Nextdoor, le réseau social entre voisins qui ne fait pas de quartier !

nextdoor - social media

Fondée en 2010 à San Francisco, et testée dans un peu plus de 150 quartiers américains courant 2011, le réseau social privé Nextdoor est en train de devenir le nouvel outil digital tendance aux Etats-Unis. En effet, ce ne sont pas moins de 40 000 quartiers à travers le pays qui ont créé leur propre communauté et qui profitent des services que propose la plateforme.

Dynamiser la vie de quartier

Nextdoor, c’est ni plus ni moins qu’une application où l’on poste des messages… mais qui ne sont visibles que par ses propres voisins ! A la fois réseau social et plateforme collaborative, Nextdoor a été créé pour favoriser les interactions entre les habitants d’un même quartier en y associant des valeurs d’entraide, de partage et de fraternité notamment. Alors que les relations entre voisins deviennent de plus en plus rares, surtout dans les villes modernes où le web prend une place considérable dans les échanges entre individus, l’application Nextdoor propose justement de profiter de la digitalisation pour recréer de vrais liens physiques via des possibilités d’actions nombreuses : demander un outil de jardin, trouver un baby-sitter pour une soirée, faire surveiller sa maison pendant ses vacances, ou encore indiquer les événements à venir dans le quartier. La consommation collaborative et l’esprit d’entraide semble être la base souhaitée par Nextdoor pour que de réelles communautés de voisinage puissent petit à petit voir le jour.

La confiance avant tout

Comme dans beaucoup de plateformes collaboratives, la confiance est un des facteurs clés de succès les plus importants. En effet, il est primordial de connaître un minimum ses voisins et de savoir à qui l’on s’adresse avant de demander un service à la communauté. Pour aider à installer ce climat de confiance, Nextdoor s’appuie sur des conditions d’accès à l’application hautement sécurisées. Le créateur d’un « quartier communautaire » doit ainsi définir les contours exacts du réseau de voisinage et l’ensemble des futurs membres doivent ensuite certifier leur adresse postale en communiquant un numéro de téléphone fixe, un numéro de carte d’identité ou encore un numéro de sécurité sociale. Tout est donc fait pour qu’aucun intrus ne puisse s’introduire dans ces réseaux de voisinages 2.0.

Nextdoor - sécurité - adresse

Un business model en construction

La viralité du phénomène s’est accélérée ces derniers mois propulsant Nextdoor sur le devant de la scène. Grâce à un nombre déjà élevés de membres actifs, la société a déjà pu lever pas moins de 100 millions de dollars de fonds depuis sa création et se tourne désormais vers une recherche d’un business model intéressant. Ainsi, on pourrait voir apparaitre des commissions sur des transactions réalisées via la plateforme, comme cela se fait dans la plupart des sites d’économie collaborative, ou encore des partenariats avec des acteurs locaux qui pourraient profiter des communautés créées pour élaborer des campagnes de communication ciblées, impactantes, et donc également plus rentables. Reste désormais à savoir si l’ouverture d’esprit des Américains n’est pas trop large pour nous, Français, car ce réseau social de proximité est une vraie bonne idée et il serait dommage de devoir s’en priver.


Rafaël De Oliveira / @Raf_dragaozito