Running : le top des applications pour courir et rencontrer du monde

jogg-in

Ces dernières années, le running a pris une place très importante dans notre société. Le sport étant bon pour la santé et permettant de nous sentir mieux dans nos baskets au quotidien, il est devenu gage d’une vie meilleure et pleine de bonne humeur. Il existe toutefois plusieurs motivations pour courir : la performance sportive, la santé et le bien être ou encore le plaisir de rencontrer d’autres personnes. Pour vous accompagner dans votre envie de courir, de nombreuses applications se développent, c’est particulièrement le cas des applications sociales qui permettent de rapprocher les runners !

Des apps de rencontres amoureuses aux apps communautaires de running, zoom sur les différentes manières de ne plus jamais courir seul.

Le Running-Rencontre

Vous êtes adorez courir et vous voulez en profiter pour trouver l’homme ou la femme de votre vie ? Allez donc jeter un œil sur Run2Meet et Rencontre Runner.

Run2Meet est organisé comme un site de rencontres. Vous complétez votre profil, votre âge et votre ville, vous mettez une photo puis précisez les sports que vous pratiquez. Vous avez ensuite accès à la communauté de sportifs autour de vous par préférence de personnes que vous recherchez (hommes, femmes ou les deux), vous pouvez les contacter en leur « lançant une balle ». Puis c’est parti pour une séance intense de sport !

RencontreRunner est plutôt orientée vers les véritables passionnés de course. Si vous recherchez une âme sœur qui comme vous vit et respire running et performance, elle est peut-être sur RencontreRunner. Et que ce soit pour des aventures de passage ou pour une grande histoire d’amour, tout est clair, il vous suffit juste de préciser vos intentions sur votre profil !

Need Sporty, SportMeUp, géolocalisez les événements sportifs autour de vous et rejoignez-les !

Mais à part ça, il est également  possible de rencontrer du monde juste pour le plaisir de partager un instant de sport ensemble ou tout simplement se faire de nouveaux ami(e)s.

Sur l’application Need Sporty, qui existe depuis déjà 2 ans vous pouvez proposer des spots sportifs aux autres personnes autour de vous, ou rejoindre les leurs ! Le running fait bien partie de la liste. Trouver des partenaires pour votre session Futsal, waterpolo, running, beach volley… !!

SportMeUp propose un service relativement similaire à celui de Need Sporty mais se distingue par son moyen original de choisir ses partenaires sportifs : une façon de switcher à la Tinder !

need-sporty-3collaboractifs

Les applications communautaires, Jogg’in pour les runners, Styx Students pour courir entre étudiants

Certaines applications vous permettent également de rejoindre une communauté précise.

Jogg.in, application communautaire de runners vous permet de ne rencontrer que des adeptes de course à pieds. Proposez des sessions de sport autour de chez vous, rejoignez les autres passionnés et courrez ensemble. Très calme, Moyen, Rapide, Très Rapide, choisissez votre groupe de niveau pour vous amuser ou pour performer !
Jogg.in organise aussi les sessions Girls Run, sessions de running réservées aux femmes !

Vous êtes étudiants et vous cherchez à vous faire des amis de votre âge, c’est-à-dire également étudiants ? L’application Styx Students est dédiée aux étudiants. Si tous types de services ou de sorties peuvent être proposés sur Styx, vous pouvez solliciter les autres utilisateurs autour de vous pour courir entre étudiants. N’hésitez pas à proposer à toutes celles et tous ceux qui sont dans votre ville de vous rejoindre pour vos sessions runnig !

styx-students-courir-entre-etudiants

Publicités

Le marketing digital et ses tendances en 2015

mark digital

Les marketeurs attirés de plus en plus par le digital ! 

D’après une étude réalisée par WBR Research au Royaume Uni, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, la moitié des décisionnaires marketing senior pensent que les investissements de leur entreprise dans le digital ne sont pas suffisants et 87% prévoient d’augmenter leurs dépenses sur le marketing mobile.

