Facebook crée « M », votre futur assistant personnel sur Messenger !

On sait combien la guerre entre Facebook, Google et Apple fait rage dans la conquête du monde digital. Il y a plusieurs semaines, j’avais d’ailleurs fait un post sur le nouveau système de recherche intégré qu’était en train de mettre en oeuvre Facebook pour contrer le leader du moteur de recherches Google, à savoir le fameux « Facebook In-app Search« . J’y parlais notamment de la nouvelle stratégie de Facebook qui souhaite allongé le temps de connexion de ses utilisateurs en leur proposant toujours plus de services et toujours plus de continuité dans leur navigation web. J’avais déjà trouvé cette démarche assez osée mais surtout révélatrice de la bataille que se lancent les géants de l’internet.

Alors quoi de plus logique d’apprendre que Facebook désire désormais s’attaquer au monde de l’assistanat personnel, si on peut le définir ainsi. En effet, le leader du social media, sous la houlette de David Marcus, ancien CEO de Paypal et aujourd’hui présent aux côtés de Mark Zuckerberg, vient de confirmer le lancement de « M » ! Lire la suite

Publicités

Samsung, Google et Apple en place pour les solutions de paiement mobile

SONY DSC

La guerre du paiement mobile. C’était déjà le titre d’un de mes précédent articles qui faisait état de l’activité grandissante qu’avaient les multinationales du web et de la high-tech dans le développement de solutions de paiement « mobiles ». Et bien la hache de guerre n’est pas prête d’être enterrée outre-atlantique où les nouveaux arrivants sur le marché commencent à donner une réelle consistance à ce qui sera notre « porte-monnaie mobile » de demain. Les nouvelles s’enchaînent et Apple qui semblait avoir pris une longueur d’avance sur ses concurrents voit la meute revenir à grandes enjambées ! Décryptage.

Samsung rachète LooPay

La nouvelle ne fait pas énormément de bruit mais le géant coréen, qui pendant des dernières années se livrait une féroce concurrence avec Apple, connaît pour la première fois un très léger recul sur le marché. La faute à Apple qui conserve toute son activité, et surtout l’émergence sur le marché asiatique d’un autre futur très grand : Xiaomi, qui en plus ne s’est toujours pas lancé sur le marché occidental.

Face à ce léger déclin, Samsung veut anticiper sa relance et développer de nouveaux secteurs de croissance. Le dernier en date : le paiement mobile avec le rachat de LooPay.

Aux Etats-Unis, la technologie de paiement dite de « Magnetic Secure Transmission » (MST) développée par LooPay est déjà compatible avec près de 90% des lecteurs de cartes bancaires à piste magnétique utilisés par les magasins et marchands en général. Un avantage considérable par rapport à la technologie NFC d’Apple Pay qui elle nécessite que les marchands changent leurs lecteurs de cartes au profit de terminaux compatibles.

Compatible avec tous les smartphones, LooPay se matérialise non pas sous la forme d’une technologie intégrée mais d’une technologie additionnelle puisqu’il faut encastrer son smartphone (sous Apple ou Android) pour que la coque de protection tire les informations et interagisse avec les terminaux de paiement.

Si LooPay possède de l’avance côté marchands, pas sur que l’utilisation d’un boîtier extérieur représente un avantage du côté des clients qui pourront loués la technologie intégrée NFC d’Apple.

Google Wallet à la relance pour unir tout le monde contre ApplePay

Google ne pouvait évidemment pas se permettre de passer à côté de cette bataille. Si aucune nouvelle de développement du côté « paiement mobile » n’avait alors jusque là été communiquée, il semblerait que l’opération de grande ampleur soit enfin déclenchée.

Google vient d’annoncer très récemment le rachat de Softcard Technology et la signature d’accords avec les grands opérateurs américains de la téléphonie tels que Verizon, AT&T ou T-Mobile USA (90% du marché à eux trois). Conséquence de toutes ces manœuvres : Google Wallet sera installé sur tous les smartphones Android commercialisés par les trois géants de la téléphonie mobile. Les systèmes de transactions mobiles développés par par Softcard Technology ont déjà été homologués par Verizon, AT&T et T-Mobile USA.

Google réussit un joli coup puisque l’homologation de Google Wallet lui avait été refusée par ces géants de la téléphonie lors de son premier déploiement.  Cette belle opération va lui permettre de toucher un public beaucoup plus large, mais surtout de proposer enfin une solution de paiement sur sa version Android, matérialisant une réponse concrète à la technologie ApplePay installée sur tous les iPhone 6.

