Ouishare Fest 2015, entre attentes et déceptions…

project_page_thumb_OuiShare_Fest_2015

Si vous suivez notre blog vous savez ce qu’est l’économie collaborative. Aujourd’hui, une communauté existe et grandit autour de ce sujet. Au delà des nombreux sites existants, Ouishare organise un évènement annuel autour de ce phénomène: Le Ouishare Fest. La version 2015 se déroulera sous le thème « Lost in transition ?» du 20 au 22 mai 2015.

Ouishare Fest 2015 sous le thème « Lost in transition ? »

201412option-11-1050x700

Pour sa troisième édition, Ouishare espère réunir plus de 1000 personnes venues du monde entier. Cet évènement est une occasion de réunir de grands acteurs de l’économie collaborative pour débattre et tenter d’organiser la transition vers l’économie de partage.

En effet, comme Fabien vous l’avait expliqué dans un article précédent, la transition de l’économie traditionnelle vers cette économie collaborative est obligatoire pour de diverses raisons. Le Ouishare Fest propose de s’organiser avec tous les acteurs de l’économie collaborative pour anticiper les futurs changements. Au programme de l’évènement, plus de 100 intervenants de 30 nationalités différentes et de domaines différents. Ces intervenants tenterons d’expliquer les actions menées dans des secteurs tels que l’informatique, la finance, la démocratie numérique, la gouvernance horizontale et l’internet décentralisé et les opportunités sociales et sociétales que celles-ci apporteront.

Des changements sont déjà visibles dans différents domaines grâce à des acteurs tels qu’Uber qui casse certains monopoles ou encore Airbnb qui a réussi à faire exploser le marché de l’hôtellerie.

Le succès des deux premières éditions s’explique par cette nécessité de transformation de l’économie mondiale et se prouve par l’essor de nombreuses start up tels que Blablacar, La Ruche qui dit Oui, Bnbsitter, Drivy, etc…
Le responsable OuiShare en France, Marc-Arthur Vauthey, explique que « l’émergence du numérique est en grande partie responsable de l’essoufflement des modèles économiques et sociaux du XXème siècle, la question n’est plus de savoir comment nous allons les sauver, mais comment nous allons profiter de l’effervescence créative qui opère aux quatre coins du monde pour en inventer de nouveaux, plus justes et plus efficaces. »

Un évènement qui reste fermé sur lui même 

Après avoir constaté l’intérêt de cet évènement, nous pouvons nous interroger sur un point : Pourquoi les organisateurs ne cherchent t-ils pas à mobiliser plus de monde. En effet, les personnes intéressées par l’économie collaborative connaissent déjà Ouishare et seront prêts à payer les frais d’inscription pour assister à des conférences. Or le thème « Lost in transition ? » ne s’adresse t-il pas à un plus grand nombre, au grand public ?
Je me pose la question de savoir si une personne peu convaincue par la consommation collaborative, ou même une personne ne connaissant que très peu de choses mais interpellée par les actions menées, voudrait tout simplement payer pour assister à des conférences autour de sujet tels que la démocratie numérique ou la finance collaborative. La réponse est tout simplement NON !
Le thème de ce Ouishare Fest 2015 était l’occasion de faire rentrer de nouveaux intéressés dans le mouvement et de prêcher l’intérêt de ce changement auprès d’un plus grand nombre.
Cependant, ce n’est pas avec la politique de prix qu’applique Ouishare, que l’évènement attirera du monde extérieur à l’économie collaborative. Par son caractère payant, j’ai le sentiment que l’évènement souhaite malheureusement rester fermé sur lui même, que les acteurs de l’économie collaborative souhaitent rester entre eux.
Si j’avais un conseil à donner, ce serait de prendre exemple sur le Salon des Entrepreneurs auquel j’ai pu assister et qui cherche à attirer un maximum de personnes pour leur donner envie d’entreprendre. Durant l’évènement, j’ai rencontré de nombreux entrepreneurs, mais également des porteurs de projets, des étudiants ou encore des personnes intéressées par l’entrepreneuriat mais qui n’avait pas encore d’idée. Après l’évènement, je pense qu’une grande majorité de ces personnes sont reparties encore plus motivées pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Elles ont assistés à de nombreuses conférences, d’ateliers ce qui a eu sur eux un effet positif à coup sûr. La possibilité de toucher un maximum de personnes ne s’explique que par une seule chose, la gratuité pour assister de l’évènement.
C’est donc la seule critique que je ferais à cet évènement, ne pas ouvrir ses portes aux plus nombreux. Ouishare prône le partage mais n’ouvre pas les portes de la connaissance de l’économie collaborative. L’ambition de Ouishare devrait être de rallier le plus grand nombre de personnes à sa cause, de faire comprendre les enjeux de cette nouvelles économie.
Je sais que de ma position la critique est facile et que les organisateurs doivent rentabiliser l’évènement. Mais en tant qu’acteur principal, il serait peut être intéressant d’ouvrir l’évènement à un grand nombre de personnes avec un mécanisme de financement participatif pour sensibiliser les non initiés dès le début de leur expérience.