Les trois objectifs principaux dans le marketing digital sont la génération de ventes, l’acquisition de nouveaux clients et l’augmentation du trafic sur le site web.

Durant l’année 2015, les marketeurs français auront pour objectif principal de développer des activités multicanales avant même la génération de ventes. Ce marketing digital fait désormais partie intégrante de la stratégie marketing des marketeurs. Aujourd’hui, les campagnes digitales gagnent du terrain sur les autres canaux grâce à un ciblage nettement plus performant ce qui permet, d’après 8 marketeurs sur 10, un retour sur investissement plus important. Le mobile est plébiscité par les répondants de l’étude, ce qui explique l’explosion du marché des applications mobiles, mais très peu ont confiance en leur propre offre.

C’est pourquoi 87% prévoient d’augmenter leurs investissements dans ce secteur, car ils ressentent un déficit face à leurs concurrents. Nous pouvons remarquer une forte volonté des marketeurs de s’ouvrir à des nouvelles technologies même avant que le retour sur investissement soit prouvé. Les marques doivent être innovantes et être les premières à investir une nouvelle technologie, un nouveau réseau, c’est ce qui explique également l’intérêt des marques pour les réseaux sociaux en 2015. Après ce bref constat du marché du marketing digital et de son évolution future, prévoyons ensemble les tendances du marché en 2015.

Le contenu est roi

Aujourd’hui, les marques se doivent d’être performantes dans la création de leur contenus digitaux aussi bien pour leur référencement ou la gestion de leur image sur les réseaux sociaux. Même si l’image devient plus forte que les mots sur ces canaux, les marques se doivent d’être innovantes et intéressantes dans le fond et la forme. Le brand content restera donc une priorité des marketeurs pour le digital.

Des régies publicitaires diversifiées et performantes

A partir de 2015, les régies publicitaires auront à nouveau la côte. Google Adwords reste bien évidemment la plus connue, mais les marques devront néanmoins innover en investissant sur d’autres régies afin de diversifier leurs messages et leurs audiences. Les réseaux sociaux avec une audience importante tels que Facebook ou Twitter cherchent donc à développer de nouveaux outils pour attirer les marques sur leur régie publicitaire.
Durant l’année 2014, Facebook a notamment amélioré la performance de ses publicités ou encore investit dans une plateforme publicitaire multicanal tandis que Twitter a lui rendu visible le nombre de vues d’un Tweet ou a encore testé un bouton « click-to-call ». Un autre géant du Web, Amazon, propose un outil intéressant pour les sites marchands, facturé au clic elle permet de proposer ses produits sur l’interface d’Amazon pour finalement ramener les clients sur son propre site. Cette offre propose un fort retour sur investissement puisqu’il ne sera facturé que si vos produits suscitent l’attention d’un client potentiel.

Native advertising & data analyse

Pour 2015, le ciblage deviendra de plus important dans les publicités display afin d’intéresser et de proposer aux internautes une bonne expérience utilisateur. Le contenu publicitaire pourra donc être affiné selon les intérêts, les comportements de chacun grâce au retargeting et à un traitement plus performant des big et smart data.

Une stratégie multicanale

Comme démontré dans l’étude précédemment, le mobile sera le nouvel outil important des stratégies marketing. Il faudra obligatoirement se doter d’un site responsive ou avoir une propre version mobile. Cette présence sur smartphone et tablette permettra aux marques d’accompagner les utilisateurs sans casser l’expérience client.

Les objets de plus en plus connectés

Aujourd’hui, les objets connectés investissent toutes sorte d’activité. Les objets connectés peuvent être envisagées de différentes manières. La première étant de lancer sa gamme de produits connectés tel que babolat avec sa raquette connectée ou encore Ralph Lauren et son polo. Ces marques investissent dans de nouveaux produits high tech, tendance et qui propose une nouvelle expérience client. Toutes les marques n’ont pas pour vocation de créer des objets connectés mais elles peuvent tout de même intégrer ceux-ci au coeur de la stratégie de communication avec des actions spéciales qui interpelleraient les cibles. Les marques pourront également penser à intégrer les beacons à leurs actions de communication mais également sur leur point de vente pour enrichir encore plus l’expérience client.