Apple et Google pour les OS, et Samsung pour les terminaux mobiles! Les acteurs puissants du marché sont dans la place pour imposer leur système de paiement aux yeux et aux habitudes des américains. Une qui arrivera très probablement bientôt en Europe!

Fabien Clouet  /  @fabienclouet

En 2014, Android passe le milliard de smartphones vendus !

Android 3collaboractifs

Souvenez-vous de 2013, un chiffre éloquent nous était communiqué, la commercialisation de smartphones à travers la planète atteignait presque le milliard d’unités !

Ce chiffre ahurissant annoncé il y a près de 12 mois est aujourd’hui devenu « normal ». La dernière étude de Strategy Analytics sur la vente de terminaux mobiles en 2014 est sortie, et le moins que l’on puisse dire, c’est que la croissance est nette : 1,3 milliards de smartphones ont été vendus cette année, soit une augmentation de 30% par rapport à l’année précédente. Une annonce relayant les données de 2013 à la rubrique des faits divers.

Google plus que jamais leader du marché des OS

Dans ces statistiques, une autre donnée est marquante, le marché des smartphones Android écoulés est supérieur à celui de l’ensemble des smartphones écoulés en 2013. 1,042 milliards de mobiles Android ont été vendus cette année, un chiffre qui correspond à plus de 80% des smartphones vendus. 4 smartphones sur 5 sont équipés d’un OS (système d’exploitation) Android !

Google accroît donc sa part de marché en plus d’accroître fortement ses volumes de vente car Android gagne presque 2% par rapport à 2013.

Apple fidèle à lui-même, les autres OS dans la tourmente

Apple a écoulé dans le monde 192,7 millions d’iPhones, suivant ainsi la croissance du marché en augmentant son volume de ventes. iOS reste ainsi le seul système d’exploitation stable capable de concurrencer Android. Leur positionnement sur un secteur plus qualitatif et le fait de ne commercialiser leurs OS que sur leurs terminaux confine Apple à cette part de marché. Il est cependant évident que le but des OS d’Apple n’est pas de miser sur la quantité mais bien sur la qualité. Les chiffres que je vous donne (tirés de Strategy Analytics) ne parlent pas ici que de parts de marchés quantitatives en objets.

Parallèlement, Microsoft, engagé depuis plusieurs années dans une bataille des OS avec Google, et qui voulait s’imposer sur le marché après son rachat complet de Nokia et l’affirmation de sa marque Microsoft Mobile semble marquer franchement le pas. Pas sur qu’une éclaircie soit en vue pour l’année 2015.

Après le monde des OS de PC qui avait été totalement absorbé par Microsoft, les différents acteurs s’étaient jurés de vouloir s’éviter un nouveau monopole du marché. Les OS alternatifs ayant divisés leurs parts de marché par trois et leur volume de vente par deux, on en prend pourtant tout droit le chemin, une seule chose change : le nom de l’entreprise qui s’affirme. Cette position dominante de Google (avec Android) expliquant au passage l’explosion du marché des applications mobiles se cristallisant de plus en plus sur les deux plateformes que sont l’Apple Store et Google Play.

Côté machines, les asiatiques dopent le marché

Si la quantité de smartphones vendus à explosée en 2015 c’est surtout grâce à l’émergence des marchés asiatiques. La Chine et l’Indonésie sont d’après Strategy Analytics deux « gros » moteurs de l’industrie qui continueront à booster la croissance en 2015.

Car Google vend des OS, mais Google vend beaucoup moins de téléphones ! Samsung est là et reste le maître chez Android mais son influence sur les résultats de l’OS propriété de Google se font decrescendo depuis début 2014 : le souffle du déclin pour l’entreprise coréenne ? Xiaomi a par exemple commercialisé 61 millions de mobiles en 2014 (5% de PDM).

Les historiques occidentaux peinent. Microsoft n’est même pas au niveau des émergents asiatiques avec seulement 38,8 millions de mobiles vendus et 3% de parts de marchés. Blackberry semble lui destiné à disparaître de la circulation malgré les efforts consentis pour le moderniser. De 20 millions de terminaux et 2% de PDM en 2013, l’entreprise est passée à 9,3 millions de smartphones vendus et 0,7% de PDM en 2014 : une longue mais certaine descente aux enfers !