Je sais que ce genre d’évènement est important pour l’économie collaborative qui reste en manque de notoriété, cela explique donc ma déception de ne pas voir l’évènement ouvert à un plus grand nombre de personnes. Je pense que les retombées pourraient être beaucoup plus importante avec une stratégie différente. Des blogueurs comme nous, par exemple, ne pourrons pas retranscrire les paroles des acteurs lors de l’évènement et de nombreuses personnes seront intriguées par les sujets mais ne paieront pas l’entrée et ne pourront donc malheureusement pas assister aux échanges qui risquent d’être intéressants et enrichissants.

Dimitri Marie – @dimitrimarie

L’économie collaborative, un vocabulaire nouveau de A à Z !

A l’occasion du OuiShare Fest 2014, la communauté des acteurs de l’économie collaborative a mis en place un abécédaire pour présenter les grands mots significatifs de cette économie de partage. Toute bonne personne sensible à ce nouveau mode de consommation qui bouleverse notre société se doit donc de connaître et maîtriser ce nouveau vocabulaire aussi riche qu’innovant.

Voici donc 26 mots et leurs définitions made in OuiShare !

 A comme Auto-partage

 

Auto-partage : « Co-utilisation de véhicules, entre particuliers ou professionnels, via une plateforme en ligne. »

B comme Banque de temps

Banque de temps : « Système d’échanges de produits, de savoir-faire et services où l’unité de mesure de la valeur est le temps. »

C comme Communautés

Communautés : « Groupe de personnes qui partagent quelque chose, plutôt dans la sphère digitale : des individus dispersés aux quatre coins du monde peuvent désormais se connecter et agir de concert. »

D comme Do It Yourself

D.I.Y. (Do it yourself) : « Fais-le-toi-même ! Toute activité visant à créer des objets, technologiques ou artistiques, de façon artisanale. Connaît une grande croissance grâce à internet qui permet de diffuser des tutoriels. »

E comme Economie Collaborative

Economie Collaborative : « Produit de la valeur en commun et repose sur des nouvelles formes d’organisation du travail, des rapports plus horizontaux entre les individus formant des communautés. »

F comme Financement Participatif

Financement participatif (ou Crowdfunding) : « Financement de projets (artistiques ou entrepreneuriaux) par le public, sans l’aide des acteurs traditionnels du secteur, possible grâce à internet et aux réseaux sociaux. »

G comme Groupe d'achat

Groupe d’achat : « Un groupe d’individus se regroupant et s’organisant dans l’objectif d’effectuer un achat en gros, pour obtenir un avantage tarifaire. »

H comme Hacker

Hacker : « Aide à résoudre des problèmes dans de nombreux domaines. Le hacker montre une passion pour le fonctionnement intime des systèmes. Les médias utilisent à tort le terme hacker dans le sens de cracker (illégal ou non éthique). »

I comme Impression 3D

Impression 3D : « Production par ajout de matière, après une modélisation 3D numérique. Elle permet de fabriquer vos propres objets (personnel/professionnel/industriel) et créer plus facilement des prototypes et maquettes. »

J comme Jardins partagés

Jardins partagés : « Jardins gérés en commun par un groupe d’habitants, ils visent à réintroduire l’agriculture dans la ville, en ré-habillant des friches urbaines. »

K comme Open Knowledge

Open Knowledge : (ou Culture Libre) : « Mouvement social qui s’appuie sur le numérique pour diffuser et démocratiser la science, la culture, la politique, l’éducation ou encore l’économie. »

L comme Fab Labs

Fab Labs : « Espaces de fabrication basés sur les principes d’ouverture et de collaboration. Ils s’appuient sur des machines de fabrication numériques et des réseaux permettant d’échanger des fichiers partout dans le monde. »

M comme Makers

Makers : « Mouvement à la fois artisanal et innovant, mêlant hautes technologies (imprimante et modélisation 3D, découpe laser) et outils traditionnels en s’appuyant largement sur des logiciels et fichiers open source. On les trouve dans les ‘’nouveaux lieux’’. »