La réalité augmentée : encore trop tôt ?

Deux géants du Web risquent de s’affronter cette année sur le marché de la réalité augmentée avec Google et ses google Glass et Facebook qui a fait l’acquisition de l’Oculus Rift en 2014. Cette technique reste encore trop confidentielle et non accessible à un trop grand nombre de personnes pour qu’elle fasse partie des tendances de 2015. Si les deux géants trouvent un angle d’attaque sur un marché plus important et avec une utilisation plus large, il est certain que cette technologie deviendra un élément très intéressant à intégrer dans les stratégies de communication pour les marques.

Je ne peux donc que vous encourager à réaliser une veille permanente et laisser libre cours à votre imagination pour intégrer toutes les nouvelles tendances à votre stratégie marketing.

Dimitri Marié – @dimitrimarie

PoP : L’appli pour trouver de bonnes astuces.

icon175x175

Aujourd’hui, je souhaitais vous faire découvrir une nouvelle application qui permet d’avoir accès à de bonnes astuces des gens du monde entier. En effet, cette nouvelle appli « PoP » donne la possibilité à chaque membre de la communauté de partager ses bonnes astuces. Ce qui fait la différence avec ses concurrents se trouve dans sa nature collaborative. Ce sont les autres membres qui définissent si cette astuce est Pratique ou Pas, d’où son nom PoP !

L’appli a été développée dans le but de faciliter la vie des gens, mais elle a surtout un objectif collaboratif en permettant une totale modération et appropriation de l’application par la communauté des membres.

PratiqueOuPas-550x490

Déjà disponible sur iOS depuis le 12 Janvier 2015, cette application est le fruit du travail du groupe Pratique qui avait déjà produit de nombreux sites de conseils et d’astuces. La création de cette application « résulte d’une observation faites par le groupe » explique Pascal Lacoste, le directeur marketing. En effet, 40 % du trafic vers les sites se faisaient via le canal mobile. De là, s’est dégagé l’idée de créer un nouvel outil exploitable avec une forte demande. L’application est disponible en français mais également en anglais pour atteindre les marchés canadien, américains, français, suisse et belge.

L’application possède un véritable potentiel du fait de sa facilité d’utilisation mais surtout grâce à l’absence de concurrence sur l’ensemble des sujets du quotidien et donc avec une large cible. Cette mode du collaboratif risque également d’être un point fort pour la réussite de ce concept surtout si chacun peut s’exprimer et proposer de nouvelles astuces.

La version Android n’est malheureusement pas pour tout de suite, car le groupe préfère réaliser un test avec la version iOS pour savoir s’il est nécessaire de se lancer sur Android car ce nouvel outil n’est pas encore monétisé et reste donc un investissement du Groupe Pratique.

Cette application a été bien pensée pour ne pas ressembler à un simple recueil d’astuces mais plutôt à un échange de bonnes astuces entre membres d’une communauté.
L’avenir est donc prometteur pour cette nouvelle appli, il ne reste plus qu’à partager et profiter des bonnes astuces en téléchargeant Pop et nous dire si c’est « Pratique » ou « Pas » !

Dimitri Marié – @dimitrimarie

Le marché des applications mobiles en pleine évolution !

mobile-application-google-recherche

Moins d’applications … pour plus d’utilisation.

