Smartphone : top 5 des inventions pratiques pour ceux qui sont accros à leur mobile !

NeveDrop 3collaboractifs

Depuis l’arrivée des smartphones, et peut-être même déjà un peu avant, nous sommes beaucoup à être devenus « accros » à ces appareils mobiles qui nous suivent tous les jours. Je dis « nous » car je fais moi aussi parti de ces gens pour qui il est aujourd’hui très difficile de passer une journée sans avoir à plonger le nez plusieurs fois sur l’écran de son smartphone, notre nouveau meilleur ami. Du coup, on deviendrait presque des machines faisant tout le temps la même chose : textoter, aller sur Facebook, regarder l’heure, visionner les stories Snapchat de ses amis, regarder les actus de l’Equipe ou de RMC Info, répondre à une conversion de groupe sur Messenger, retourner sur Facebook et actualiser le fil d’actus toutes les secondes, jouer à Candy Crush, couper les notifications de cette même conversation de groupe Messenger qui font vibrer le smartphone en continu, re-regarder l’heure, etc.

Il est désormais devenu très difficile de pouvoir se passer de son smartphone et les rares moments où l’on doit s’en séparer paraissent presque interminables. Alors, pour tous ceux qui ont du mal à lâcher leur mobile, j’ai regroupé 5 inventions pratiques qui vont vous permettre de soulager votre esprit et de rester plus fidèle que jamais à votre meilleur appareil de compagnie. Lire la suite

Objets connectés : Ralph Lauren s’attaque au « polo » avec l’US Open 2014

Plus connue pour ses vêtements de marque, l’enseigne Ralph Lauren n’en est pas moins un acteur important du monde sportif. Pour les fans de la petite balle jaune, il ne leur sera pas passé inaperçu que le célèbre joueur de polo chevauchant son destrier est présent sur tous les maillots des ramasseurs de balle de la quatrième levée du grand chelem de cette année 2014 : l’US Open.

Le Polo Tech, une première attendue

Le tennis étant un sport à la notoriété et l’intérêt mondial, il est idéal pour les marques qui désirent communiquer. Adidas l’a démontré avec Novak Djokovic et son film « Smash the silence » en préparation pour ce même US Open 2014.

La marque Ralph Lauren a, elle également, profité de cet événement d’envergure pour sortir sa dernière invention : le Polo connecté. L’entreprise s’est associée à la firme canadienne OMSignal pour développer un projet assez original, mais toutefois pas complètement surprenant. Le monde des objets connectés de la sphère sportive progressant à grands pas, il apparaissait plutôt évident qu’après les montres capables d’analyser nos performances de course, ou encore les raquettes Babolat capables d’évaluer notre qualité de jeu (pour rester dans le tennis), une technologie plus intégrée liée aux informations physiologiques voit le jour.

Techniquement, le tee-shirt capte les données biométriques de l’individu via les fibres qui composent ce maillot. Il s’agit en fait de fibres d’argent munies de biocapteurs qui sont intégrées dans le tissu. S’il permet donc d’analyser sur l’application dédiée notre fréquence cardiaque, notre respiration ou notre activité, le maillot est également présenté comme vêtement de compression qui améliorerait la circulation sanguine, et faciliterait la récupération.

Un coup de pub, mais pour quoi ?

Si Ralph Lauren frappe un coup dans le monde des objets connectés, c’est surtout par son effet d’annonce, car la phase de commercialisation du maillot n’est pas encore à l’ordre du jour. Le Polo Tech reste un prototype, c’est David Lauren, directeur de communication de la marque qui l’a annoncé lui-même. Du côté de la stratégie marketing de l’opération, on peut considérer qu’elle s’est faite de façon discrète : le tennisman ambassadeur de la marque pendant le tournoi étant l’anonyme Marcos Giron.

Ralph Lauren 2

La stratégie de Ralph Lauren paraît donc encore assez floue et plusieurs objectifs pourraient être perçus derrière cet effet d’annonce. D’une part la recherche de partenariat avec des sportifs performants capables de représenter la marque en tant que vêtement de mode (comme le fait H&M avec Tomas Berdych), je pense notamment à Grigor Dimitrov. Ou d’autre part le simple fait d’obtenir une exposition mondiale, avec l’objectif à long terme que le Polo Tech soit un objet de mode du quotidien capable de contrôler notre bon état de santé, ce qui pour le coup n’aurait plus de rapport direct avec le sport.

Les semaines à venir devraient nous permettre d’en savoir un peu plus, en attendant la date de commercialisation des Polo Tech… Et pourquoi pas espérer un dénouement ce dimanche à l’occasion de la finale de l’US Open !

Fabien Clouet   /   @FabienClouet

Facebook prépare le réseau social de demain

Après l’achat de Whatsapp et Instagram, Facebook continue d’investir pour innover dans la création de son réseau social.

