My Roland Garros l’appli pour améliorer l’expérience tennistique parisienne !

My RG

Savez-vous ce qui commence officiellement ce dimanche, mais qui est en réalité lancé depuis le début de la semaine pour certains participants ? Pas de surprise pour le fan de tennis que je suis, vous me direz donc : Roland Garros !

Mais qu’est ce qui change dans cette édition 2015 ? Une activité intense sur les réseaux sociaux pour la deuxième levée du grand chelem de l’année ? Pas moins que l’année précédente en tous cas ! Côté sportif, peut-être un Nadal-Djokovic en quarts qui s’annonce comme une finale avant l’heure, ou côté connecté la marque Babolat qui communique pour de bon sur sa raquette connectée avec Rafaël Nadal en tête d’affiche ?

Non le véritable changement de cette année, c’est l’arrivée d’un application dédiée aux spectateurs pour améliorer l’expérience événementielle. Son nom ? My Roland Garros ! Lire la suite

Publicités

Le marketing digital et ses tendances en 2015

mark digital

Les marketeurs attirés de plus en plus par le digital ! 

D’après une étude réalisée par WBR Research au Royaume Uni, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, la moitié des décisionnaires marketing senior pensent que les investissements de leur entreprise dans le digital ne sont pas suffisants et 87% prévoient d’augmenter leurs dépenses sur le marketing mobile.

Les trois objectifs principaux dans le marketing digital sont la génération de ventes, l’acquisition de nouveaux clients et l’augmentation du trafic sur le site web.

Durant l’année 2015, les marketeurs français auront pour objectif principal de développer des activités multicanales avant même la génération de ventes. Ce marketing digital fait désormais partie intégrante de la stratégie marketing des marketeurs. Aujourd’hui, les campagnes digitales gagnent du terrain sur les autres canaux grâce à un ciblage nettement plus performant ce qui permet, d’après 8 marketeurs sur 10, un retour sur investissement plus important. Le mobile est plébiscité par les répondants de l’étude, ce qui explique l’explosion du marché des applications mobiles, mais très peu ont confiance en leur propre offre.

C’est pourquoi 87% prévoient d’augmenter leurs investissements dans ce secteur, car ils ressentent un déficit face à leurs concurrents. Nous pouvons remarquer une forte volonté des marketeurs de s’ouvrir à des nouvelles technologies même avant que le retour sur investissement soit prouvé. Les marques doivent être innovantes et être les premières à investir une nouvelle technologie, un nouveau réseau, c’est ce qui explique également l’intérêt des marques pour les réseaux sociaux en 2015. Après ce bref constat du marché du marketing digital et de son évolution future, prévoyons ensemble les tendances du marché en 2015.

Le contenu est roi

Aujourd’hui, les marques se doivent d’être performantes dans la création de leur contenus digitaux aussi bien pour leur référencement ou la gestion de leur image sur les réseaux sociaux. Même si l’image devient plus forte que les mots sur ces canaux, les marques se doivent d’être innovantes et intéressantes dans le fond et la forme. Le brand content restera donc une priorité des marketeurs pour le digital.

Des régies publicitaires diversifiées et performantes

A partir de 2015, les régies publicitaires auront à nouveau la côte. Google Adwords reste bien évidemment la plus connue, mais les marques devront néanmoins innover en investissant sur d’autres régies afin de diversifier leurs messages et leurs audiences. Les réseaux sociaux avec une audience importante tels que Facebook ou Twitter cherchent donc à développer de nouveaux outils pour attirer les marques sur leur régie publicitaire.
Durant l’année 2014, Facebook a notamment amélioré la performance de ses publicités ou encore investit dans une plateforme publicitaire multicanal tandis que Twitter a lui rendu visible le nombre de vues d’un Tweet ou a encore testé un bouton « click-to-call ». Un autre géant du Web, Amazon, propose un outil intéressant pour les sites marchands, facturé au clic elle permet de proposer ses produits sur l’interface d’Amazon pour finalement ramener les clients sur son propre site. Cette offre propose un fort retour sur investissement puisqu’il ne sera facturé que si vos produits suscitent l’attention d’un client potentiel.