Harris Interactive a mesuré l’évolution de certaines données d’usages et d’attitudes des utilisateurs de smatphones initialement mesurées fin 2012. Cette enquête a été réalisée en ligne du 8 au 15 janvier 2014 sur un échantillon de 1 000 individus représentatifs de la population des internautes français âgés de 15 ans et plus.
Nous pouvons tout d’abord faire un constat sur le marché des applications. Nous utilisons beaucoup moins les applications en termes de temps et téléchargeons également moins d’applications mobiles sur nos smartphones. Partant de ce postulat, nous pourrions penser que le marché des applications serait en chute libre or ce n’est pas tout à fait le cas.

Voici les enseignements de l’enquête :

– En 2014, le profil-type de l’utilisateur de smartphones est un homme, CSP+ basé en région parisienne.

– Sur le marché des systèmes d’exploitation, Android a poursuivi sa croissance en gagnant 10 points de part de marché pour représenter aujourd’hui 60% au détriment notamment d’iOS qui a perdu 4 points et représente 29%. A noter également, la progression de Windows Phone qui représente désormais 8% de part de marché.

– Mais l’enjeu majeur de toute application, après son installation, demeure sa capacité à prolonger son cycle de vie en parvenant à créer de la récurrence d’usage : sur 35 applications mobiles installées, 11 restent utilisées toutes les semaines mais ce sont désormais 12 applications contre 10 fin 2012 qui ne sont jamais utilisées.

– La rotation des applications installées est moins importante qu’au début. .

Début 2014, seulement 15% des utilisateurs de smartphones, contre 22% fin 2012, qui installent encore au moins une nouvelle application toutes les semaines mais encore près d’1/3 qui consultent un magasin d’applications au moins une fois par semaine.

Ce marché conserve donc une dynamique avec par ailleurs encore 6 applications en moyenne téléchargées par les utilisateurs de smartphones au cours des trois derniers mois contre 9 fin 2012.

Mais cette légère baisse est peu significative car dans le même temps, la géolocalisation et les envois de notifications en push sont bien acceptées de ces utilisateurs avec 29% d’entre eux qui autorisent régulièrement les applications qu’ils installent à utiliser leurs données de localisation contre 27% fin 2012 et 20% à leur envoyer des notifications push contre 24% fin 2012.

Aux U.S.A, ce marché bénéficie également d’une bonne dynamique. En effet, les grandes enseignes et marques de web concentrent leurs efforts sur le mobile comme Facebook avec l’application Messenger ou encore leur fonctionnalité d’achat sur mobile. De plus, le temps passé sur les applications mobiles a augmenté de 65% en deux ans. Aujourd’hui, le temps passé par mois sur les applications mobiles a dépassé les 30 heures sans pour autant avoir connu une hausse d’installation d’applications par smartphone.

La tendance du marché : les applications sociales, de divertissement et la publicité

5379d5f96a4f7_IMG_2553
Aux Etats-Unis, le temps passé sur les applications se définit en 3 catégories qui sont les moteurs de recherche, les applications sociales et le divertissement.

Aujourd’hui, les marques ne cherchent plus à développer leur propre application si elle n’apporte rien dans ces trois domaines. Elles préfèrent désormais investir dans la publicité, la communication sur des applications forte avec une forte audience. Le marché de la publicité sur smartphone est aujourd’hui en plein boom. C’est pour cela que certains ne cherchent même plus à s’implanter sur le web comme par exemple Stootie ou encore Snapchat qui développe une offre dédiée aux marques pour la communication sur son application. Les marques doivent donc prendre en compte les applications comme un nouveau média dans l’e-pub et ne plus seulement penser au SMS marketing pour le son marketing mobile.

Aujourd’hui sur un marché des applications mature, en France ou aux U.S.A, la tendance est à la différenciation, les applications doivent désormais répondre à un réel besoin, proposer une expérience particulière pour donner envie aux utilisateurs de smartphone de la télécharger mais aussi d’en être un utilisateur fidèle. Pour cela, la majorité des applications qui se développent aujourd’hui tendent à devenir sociales ou tournent autour de jeux vidéos.