N comme Nouveaux Lieux

Nouveaux Lieux : « Tiers lieux, espaces hybrides, fabriques de quartiers, fablabs, coworking, … »

O comme Open Source

Open Source : « Logiciels dont la licence respecte des critères de libre redistribution, d’accès au code source et de création des travaux dérivés. »

P comme Peer-to-peer

Peer-to-Peer : « Modèle de réseau où les relations entre les individus (pairs) se font de manière distribuées et où chacun peut-être le client de l’autre, souvent via une plateforme en ligne. »

Q comme Quotidien

Quotidien : « L’économie collaborative peut changer votre quotidien avec de petits gestes de partage. »

R comme Réputation

Réputation : « Grâce aux commentaires et évaluations entre particuliers, la confiance s’installe dans les communautés collaboratives. »

S comme Système d'Echange Local

Système d’échange local : « Système d’échange de produits ou de services au sein d’un groupé fermé au niveau local. Permet d’échanger des compétences et des produits avec les autres membres du groupe et utilise une monnaie complémentaire qui lui est propre. »

T comme Troc

Troc : « Opération économique par laquelle chaque participant cède la propriété d’un bien et reçoit un autre bien. C’est l’opposé de l’opération d’achat-vente médiatisée par une monnaie. »

U comme Usage

Usage : « L’économie collaborative privilégie l’usage à la possession. »

V comme Véritable

Véritable : « Les communautés d’utilisateurs sur internet permettent de tisser des liens sociaux. »

W comme Woofing

Woofing : « Aide au fonctionnement d’une structure agricole contre gîte et couvert. Permet de voyager d’une façon différente. »

X comme génération X

Génération X : « La génération de ceux qui ont connu la télévision sans télécommande. »

Y comme génération Y

Génération Y : « La génération de ceux qui ont vu un clavier d’ordinateur avant de savoir marcher. »

Z comme génération Z

Génération Z : « La nouvelle génération de ceux qui sont nés avec internet dans le berceau. »

 

Rafaël De Oliveira

 

« Global partage » : Canal + s’intéresse à l’économie collaborative

La chaîne cryptée continue sa série de documentaires d’actions avec un nouvel épisode « Global partage » qui sera diffusé Mardi 13 Mai. Après le succès de “GLOBAL GÂCHIS” et de “MADE IN FRANCE”, Canal + parle d’économie collaborative avec “GLOBAL PARTAGE”. Pour produire ce reportage, la chaîne s’est associé avec les acteurs principaux de l’économie collaborative comme MakeSense, Ouishare, Tradeschool Paris pour proposer un évènement (3 Mai à Paris) sur le parvis de l’Hôtel de ville pour une expérience « live » de partage un documentaire.

Global partage

Le documentaire « Golbal partage »

L’économie collaborative est en train de révolutionner la manière de consommer et d’envisager le monde. Grâce au partage, voyager loin, bien manger, développer son entreprise ou acquérir de nouvelles connaissances ne sont désormais plus réservés aux gens aisés avec le développement de cette « sharing economy » qui résulte de la crise économique et du perfectionnement des réseaux sociaux. Antonin Leonard (fondateur de Ouishare), recense des exemples de ce mode de vie alternatif qui mettent le local au coeur de son écosystème et fait la promotion de ce nouveau moyen de consommer et de penser. Le reportage s’intéresse aux plateformes en ligne telles que Airbnb ou KissKissBankBank

Durant cette soirée, les auteurs de ce documentaire tenteront de vous faire comprendre que la transformation vers ce mode est fondamentale pour bouleverser la relation entre producteur et consommateur
Le documentaire passera en revue ces nouveaux modes de consommation que nous retrouvons dans le monde entier.

GP2

Ce documentaire suit la semaine de l’économie collaborative (1er au 7 Mai)

Selon le magazine Forbes, l’économie collaborative pèserait 3,5 milliards de dollars en 2013 et présente une alternative au capitalisme pour modifier nos façons de produire, de consommer et d’échanger.
La première semaine de l’économie collaborative a débuté le 1er mai à Paris, à l’initiative de Ouishare, un laboratoire d’idées autour de ce secteur de partage citoyen. Au cours de cette semaine a eu lieu le Ouishare Fest du 5 au 7 Mai à Paris qui a rassemblé des acteurs internationaux du milieu collaboratif.

Dimitri Marié

Le « Oui Share Fest 2014 » débute dans 10 jours !

2014 OuiShare Fest - The age of communities

Le OuiShare Fest, qu’est-ce que c’est ?