Native advertising & data analyse

Pour 2015, le ciblage deviendra de plus important dans les publicités display afin d’intéresser et de proposer aux internautes une bonne expérience utilisateur. Le contenu publicitaire pourra donc être affiné selon les intérêts, les comportements de chacun grâce au retargeting et à un traitement plus performant des big et smart data.

Une stratégie multicanale

Comme démontré dans l’étude précédemment, le mobile sera le nouvel outil important des stratégies marketing. Il faudra obligatoirement se doter d’un site responsive ou avoir une propre version mobile. Cette présence sur smartphone et tablette permettra aux marques d’accompagner les utilisateurs sans casser l’expérience client.

Les objets de plus en plus connectés

Aujourd’hui, les objets connectés investissent toutes sorte d’activité. Les objets connectés peuvent être envisagées de différentes manières. La première étant de lancer sa gamme de produits connectés tel que babolat avec sa raquette connectée ou encore Ralph Lauren et son polo. Ces marques investissent dans de nouveaux produits high tech, tendance et qui propose une nouvelle expérience client. Toutes les marques n’ont pas pour vocation de créer des objets connectés mais elles peuvent tout de même intégrer ceux-ci au coeur de la stratégie de communication avec des actions spéciales qui interpelleraient les cibles. Les marques pourront également penser à intégrer les beacons à leurs actions de communication mais également sur leur point de vente pour enrichir encore plus l’expérience client.

La réalité augmentée : encore trop tôt ?

Deux géants du Web risquent de s’affronter cette année sur le marché de la réalité augmentée avec Google et ses google Glass et Facebook qui a fait l’acquisition de l’Oculus Rift en 2014. Cette technique reste encore trop confidentielle et non accessible à un trop grand nombre de personnes pour qu’elle fasse partie des tendances de 2015. Si les deux géants trouvent un angle d’attaque sur un marché plus important et avec une utilisation plus large, il est certain que cette technologie deviendra un élément très intéressant à intégrer dans les stratégies de communication pour les marques.

Je ne peux donc que vous encourager à réaliser une veille permanente et laisser libre cours à votre imagination pour intégrer toutes les nouvelles tendances à votre stratégie marketing.

Dimitri Marié – @dimitrimarie

Flashgap, l’album photo entre amis à découvrir le lendemain midi

Vous vous demandiez peut-être ces derniers temps : mais où sont passés les 3collaboractifs ? Nous ont-ils oubliés ? Et oui, trois semaines sans article c’est long, très long. Le blog de veille s’était lui aussi mis en veille de façon passagère, mais ça c’était avant ! Pour ce retour dans nos quelques derniers jours à passer ensemble en 2014, c’est d’une appli pour préparer votre réveillon du nouvel an que je vais vous parler : Flashgap !

Flashgap est une application mobile disponible sur iOS et en version beta sur Android au principe plutôt simple : un album photo commun entre amis sur l’appli.

Inspiré du générique du film Very Bad Trip, où les photos prises pendant l’enterrement de vie de garçon défilent en même temps que les noms de toute l’équipe technique ayant participé à la réalisation, Flashgap fonctionne donc exactement de la même manière.

Vous vous inscrivez sur l’application, vous créez un événement (soirée, week-end…), puis vous invitez vos amis à rejoindre l’album photo de l’événement en question. Tous les invités profitent ainsi de la soirée et prennent des photos auxquelles ils n’ont pas accès directement. C’est le lendemain de l’événement, à midi pile, que tous les participants ayant utilisés Flashgap ont accès à l’album et redécouvrent leur soirée sous un nouvel angle. Tout comme on le fait en découvrant des photos insoupçonnées dans le générique de fin d’un film.

Flashgap

Ainsi c’est surprise totale pour tout le monde, car les photos peuvent être à l’avance connues de tous (pour des selfies de début de soirée par exemple) ou… de personne ! Il n’est pas exclu que certains photographes à la mémoire flouée par quelconques substances liquides puissent avoir capturé sans s’en souvenir des moments inoubliables de la soirée !