Les prévisions pour 2018 en Europe

« Le secteur des applis est l’un des domaines de l’économie numérique où l’Europe est vraiment à la pointe », s’est réjouie la commissaire européenne chargée des Nouvelles technologies, Neelie Kroes, dans un communiqué.

Selon une étude réalisée pour la Commission européenne et publiée en Février 2014, le secteur européen des applications mobiles pourrait contribuer à hauteur de 63 milliards d’euros à l’économie de l’Union Européenne d’ici à 2018, contre 17,5 milliards aujourd’hui.
Cette étude démontre également que ce marché européen pourrait également être à l’origine de la création de 4,8 millions emplois contre 1,8 million actuellement.
Cependant, l’Europe manque de personnel qualifié et formé dans ce domaine notamment pour des postes de développeurs… mais les entreprises peinent aussi à suivre la concurrence américaine pour les salaires de ses employés.
Ces prévisions sont réjouissante pour l’Europe mais il reste encore beaucoup de travail pour permettre aux sociétés européenne de pouvoir concurrencer leurs homologues Américains ou Asiatiques.

Le marché des applications a encore de beaux jours devant lui surtout avec le développement de la publicité mobile qui ne cessent de grandir. Mais l’Europe sera t-elle capable de suivre le rythme de ses concurrents ?

Dimitri Marié – @dimitrimarie

Wickr : l’application pour détrôner Snapchat ?

Wickr est une application lancée en juin 2012 par l’américaine Nico Sell. Son principe ? Il est assez similaire à celui d’une application qui compte à ce jour près de 45 millions d’utilisateurs, Snapchat. Wickr permet aux utilisateurs d’envoyer des messages, photos et videos qui s’autodétruisent. A l’instar de Snapchat dont le principe de base est la destruction des informations transmises une fois qu’elles ont été visionnées, Wickr vous permet de définir la durée de vie du message durant laquelle il sera visible : de quelques secondes à 6 jours entiers.

Si Wickr ne semble pas apporter de prime abord une plus-value déterminante pour renverser Snapchat, la réalité est toute autre. Quand Snapchat se fait pirater et voit les informations de plusieurs millions d’utilisateurs dévoilées, Wickr arrive avec un nouveau mode de fonctionnement : aucune donnée personnelle à transmettre, un simple nom d’identifiant et un mot de passe suffiront pour vous inscrire. Votre mobile sert d’identification et vous ne communiquez que par votre pseudo.

La principale différence avec Snapchat se situe au niveau de la conception, Wickr ayant été conçu par des cryptographes professionnels pour des cryptographes professionnels. L’application est faite de façon à ce que n’importe qui puisse l’utiliser. Le cryptage des données transmises qui sont décryptées lorsque le récepteur appuie sur le bouton de lecture permet une certaine sécurité dans les communications. Au-delà de la simple information transmise qui s’autodétruit, Wickr aspire à ce que personne ne puisse avoir accès aux messages et informations personnelles à l’exception des interlocuteurs concernés. Wickr ne possède pas de possibilités de connexions via facebook et les connexions sont anonymes car Wickr se moque de l’identité des gens.

Avec des personnes telles que Whit Diffie, cocréateur du protocole ECDH (Elliptic Curve Diffie-Hellman), dans son conseil d’administration, Nico Sell s’entoure de spécialistes pour enfourcher son cheval de bataille : défendre la confidentialité des informations sur le web. Car si le business model de Wickr n’est pas encore au point, l’entreprise est sûre des valeurs qu’elle prône. Quand Facebook, Google ou Snapchat vendent les données des utilisateurs et se transforment en régies publicitaires, Wickr espère seulement profiter des achats intégrés premium.

Préserver sa vie privée en ligne aux yeux des multinationales et des gouvernements, c’est donc le rêve que Nico Sell espère transformer en réalité.

Plus d’infos sur le site officiel : https://www.mywickr.com/en/index.php

Fabien Clouet.