Premier événement mondial dédié à l’économie collaborative, le OuiShare Fest est un rassemblement de nombreux intervenants, entrepreneurs, dirigeants d’entreprises et d’associations, activistes et acteurs publics qui viennent échanger autour des tendances du phénomène social collaboratif. Lancé en 2013 pour la première fois – il n’a donc qu’une seule édition à son actif –, l’événement est une initiative du groupement communautaire OuiShare*.

Le OuiShare Fest a pour objectif de mettre en relation différents acteurs de l’économie collaborative venant des 4 coins de la planète. Plus qu’une simple conférence, il faut le voir comme un événement à proprement parlé qui veut à la fois fédérer, rassembler, éduquer et sensibiliser les participants au mouvement collaboratif dans le but de créer une véritable communauté mondiale autour de ce phénomène. C’est donc un événement (déjà) incontournable, comme le confirme Michel Bauwens, participant et créateur de la P2P Foundation : “Si vous souhaitez rencontrer les pionniers de la révolution collaborative, vous ne pouvez pas manquer le OuiShare Fest : le rassemblement des social-hackers qui changent radicalement la façon dont on crée et distribue de la valeur !

Conférences, débats, ateliers, travaux en commun, concerts et animations culturelles : autant d’activités qui sont ainsi proposées pendant trois jours pour faire vivre l’événement et impliquer pleinement les participants aux actions collaboratives.

2014 ou « l’âge des communautés »

La deuxième édition du OuiShare Fest se tiendra du 5 au 7 mai 2014 à Paris, au Cabaret Sauvage, en plein Parc de la Villette. Le thème principal cette année portera sur les communautés, ces poumons indispensables au bon fonctionnement de tout projet d’économie collaborative. « Pendant trois jours, nous allons vivre, réfléchir et danser tous ensemble. Nous voulons que ces journées comptent vraiment, qu’elles soient le point de départ de nouveaux projets et de nouvelles collaborations pour construire un futur commun et durable », explique Mattias Jagerskög, OuiShare Connector suédois et fondateur du mouvement de mobilité partagée Skjutsgruppen.

Demandez le programme !

Quoi de mieux, pour un événement qui vante l’esprit collaboratif, que de créé son programme en utilisant sa communauté ? C’est ce qu’à fait OuiShare en élaborant un formulaire d’appel à projets sur lequel les intéressés pouvaient proposer des idées d’activités. Ainsi, pas moins de 150 propositions ont été faites, les meilleures d’entre elles s’inscrivant dans le programme officiel (consultez-le ici). Cette année, les attractions principales à découvrir seront la Sharing Fair, rencontres avec des porteurs de projets innovants venus du monde entier, la Factory, travaux de groupes ayant pour but l’élaboration de structures open source (éoliennes, mobiliers, etc), ainsi que la remise des OuiShare Awards qui récompensent les meilleurs projets du monde collaboratif.

OuiShare Fest

En marge de l’événement, la communauté OuiShare sera présente à la Foire de Paris du 1er au 4 mai Porte de Versailles, où un OuiShare Village sera mis en place pour découvrir les nouvelles pratiques collaboratives, réparties en 5 espaces : la Fabrique (objets hackés et imprimantes 3D), la Place du Village (échanges d’idées ou d’objets entre visiteurs), l’Ecole (informations sur l’économie collaborative), la Banque (crowdfunding) et la Rue Commerçante.

Pour plus d’informations sur le OuiShare Fest 2014 : http://ouisharefest.com/

*Fondée en 2012 à Paris, OuiShare est une communauté internationale composée d’entreprises, d’acteurs publics et de citoyens réunis pour développer un système économique basé sur la collaboration et le partage et mettre en avant ses bienfaits pour la société actuelle.

Rafaël De Oliveira

La conférence #Confalittle : Vers une économie plus humaine ?

Conférence Vers une économie plus humaine

Le sujet de cette conférence, organisée par A little Market, était de comprendre le rôle d’internet dans les nouveaux modes d’échanges et de partages entre individus.

La conférence débutait par la présentation des chiffres de l’étude menée par l’IFOP sur l’économie collaborative. Laurence PARISOT (vice présidente de l’IFOP) revenait sur les chiffres marquants de cette étude et nous expliquait pourquoi l’économie collaborative pouvait devenir la première entreprise de France.