A l’origine de Flashgap, on trouve donc quatre jeunes hommes adeptes de soirées et à la recherche de nouvelles émotions pour le partage de leurs photos de soirées, d’événements ou de vacances. Julien Kabab explique par ailleurs qu’en plus de la redécouverte ludique de la soirée, l’appli Flashgap est également un moyen de regrouper naturellement toutes les photos prises par différentes personnes sur un même événement, plus besoin de se battre pour contacter vos amis et récupérer l’ensemble des clichés.

TeamFlashgap3collaboractifs

Flashgap n’oublie pas non plus d’intégrer un espace de discussion sur chaque album partagé, car qui dit « photo compromettante », dit forcément « commentaires compromettants » qui vont avec !

Alors en attendant de voir votre photo dans le générique d’un prochain film à gros budget, vous pouvez toujours miser sur l’application Flashgap et constater les dégâts après votre réveillon du nouvel an ! On le sait bien, tous nos amis ne sont pas des anges, car m’est avis qu’avec une appli comme celle-ci certains se feront un plaisir de chasser les insolites du réveillon à venir !

Fabien Clouet   /   @FabienClouet

Solutions de paiement sur mobile : la guerre a déjà commencé !

La nouvelle est sortie il ya de ça quelques jours, et elle n’est pas vraiment une surprise si l’on suit l’actualité de la technologie mobile et des medias sociaux : Facebook prépare un système de transactions d’argent entre amis intégré à son application « Messenger » qui encadre les discussions du réseau social sur smartphones.

Facebook cherche de nouveaux modes de financement

Si Facebook et ses 1,3 milliards d’utilisateurs apparaissent comme un des géants de notre société, cela n’empêche pas Mark Zuckerberg et ses associés de réfléchir aux nouvelles opportunités qui se présentent. Et ce n’est un secret pour personne, Facebook aimerait affirmer la diversification de ses activités comme le réussit actuellement Google. C’est dans cette optique que la marque américaine prépare le lancement de son système de paiement sur mobile.
Le principe est simple : vous entrez vos coordonnées bancaires dans votre téléphone, ainsi que celles de l’ « ami messenger » à qui vous souhaitez transférer de l’argent, et le tour est joué. Pour l’instant rien n’a encore été confirmé par Facebook car les prémices de cette fonctionnalité ont été découvertes par un étudiant qui fouillait le code de l’application Messenger. Pas de date de sortie donc, mais une confirmation que le paiement sur mobile est au centre des intérêts, il représenterait par ailleurs l’opportunité d’une nouvelle source de revenus non-négligeable !

Messenger Paiement 3 Collaboractifs

Le monde du paiement en plein chamboulement

Que Facebook se positionne sur les transactions financières sur mobile entre particuliers n’est pas du tout une surprise. Si nous, occidentaux, sommes encore très attachés à notre système de paiement bancaire et aux « carte bleues », le monde des transactions financières est en pleine révolution. Nous vous avions déjà présenté d’autres initiatives du genre comme le bouton « Buy » également développé par Facebook ou le système Pay@table lancé par Paypal dans plusieurs villes du monde dont Nancy qui faisait office de ville test en France.
Mais si nous élargissons un petit peu notre champ de vision, on constate qu’il est loin de s’arrêter à l’Europe, à l’Amérique du Nord et aux pays asiatiques dynamiques. D’autres initiatives du genre sont présentes autre part dans le monde comme le système de paiement M-Pesa utilisé au Kenya par la population qui est déjà familiarisé avec les transactions mobiles, et je ne parle même pas des applications asiatiques comme WeChat qui diversifient à outrance leurs activités.
Et les banques derrière tout ça ? Comment vont-elles digérer cette transition et l’apparition d’une nouvelle concurrence dont le métier de la transaction financière n’est initialement pas la compétence ?
Beaucoup de questions se posent donc sur le sujet en ce moment. Et la seule certitude qui existe est que l’attentisme ne semble pas être une solution envisageable pour se faire une place au soleil des transactions financières sur mobile. Facebook l’a bien compris, en attendant que les usages changent…


Fabien Clouet / @FabienClouet

Publicité : Facebook innove avec Atlas pour un ciblage multicanal performant

Atlas vs Google 3collaboractifs

Facebook se dote d’une nouvelle plateforme d’achats publicitaire : Atlas

Si Facebook avait racheté la plateforme publicitaire Atlas à Microsoft, on attendait avec impatience les répercussions concrètes de cette démarche, c’est désormais chose faite. Facebook vient d’annoncer lors de l’Advertising Week de New York avoir totalement modifié cette ancienne plateforme pour créer un outil de ciblage utlra performant.