Facebook rachète Oculus pour 2 milliards de dollards.

Le casque Oculus Rift
Facebook vient d’acquérir la start-up américaine Oculus VR qui a déjà développé un casque à réalité virtuelle pour les jeux vidéo, l‘Oculus Rift. Le montant de ce rachat est de 2 milliards de dollards mais avec un paiement de 400 millions de dollars de cash et le reste en actions du réseau social.
Facebook rentre donc dans la course des nouvelles technologies pour concurrencer Google, Amazon, Apple qui investissent massivement dans le marché des objets connectés.

Pour Mark Zuckerberg, cet investissement a pour but de développer la plateforme sociale de demain : « Le mobile est la plate-forme d’aujourd’hui mais nous voulons aussi être prêts pour les plates-formes de demain. Il y aura peut-être de la publicité dans le monde virtuel et si nous parvenons à bâtir la plate-forme que nous voulons bâtir, il y aura beaucoup d’opportunités de monétisation ».

La réalité virtuelle au service d’un réseau social

La réalité virtuelle correspond à la simulation interactive et immersive, visuelle et sonore, d’un univers réel ou imaginaire. Elle permet de plonger une personne dans un monde artificiel via une interface spécifique. Lorsqu’un utilisateur enfile son « casque », il peut faire abstraction de son environnement car il est virtuellement ailleurs.
Cette nouvelle technologie laisse entrevoir de nouvelles perspectives au fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg : « Oculus a la possibilité de créer la plate-forme la plus sociale de l’histoire et de changer la manière dont nous travaillons, jouons et communiquons […] dans le futur, les réseaux sociaux ne serviront plus seulement à partager des moments, mais de véritables expériences. Imaginez vivre un match au bord du terrain, étudier dans une classe avec des élèves et des enseignants situés dans le monde entier ou consulter un médecin, juste en mettant vos lunettes à la maison ».
Markus Persson, s’est lui aussi exprimé sur cet investissement. Connu pour avoir créé le jeu Minecraft, il était en discussion avec Oculus pour adapter son jeu à la réalité virtuelle mais a annoncé la fin des discussions avec la start-up tout en déclarant que « la réalité virtuelle n’est pas mauvaise pour les interactions sociales » et pense que « le social pourrait devenir l’une des principales utilisations de la réalité virtuelle ».

Cet investissement de Facebook laisse place au fantasme de chacun pour imaginer le réseau social de demain.

Dimitri Marié

Babolat révolutionne sa stratégie marketing avec la raquette connectée

Babolat, l’innovation technologique au service du tennis

En préparation depuis 4 ans, la première raquette de tennis connectée a été présentée au Consumer Electronics Show de Las Vegas en janvier 2014. Après plusieurs dizaines d’années d’innovations matérielles, la marque française familiale Babolat apporte à la raquette de tennis sa première innovation technologique.

Homologuée par l’ITF en décembre 2013, la Pure Drive Play&Connect est équipée de capteurs de position et de vibrations installés dans le manche. Gyroscope et accéléromètre permettent donc d’analyser la façon de jouer de l’utilisateur, le nombre et le type de coups qu’il effectue, la vitesse des balles, l’angle de la balle et le centrage.

Grâce aux 6 heures d’autonomie et 150 heures de mémoire pour le recueil de données, chaque joueur pourra connecter sa raquette à son smartphone ou sa tablette via l’application dédiée, et ainsi analyser ses performances dans le temps et se comparer aux autres joueurs.

La pure drive play & connect : de la création de communauté à la stratégie marketing

Avec cette raquette connectée, Babolat se lance un challenge, en parfaite harmonie avec les tendances actuelles : révolutionner sa stratégie marketing par la création d’une communauté.

Alors que depuis plusieurs années les marques se positionnent sur le marché grâce à l’équipement de stars « bankables » (Nadal et Tsonga pour Babolat, Murray et Djokovic pour Head, Federer pour Wilson), Babolat ouvre la porte d’une nouvelle façon de vendre. Et si acheter une raquette ne permettait plus seulement de s’identifier aux professionnels mais plutôt de se brancher à une communauté de joueurs et joueuses à travers le monde ?

Très médiatisé mais peu porteur de valeurs collectives, le tennis vit aussi la transformation d’un monde toujours plus connecté. Avec la play&connect, Babolat se donne l’opportunité de communiquer et mettre en réseau ces quantités de personnes en quête de plaisir égoïste. Un concept qui s’inscrit dans la lignée de celui du running (Nike+ Running permet de mesurer ses performances et de se comparer à ses amis via une application), mais qui devrait surtout offrir à la marque française l’avantage concurrentiel des années futures.

Premières connexions et comparaisons de performances entre amateurs et professionnels espérées pour Roland Garros avec Na Li et Julien Benneteau !

Comme le dit Babolat : « Le match continue en dehors du court ».

Fabien Clouet