien plus rapide qu’une campagne publicitaire traditionnelle. De plus, le SMS est le moyen de communication qui possède l’engagement le plus immédiat car, contrairement aux boites mails par exemple, la boite de réception de messages est consultée tous les jours. La réactivité de la lecture peut permettre d’engendrer une interactivité entre les annonceurs et leurs clients (dans le cas où l’objet du message demande une réponse de la part de ces derniers). Enfin, le SMS marketing est un outil assez peu onéreux si on le compare aux autres moyens de communication, excepté peut-être les réseaux sociaux (encore que, malgré que l’inscription soit gratuite, il faut souvent sortir le porte-feuille pour établir des campagnes publicitaires intéressantes sur Facebook ou Twitter). Ainsi, une plateforme telle que TheCallR propose de s’occuper de votre campagne de SMS marketing pour seulement 0,045€ par SMS envoyé. Autant dire qu’entre le prix d’une campagne et l’engagement qu’on peut en recevoir, le ROI (retour sur investissement) est sans doute l’un des plus performants qui soit.

Alors n’hésitez plus une seule seconde.. Tous à vos SMS !!

Rafaël De Oliveira

Facebook se lance dans la géolocalisation avec Nearby Friends

Facebook géolocalise mais n’impose pas

L’info est tombée il y a deux semaines. Facebook a décidé de faire évoluer son application mobile avec une nouvelle fonctionnalité basée sur la géolocalisation : Nearby Friends.

Le géant américain se lance ainsi à l’assaut du marché de la géolocalisation dans les applications qui explose en ce moment ! Nous vous en parlions il y a quelques semaines avec Cloak, une application qui vous permettait d’éviter vos « amis » ou contacts indésirables si ceux-ci se retrouvaient dans une même zone géographique que vous.

Et bien Facebook a pris le parti de développer une option de son appli mobile, que vous activerez, ou non, selon vos choix. Nearby Friends vous permet de recevoir une notification lorsqu’un de vos amis se situe à proximité de vous. « Fini les rencontres par hasard ! » me diriez vous. Peut-être, mais cette fonctionnalité ne se veut pas aussi intrusive qu’elle en a l’air. Elle vous permet même de gérer les options suivantes :

– Choisir vos amis qui peuvent voir votre position
– Choisir pour quels amis vous aimeriez être alerté, lorsqu’ils sont à proximité
– Partager avec une liste d’amis un endroit où vous aimeriez vous rencontrer
– Partager les endroits que vous visitez en voyage et recevoir des avis d’amis déjà passés par là

Finalement, vous pouvez créer avec Nearby Friends un réseau d’amis privilégiés, au sein de votre groupe d’amis plus général. Et tout cela initié par la géolocalisation.

Fausse modestie ou vraie stratégie ?

Si le lancement se fait de façon assez discrète, c’est bien parce que Facebook ne lance pas ici un produit révolutionnaire, le fonctionnement étant largement similaire à des applications existantes. Mais le géant américain trouve tout de même une façon de se distinguer : à l’heure où les applications pour iOS et Android fleurissent de partout, il se contente simplement d’ajouter une option à sa propre application, comme s’il lui était venu à l’idée de jouer les modestes.

Arrivant sur la pointe des pieds, et seulement disponible aux Etats-Unis (pour l’instant), Nearby Friends propose donc aux adeptes du réseau social de recréer une interactivité locale avec ses amis proches sur smartphone. Mais avec un réseau de plus d’un milliard d’utilisateurs, dont presque 700 millions d’actifs sur mobile, le potentiel de développement paraît beaucoup plus étendu que celui d’une application autonome.

Avec la mise en place de Nearby Friends, Facebook prépare sans faire de bruit sa nouvelle arme de publicité géolocalisée pour sa future plateforme publicitaire, qui elle fait beaucoup plus de bruit !

Fabien Clouet

Le 3310 n’est plus, Microsoft rachète Nokia !