Sur le blog de l’entreprise d’Atlas, Erik Johnson explique que : « Les internautes passent plus de temps sur différents terminaux qu’avant. Ce changement a un fort impact sur le parcours client, qu’il soit en ligne ou en magasin. Or, les technologies d’aujourd’hui – les cookies – sont moins efficaces quand elles sont utilisées seules. Les cookies ne fonctionnent pas sur mobile, sont moins bons dans le ciblage démographique et ne peuvent pas suivre le tunnel de conversion du client à travers les navigateurs et les différents canaux. »

Le site Re/code indique que Facebook « permet aux annonceurs d’acheter des annonces, via Facebook, pour les implanter sur des sites qui n’appartiennent pas au réseau ». En d’autres termes, des annonces sur des sites tiers seront ultra-ciblées sur n’importe quel site grâce à un suivi et une connaissance parfaite des données personnelles.

Facebook et deux annonceurs américains, adaptly et Refinery 29, ont réalisé une étude sur les campagnes publicitaires personnalisées qui sont 70 % plus efficaces que le simple « placement de produit ». Atlas a déjà conquis l’agence Omnicom, un géant qui a déjà comme clients Intel ou Pepsi. Cela prouve que la plateforme a déjà conquit des acteurs confirmés pour réaliser des premiers partenariats importants.

Selon eMarketer, Facebook représentait, en 2013, 5,8 % des revenus publicitaires en ligne dans le monde et 14 % aux Etats-Unis. Le réseau social devrait atteindre 8 % d’ici la fin de l’année. Le marché de la publicité en ligne est en pleine croissance avec une augmentation de 15 % en 2013, 120 milliards de dollars, et devrait atteindre les 140 milliards en 2014.

Facebook chercher donc à développer son business model avec une nouvelle source de revenue comme l’ensemble des réseaux sociaux tel que Snapchat, Twitter ou encore Pinterest. Au second semestre, 67 % des recettes de Facebook provenaient de la publicité.

Ryan Skinner, analyste chez Forrester, explique: « Si Facebook arrive à positionner des publicités à cet endroit de manière à ce que, d’une part elles suscitent l’adhésion, d’autre part elles ne réduisent pas l’engagement des utilisateurs, la source de revenus potentielle est énorme. »

Une offre multicanal

Une évolution publicitaire multicanal était à envisager pour Facebook en observant sa stratégie ces derniers mois. En effet, le leader des réseaux sociaux avait choisi d’encourager l’utilisation mobile et améliorait son offre pour les utilisateurs. Ces choix s’expliquent par la multiplication des terminaux pour surfer et acheter. Avec ce constat, Facebook a bien compris que le ciblage par les cookies est devenu moins rentable qu’auparavant. Facebook avait déjà innové dans la possibilité d’acheter sur mobile grâce au bouton « buy » testé aux Etats-Unis.

Le réseau social de Mark Zuckerberg promet aux annonceurs de ne pas perdre la trace d’un utilisateur qu’il soit sur mobile, sur ordinateur ou tablette et de pouvoir l’atteindre même sur d’autres sites. Jusqu’à présent, très peu d’entreprises atteignaient la vision 360° multicanal. Facebook accélère donc son évolution sur l’exploitation de données personnelles de ses utilisateurs, malgré les nombreuses critiques et affaires auquelles il doit faire face. Face à ça le réseau social rappelle que seulement les données seront exploitées mais que les utilisateurs resteront anonymes…Pourquoi ne pas le croire ? Si nous sommes capables de croire le fondateur d’Ello que son réseau social se fera sans publicités…

