1Mile, la plateforme d’échange donne le sourire !

Lancée le 1er février 2014, la plateforme 1Mile a été créée à Mulhouse par un entrepreneur aguerri passionné du web et de relations humaines, Stéphane Saidani. Très récente sur le marché, la plateforme compte déjà près de 1500 membres. Pas forcément innovante dans son idée de partage de services déjà largement repris, 1Mile avance tout de même avec un concept intéressant et globalisé qui s’adresse à l’ensemble de notre société. Présentation !

L’eco-système de l’entraide, globalisé pour tous les acteurs

1 Mile avance avec un objectif dans le viseur, créer un éco-système d’entraide pour tous. La plateforme souhaite donc s’adresser à tous : commerçants, étudiants, porteurs de projets…

Le système est simple. 1Mile offre la possibilité de demander de l’aide ou de proposer un service. Le principe est celui de l’entraide entre voisins, d’où le nom de la plateforme « 1Mile ». Lorsque vous indiquez votre position, les offres répertoriées dans 1,6 kilomètre autour de vous sont répertoriées, soit dans un rayon d’un mile.

1mile 3collaboractifs

Le système d’échange est régulé par des points appelés des « smiles », qui vous rappelleront peut-être l’ex-système de fidélité d’entreprises telles qu’Air France, la SNCF ou Géant Casino. En réalité le nom Smile a été choisi pour deux raisons, d’une il rappelle le mot « Mile » du nom de l’entreprise, et de deux il évoque la bonne humeur communicative qui se transmet lors de l’aide entre personnes (smile veut dire sourire en anglais). Ainsi lorsque vous rendez service, vous recevez des sourires en échange, que vous pourrez également donner à quelqu’un lorsque vous aurez besoin d’une aide quelconque.

Il y a plusieurs manières de gagner des smiles : à l’inscription, en parrainant un nouvel arrivant sur la plateforme, et bien sur en répondant à l’offre de demandeur en leur apportant votre aide ; il devrait également être possible d’acheter 1 smile pour 1 euro à partir de 2015. Lorsque vous créez une annonce, les autres membres peuvent y répondre instantanément. Une boîte de dialogue apparaît directement à l’écran sous la demande effectuée où l’offre proposée.

Les mags pour faire l’actualité, les projets pour soutenir des actions !

1Mile innove en créant des rubriques supplémentaires. Les mags permettent aux entreprises, commerces, associations, évènements ou autres œuvres de valoriser leur activité sur la carte. Ce sont des espaces dans lesquels vous créez un article auquel vous pouvez ajouter des photos. La promotion et l’actualité en quelque sorte !

Les projets, eux, sont portés par les associations ou certaines personnes. Vous pouvez ainsi proposer des œuvres d’intérêt local, régional ou plus. Vous présentez votre projet et précisez le montant visé ou les tâches qui vous permettront d’atteindre votre objectif. Les autres membres de la communauté 1mile pourront soutenir votre projet de trois façons : en vous faisant une promesse de don (l’argent transite ensuite entre les personnes, pas par le site), en offrant des smiles ou en proposant vos compétences sur certaines de leurs demandes.

Les mags, comme les projets, n’apparaissent qu’à la demande de l’utilisateur qui peut sélectionner les rubriques apparentes à l’écran : demandes de services, offres de services, projets ou mags. La visibilité sur la carte se fait sur deux échelles, d’une part celle du mile (1,6… km), d’autre part celle des 5 offres ou demandes les plus proches. L’avantage de ce système, c’est la qualité du filtre. Les propositions sont localisées via votre position mais vous pouvez également choisir de déplacer votre avatar sur la map pour soutenir des projets dans des régions qui vous tiennent à cœur.

1mile

Pour l’avenir, 1Mile a trois objectifs affichés : élargir la plateforme aux autres pays francophones, lever des fonds pour accélérer son développement, et développer une application mobile pour intégrer un développement global d’ici 2015. Côté business model Stéphane Saidani affirme que la plateforme restera gratuite et sans publicité. Il compte sur l’achat de smiles de la part des utilisateurs pour rentabiliser son entreprise.

Lauréate du prix de la Mairie de Paris au concours Lépine de cette année, 1Mile trace donc sa route en emmenant dans ses valises particuliers, mais également entreprises et associations. 4% des comptes créés sont déjà représentés par ces entités marchandes. La plateforme collaborative pour toutes les entités de la société confondues, c’est ça l’innovation de 1Mile !

Fabien Clouet

« Views » : Airbnb attaque le marché de la pub audiovisuelle

J’en parlais avec vous le mois dernier. Face à la forte croissance du nombre de locations d’hébergements via son site web, la marque américaine Airbnb commence à s’attirer les foudres des autorités législatives désireuses de taxer l’activité. Les groupes hôteliers sont également présents pour faire pression face à ce concurrent extrêmement puissant en passe de bouleverser le monde de l’hébergement.

Une véritable stratégie de communication

Mais derrière ces quelques obstacles sur son parcours, Airbnb ne se fait pas prier pour accélérer son développement. Si la marque assure une présence visuelle par l’intermédiaire d’affiches dans les grandes villes mondiales, elle vient de passer la vitesse supérieure en ce début de mois de mai.

Airbnb pub metro

Symbole de l’éclosion de tout un modèle économique (celui de l’économie collaborative), Airbnb vient tout récemment d’attaquer le marché de la publicité audiovisuelle avec une campagne de communication : Views. La campagne est pour l’instant adaptée aux pays anglophones, en attendant les versions dans d’autres langues.

Si Airbnb accentuait, depuis sa création, sa communication sur le fait de trouver un « chez soi » partout dans le monde, l’entreprise arrive ce coup-ci sur le marché de la publicité audiovisuelle avec un nouveau slogan : « Book a home. Get a unique view of the world ». Avec cet investissement, Airbnb s’offre la possibilité de communiquer sur les supports quotidiennement utilisés que sont les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.

Dans la concurrence qui la confronte aux autres modes d’hébergements, Airbnb revendique donc l’apport d’une touche expérientielle et nouvelle que les autres ne peuvent tout simplement pas offrir : « Des points de vues uniques sur le monde » !

Vis-à-vis des autorités, Airbnb justifie son développement et ses positions en avançant le fait de justement louer des appartements dans des zones initialement peu touristiques : participant en plus au développement de quartiers et espaces urbains ou ruraux.

Airbnb, l’exemple à suivre ?

Au-delà de tous ces questionnements, il est intéressant de constater à quel point l’économie collaborative, par l’intermédiaire de ce que fait Airbnb met véritablement les pieds dans le système économique mondial et peut véritablement rivaliser avec ce qui existe depuis plusieurs années. Basé sur un système de partage solidaire et un esprit qui se veut collaboratif, l’économie collaborative permet aussi de créer de véritables entreprises qui se libéralisent ! Et le moins que l’on puisse dire c’est que cela n’est pas pour plaire aux corps de métiers concurrencés par toutes ces entreprises naissantes.

Mais ne devrions nous pas plutôt nous réjouir de voir évoluer les consommations de la population mondiale ? Plus d’échanges, plus de rencontres, plus de mobilité, plus de voyages… C’est tout simplement la société qui évolue. Airbnb montre la voie, il ne reste plus qu’aux autres entreprises de l’économie collaborative à s’inspirer pour faire clairement valoir leur droit d’exister justement au reste du monde.

Fabien Clouet