Blablacar, moteur d’une transformation sociétale

Covoiturage 3collaboractifs

Il y a un mois environ tombait successivement deux nouvelles d’importance pour la sphère de l’économie collaborative et sa figure de proue française Blablacar. D’une part le rachat de Carpooling, numéro deux du marché européen par l’entreprise française de covoiturage, et d’autre part l’annonce d’un autre rachat, celui de Rides, plateforme mexicaine de covoiturage.

Non pas que ces nouvelles aient bouleversé la planète, mais elles sont le bouclier et même plutôt l’épée combattant les détraqueurs de ce mode de consommation qui rentre dans les mœurs. En réalité, ces rachats sont les premiers signes nous concernant (en France), annonçant la révolution que nous allons vivre durant ce XXIe siècle. Lire la suite

TV, affichage : l’économie collaborative attaque la publicité offline !

L’économie collaborative est sur toutes les bouches ! Qui n’a pas entendu parler du phénomène de covoiturage, de la possibilité de louer sa voiture à d’autres particuliers, de mettre en vente ou louer des outils dont on ne se sert plus pour arrondir les fins de mois ou encore de trouver une maison à échanger à l’autre bout du monde pendant la période estivale ? L’économie de partage est en train de rentrer petit à petit dans les mœurs de notre société (même si beaucoup de gens n’ont pas encore eu l’occasion de profiter de services proposés) et cela ne semble être que le début. Et les grands acteurs de ce nouveau mode de consommation – j’entends par là les plus grandes plateformes collaboratives – ont bien compris l’immense potentiel qui existe et sont en train d’investir sur un canal bien différent de leur sphère digital : la communication offline.

Habitués à mener leurs campagnes publicitaires sur le web, ce qui parait évidemment logique puisque c’est leur outil premier de développement, les grandes plateformes collaboratives ont décidé de se porter vers une communication multicanal afin de diversifier leurs approches et de toucher un plus large public.

Airbnb et sa campagne d’affichage dans le métro

Le géant américain de l’hébergement collaboratif a mené il y a plusieurs semaines une campagne de communication au sein même du métro de Paris. Le lieu et le mode d’affichage n’ont évidemment pas été choisis au hasard : le sous-sol parisien est un des lieux les plus à même de créer le buzz grâce à son taux de fréquentation très important et il permet aux annonceurs de profiter d’encarts géants pour y intégrer leurs visuels. Airbnb a donc créé de grands posters mettant en scène différents logements des quatre coins du monde que l’on peut retrouver au sein de sa plateforme. Le style « carte postale » de ces visuels est un moyen malin de donner envie aux usagers du métro, en majorité des travailleurs, de s’évader et pourquoi pas d’envisager des voyages collaboratifs.

Airbnb_métro_paris_publicité_collaboratif

Blablacar et Drivy lancent leur pub TV

Covoiturage et location de voiture : les premiers acteurs à intégrer la télévision dans leur stratégie marketing font référence à l’automobile. Cela n’est pas très étonnant puisque ce sont les modes de consommation qui sont les plus en vogue en ce moment et qui bénéficient de retombées financières plutôt intéressantes (et le mot est faible quand on voit que Blablacar vient de réaliser une levée de fonds de 73 millions d’euros, rien que ça !). Venus avec des spots publicitaires assez créatifs, riches en couleurs et vantant les avantages de leurs plateformes par rapport aux modes de consommation classique, Blablacar et Drivy souhaitent toucher le grand public en jouant la carte de la sympathie et de la nouveauté.

Arguments budgétaires VS valeurs de l’économie collaborative

Lorsque des entreprises évoluent de manière significatives et commencent à posséder une force financière non négligeable, il parait légitime qu’elles utilisent les divers moyens de communication existants pour augmenter leur notoriété et jouer sur leur image de marque. Mais, les plateformes citées dans cet article font parti intégrante du phénomène d’économie collaborative. Or, ce nouveau mode de consommation s’appuie à l’origine sur de fortes valeurs de partage, de collaboration, d’entraide (modèle C to C*), de recherche d’économies, et même de création de communautés censés apporter un nouvel élan social à une population habituée à être conformée au modèle B to C**. L’apparition de ces plateformes sur ces canaux de communication offline pose la question de leur réel investissement au sein de la communauté collaborative, et on peut se demander si finalement cela n’est pas juste un moyen de profiter d’une image valorisante au moment de débuter. Serait-ce là une première vraie limite à l’économie collaborative ?

 –

Rafaël De Oliveira

* C to C = système de consommation de particulier à particulier.

** B to C = système de consommation de la marque au consommateur.

Circulation alternée : quand l’actualité booste la consommation collaborative !

Lundi 17 mars 2014. Le pic de pollution atteint le seuil critique. Le gouvernement prend une mesure radicale : seuls les véhicules au numéro d’immatriculation pair peuvent circuler !

Facile à dire, certes, mais terriblement compliqué à faire adopter à tous les conducteurs qui ont tiré le mauvais numéro. Surtout quand les solutions de repli – on peut citer les vélos, taxis, trains et autres transports en commun – ne sont pas toujours adaptées pour se déplacer jusqu’à son lieu de travail.

Le covoiturage crée le buzz malgré lui.

Consommation collaborative, le covoiturage.

C’est alors dans ce genre de contexte que l’économie collaborative prend tout son sens et devient une alternative plus qu’intéressante aux yeux des gens. En effet, la circulation alternée a créé un attrait incroyable pour les sites de location de voitures entre particuliers telles que OuiCar, Drivy ou encore Deways, mais également, et surtout, pour les plateformes web de covoiturage.

Carpooling, 123Envoiture ou encore Blablacar sont autant de sociétés qui ont vu la fréquentation de leur site exploser. Cette dernière, leader du covoiturage en Europe et récompensée à la cérémonie des Crunchies 2013*, a connu une hausse de la demande en covoiturage de 71% ce jour-là. Impressionnant.

Cette forte médiatisation a permis également à d’autres start-up moins connues de se mettre en avant. C’est le cas notamment de Wayz Up, une application spécialisée dans le covoiturage dédié aux trajets domicile-travail.

Un phénomène amené à se généraliser ?

La circulation alternée est un exemple d’actualité qui permet aux acteurs de la consommation collaborative de se mettre en évidence et de justifier les intérêts qu’ils peuvent avoir dans la société actuelle. Ainsi, on peut s’attendre à voir le covoiturage connaître de nouveaux pics de fréquentation lors des prochaines grèves de la SNCF ou de la RATP, par exemple.

Quid des autres domaines de l’économie collaborative ? Les sociétés d’achats groupés aux producteurs (LaRucheQuiDitOui, Réseau-Amap,…) pourraient profiter de certains scandales alimentaires  de grands groupes pour booster leur notoriété et modifier certains comportements d’acheteurs. Idem pour les plateformes d’hébergement entre particuliers qui verraient d’un bon œil l’organisation de grands événements sportifs sur leur territoire. Etc.

* La cérémonie des Crunchies récompense chaque année, à San Francisco, le meilleur du web et des nouvelles technologies des USA. Nominée dans la catégorie « international », la plateforme Blablacar a reçu le prix de la 2ème meilleure start-up étrangère de 2013.

Rafaël De Oliveira