Il existe cependant une réserve quant à cette innovation, la publicité mobile explose en volume, elle reste faible en valeur. D’après Ryan Skinner : « A priori, les annonceurs paieront toujours plus pour de la publicité très ciblée, mais il faut aussi qu’ils sachent très précisément comment ces publicités sont ciblées et de quelle façon elles peuvent agir sur les comportements des consommateurs ». Il faudra donc que cette plateforme soit capable d’apporter des résultats analysables et concrets pour convaincre des annonceurs pour en attirer de nouveaux et augmenter les dépenses dans cet outil. Principal avantage de Facebook : le spécialiste des réseaux sociaux n’a pas besoin d’utiliser les cookies pour tracer les internautes lors de leur navigation web. Il peut passer par leur compte Facebook pour les suivre qu’ils soient sur leur ordinateur, leur smartphone ou leur tablette.

Facebook sera donc bientôt opérateur d’une plateforme DSP (Demand side plateform) mais devrait aussi fournir une plateforme d’achats en Real Time bidding. Ces systèmes permettent de négocier automatiquement les tarifs auprès de places de marché publicitaire via un système d’enchères.

Innovation de Facebook : Google répond dans la foulée!

Leur busines model se développe grâce en partie à la publicité et l’augmentation du nombre de membres. Plus il yen a, plus il y a de données, plus celles-ci sont analysables, plus elles coûtent cher, plus elles sont rentables. Avec ce nouvel outil, Facebook s’équipe pour se lancer à l’assaut du leader du marché publicitaire : Google.

Pour exemple, au deuxième trimestre, Facebook avait récupéré 2,68 milliards de dollars de chiffre d’affaires de la publicité, contre 14,36 milliards pour Google. Mais la part de marché de Google devrait subir les conséquences de l’innovation de Facebook. En effet, selon eMarketer, Google devrait baisser à 44.6% du total des dépenses publicitaires sur mobile alors que Facebook atteindrait 17% avec une augmentation de 20% seulement pour cette année.

Google se devait donc de répliquer rapidement en lançant de nouveaux outils et formats publicitaires à destination des annonceurs qui souhaitent se positionner sur le mobile et sur le cross-canal. Il faut évidemment répondre à l’innovation de son principal concurrent pour ne pas perdre trop de parts de marché.
Le géant du Web va donc proposer des outils supplémentaires et de nouveaux formats de display. Pour fournir une offre encore plus complète. Google a fait un effet d’annonce pour répondre à l’innovation de Facebook mais ces outils ne seront déployée dans les prochains mois… ne sera-t-il pas trop tard ?
La première fonction qui est nommée « Mobile lightbox Engagements Ads » permettra la création automatique de publicités HTML5 « dynamiques » pouvant se redimensionner pour s’adapter aux différents terminaux.
Les annonceurs pourront bénéficier de la vidéo TrueView, que l’on trouve déjà sur Youtube et dans les jeux mobiles.
Google proposera aussi les bannières à positionnement relatif, qui restent affichées même quand l’écran défile. Les membres du moteur de recherche travailleraient également sur la généralisation des publicités « en qualité magazine » : jusqu’alors limitée aux sites Web mobiles, leur disponibilité va s’élargir aux applications.
Puis, les clients du Réseau Display pourront avoir accès à une possibilité de redimensionner automatiquement des images et de convertir les publicités Flash en HTML5 pour faciliter leur lecture sur les différents terminaux et systèmes d’exploitation.
Google travaille donc sur une offre de nouveaux formats et sur la création d’outils pour rendre responsive une publicité pour tous ses clients.
Facebook gagnera encore quelques points de croissance sur le marché du fait de son avance sur ces nouveaux outils. Mais, cette concurrence force Google à innover encore plus et proposer de nouveaux outils pour les annonceurs.

Avec ces nouvelles innovations, nous pourrons nous demander si les géants d’Internet n’iront pas encore plus loin dans le non respect du droit européen sur l’exploitation des bases de données et le non respect de la vie privée. Qu’en sera-t-il lorsque l’affrontement sera à son maximum ?

Dimitri Marie – @dimitrimarie