Microsoft rachète Nokia

Le 3310, souvenez-vous en… votre fameux premier téléphone portable qui résistait aux chocs les plus violents et même à la machine à laver. Pour certains vous en avez même peut-être gardé un comme objet de collection tellement ce téléphone fut culte ! Et bien sa page d’histoire vient de se refermer officiellement avec l’activité de son constructeur : Nokia.

La célèbre marque finlandaise qui avait conquis le monde avec ses téléphones va officiellement être rachetée dans les jours qui viennent par le géant de l’informatique : Microsoft.

L’aboutissement de la stratégie Microsoft pour Mobile

Si ce rachat avait déjà été évoqué en septembre 2013, mais non officialisé pour règlement de détails juridiques, il semblerait que le mois d’avril 2014 soit le bon pour finaliser la transaction.

Le rachat porte sur l’acquisition de la division devices & services (appareils mobiles : smartphones et tablettes) ainsi que les licences d’utilisation des brevets déposés par Nokia, pour les 10 ans à venir. Le tout pour un montant global de 5,44 milliards d’euros, soit 7,2 milliards de dollars US. Si l’acquisition ne porte pas sur la totalité de l’entreprise Finlandaise qui vivote encore, il est de plus en plus pressenti que la branche achetée par Microsoft pourrait changer de nom et devenir « Microsoft Mobile ».

Avec cette acquisition, Microsoft poursuit le processus engagé depuis 2010. A l’époque, Stephen Elop, un canadien, ex directeur business (pour la suite office) chez Microsoft, avait signé chez Nokia en tant que directeur général. S’en était suivi un partenariat entre les deux marques en février 2011 où Windows Phone devenait l’unique système d’exploitation des téléphones au détriment de Symbian, l’historique OS du finlandais.

S’attaquant à l’époque au leader du marché du mobile (34% de PDM), Microsoft espérait se positionner comme il l’a fait avec les ordinateurs, c’était sans compter sur les percées de Samsung sur le marché des appareils mobiles et Google (avec Android) sur celui des OS. La concurrence a eu raison de Nokia qui a diminué ses parts de marché jusqu’à essuyer une perte nette de 780 millions de dollars sur l’exercice 2013. La marque finlandaise ne possédant aujourd’hui que 3% de parts de marché dans la vente de smartphones.

Microsoft s’attaque aux marchés émergents

Mais en rachetant Nokia, Microsoft aspire à devenir non plus un simple éditeur de systèmes d’exploitation, mais bien une entreprise de terminaux et de services comme le propose actuellement Apple. Si les récents exemples de Microsoft n’incitent pas à l’optimisme (comme la tablette « Surface » équipée de Windows 8 dont le groupe doit compenser actuellement un lourd échec financier), il y a tout de même un réel créneau à prendre sur le marché des alternatives de solutions mobiles vis-à-vis de Samsung et d’Apple. Dans notre bulle d’occidentaux « maîtres du monde » nous ne nous en rendons pas forcément compte, mais nous ne représentons pas le seul futur pour les ventes de smartphones. Le marché occidental arrivant à saturation, ce sont les marchés des classes moyennes de pays émergents tels que la Chine, l’Inde, l’Indonésie ou encore le continent Africain qui sont l’avenir ! Un marché émergent qui aura, d’après les observateurs, une croissance 4 fois supérieure à celle du marché occidental.

Or, si Nokia était en chute libre dans le monde occidental en termes de vente, sa position dans les pays émergents est sensiblement différente puisque le groupe finlandais reste le deuxième vendeur de mobiles à travers le monde avec 13,9% de part de marché en 2013 (en nombre, pas en $). Il jouit donc encore d’une forte popularité dans les pays où le passage du mobile au smartphone est en train de se faire.

Avec près de 70 milliards de cash de réserve, Microsoft se prépare à livrer bataille dans ces pays émergents : son ticket pour relever la tête dans les années à venir. Il devra pour cela se faire une place dans le monde des développeurs d’applications qui préfèrent à ce jour se concentrer sur iOS (Apple) et Android (Google).

Fabien Clouet