D’après l’étude, 25% des Français ont déjà entendu parler d’économie collaborative. Nous pourrions croire que la plupart des répondants ayant répondu « oui » étaient des jeunes geeks or 30% sont des séniors.
Des autres statistiques démontrant l’importance du mouvement en France, 77% des français ont déjà acheté ou loué des biens à des particuliers et 70% des français ont vendu ou loué des biens à des particuliers. Pour les services, ils sont 23% à avoir fait appel à un particulier tandis que 15% ont déjà rendu un service à un particulier. Les Français sont à 63% contre l’idée que ce mode économique s’essouffle lors de la fin de la crise. L’économie collaborative bénéficie d’une image positive car 68% des Français pensent qu’elle incarne un visage humain et 44% sont persuadés que cette économie peut créer des emplois.

Ensuite, Cécile DESAUNAY (Chargée de veille et d’études à Futuribles) revenait sur le sentiment des consommateurs vis à vis des marques et du e-commerce. Les consommateurs sont lassés car il n’y a plus de produits qui répondent à leurs attentes. 10%, seulement, affirment avoir du plaisir à acheter des produits alors que 90% pensent qu’une marque vend des produits qui vont tomber en panne rapidement. Aujourd’hui, le comportement et les attentes des consommateurs changent, pour preuve 50% se questionnent desormais sur l’origine des produits. C. DESAUNAY est ensuite revenue sur la confiance des Français vis-à-vis des petites et grandes entreprises, 30% déclarent faire confiance aux grandes entreprises contre 80% pour les petites. Elle analyse qu’Internet peut être local et que les consommateurs privilégient les échanges entre particuliers et qu’il est primordial pour les marques d’utiliser les nouvelles technologies pour les améliorer.

Puis, Stéphane VROMMAN (Co-fondateur de Bulb in Town) revenait sur le crowdfunding et l’activité de son entreprise. Lors de sa présentation, S. VROMMAN parlait de la nécessité d’engager ses clients. Pour cela, la reconnaissance, le sentiment d’exclusivité ainsi que le pouvoir étaient nettement plus important pour eux que les prix réduits. En effet, ces trois facteurs permettent de créer une relation forte et de fidélité entre une marque et ses clients alors que la baisse des prix encourage un client à venir une seule fois mais sans lui donner envie de revenir et de faire la promotion de la marque. L’intervenant recommande donc aux marques de s’adapter aux nouveaux usages, de proposer une nouvelle expérience aux clients et d’innover pour surprendre le client.

L’avant dernière intervenante était Flore BERLINGEN (Co-fondatrice de Ouishare) qui revenait sur l’état du mouvement de l’économie collaborative en France et sur les différents secteurs touchés par cette économie.

Puis, elle présentait les quatre piliers afin de créer une véritable communauté pour les différents acteurs du monde collaboratif. La première est la confiance des utilisateurs entre eux et envers la plateforme. Pour augmenter, elle préconisait les commentaires entre utilisateurs ainsi que la vérification des éléments personnels par la plateforme. Le deuxième pilier est d’avoir des valeurs et de les affirmer auprès de sa communauté. Nous retrouvons régulièrement ces deux éléments dans les plateformes d’économie collaborative. L’animation de la plateforme est un point important pour la création d’une communauté. Pour cela, la plateforme peut utiliser des évènements privés, des trophées et des portraits d’utilisateurs. Enfin, l’ergonomie d’une plateforme est, peut-être, le ciment de la communauté car si l’ergonomie n’est pas parfaite, les utilisateurs seront lassés par la navigation. Les plateformes d’aujourd’hui ne sont pas encore au maximum sur ces deux derniers piliers pour créer un véritable sentiment de communauté.

Enfin, Eric CASSAGNE (Directeur de la marque Auchan) évoquait l’entrée d’Auchan dans l’économie collaborative. Auchan vient de passer un partenariat avec Quirky pour lancer un mouvement créative attitude. Tout le monde pouvait proposer un projet de nouveau produit sur la plateforme. Aujourd’hui il y a plus de 300 propositions par mois qui précèdent une sélection des meilleurs produits. E.CASSAGNE nous a même fait une petite confidence sur le premier produit qui sortira dans ses magasins en Alsace, d’où est originaire l’inventeur, dans quinze jours. L’intervenant nous expliquait les motivations d’Auchan d’être rentré dans l’économie collaborative avec Quirky. Cette plateforme permet à la marque d’être proche et à l’écoute de ses clients. Enfin, cette plateforme permet à Auchan d’avoir des produits que les concurrents ne possèdent pas dans leurs magasins.

La #confalittle a donc été très instructive et nous a permis de rencontrer et d’entendre des acteurs de l’économie collaborative. Nous espérons pouvoir encore participer à de nombreux évènements de ce type dans le futur.