De ces données statistiques, une seule chose est certaine. Pour ceux qui en douteraient encore, l’avenir est à l’utilisation et l’exploitation de données mobiles ! Et pour les utopistes adeptes d’une concurrence libre et élargie, Google vous salue bien !

Fabien Clouet  /  @fabienclouet

Kubb : révolution informatique ou simple feu de paille ?

Kubb 3collaboractifs

Si vous avez suivi le CES de Las Vegas de près, vous aurez peut-être remarqué dans le contingent de représentants français la start-up toulousaine Kubb de Jean-Christophe Ambert. Kubb est tout simplement un mini-PC cubique de 12 cm de côté, qui à l’avantage de pouvoir se connecter à tous vos supports : télévision, tablette… Une mini unité centrale en quelque sorte ! Un produit qui tombe à pic dans une ère du tout mobile où le PC comme on l’a connu à l’origine semble amené à disparaître.

Windows présent pour prouver que la tendance n’a pas encore enterré le PC

Si je vous faisais part il y a plusieurs mois de la guerre des systèmes d’exploitation qui fait plus que jamais rage, il semblerait que le PC n’est pas si mort qu’il n’y paraît. Le Journal du Net faisait récemment état du type de connexion sur le site media linternaute.com, premier site français d’actualité. Ce qui est intéressant à remarquer est la forte présence de connexions via Windows, qui est principalement représentée par les systèmes d’exploitation des PC. Preuve en est que la société de Bill Gates, Microsoft, n’est pas à enterrer si vite dans ce combat, malgré la croissance extrêmement forte du marché mobile et la présence incontournable de Google (avec Android) et Apple. Alors oui, ces statistiques n’ont rien de généraliste, oui les tendances du marché se dirigent plutôt vers celui des appli mobiles, relayant au second plan le système des « sites web » développés avec le système des navigateurs. Mais Microsoft est toujours devant, bel et bien devant. Cette avance, elle la doit surtout au marché de l’entreprise qui utilise le nombre le plus important de matériel informatique.

Sur le marché des particuliers, la guerre fait plutôt rage autour de l’hybride « ordinateur/tablette » qui est devenu le cheval de bataille de Microsoft avec la Surface Pro, matériel sur lequel l’entreprise américaine à miser énormément pour combler le retard qui la sépare d’Apple et de ses iPad, MacBook et j’en passe. D’autant que sur le marché mobile, Microsoft est quasi inexistant, tant sur le marché des terminaux que celui des OS.

Statistiques OS Linternaute 3collaboractifs

Bref, si le marché des professionnels s’y accroche encore, celui des particuliers semble l’oublier de plus en plus. L’unité centrale telle qu’on la connaît serait donc en voie d’extinction (bien que les chiffres ci-dessus prouvent qu’elle est encore une des espèces informatique qui peuple le plus la planète), c’est irrémédiable.

Et Kubb dans tout ça ?

Si je ne vous ai pas perdu avec cette première partie, c’est donc la question que vous vous poserez. En soit, la start-up toulousaine n’a rien inventé, le mini-PC existe déjà depuis plusieurs années et quelques sites les classent selon leurs rapport qualité/prix. Les meilleurs produits du marché sont ceux issus de la marque Zotac, dont vous n’avez sans doute jamais entendu parler. 01net place même Kubb comme le 9e mini-PC le plus intéressant.

Mais j’ai lu sur d’autres sites que Kubb n’avait que le mérite du coup marketing, je dirais plutôt que Kubb a justement le mérite du coup marketing. L’unité centrale classique prend trop de place et le mini-PC n’est pas encore rentré véritablement dans nos mœurs de par son format pas forcément séduisant. Kubb mise donc toute sa stratégie sur l’esthétisme de l’objet : un cube de décoration stylisé et changeable qui vous permet d’installer votre PC n’importe tout, sans que quiconque ne connaissant pas l’objet puisse soupçonner que ce soit un PC.

Le tout connecté est également un des gros avantages des mini-PC. Fini l’écran unique relié à votre tour. Vous pouvez y connecter tous vos terminaux.

Plus cher que ses concurrents, Kubb se lance sur le marché de l’épuré, simple, beau et performant qui n’est pas sans rappeler la stratégie d’un certain Steve Jobs. Si des versions plus poussées en capacités techniques sont en préparation, Kubb vise surtout le marché du luxe et de la décoration. Une version avec une coque en plaqué or est déjà existante (prix 2500€).

Alors simple feu de paille ou révolution informatique qui relancera le PC ? L’avenir nous le dira. En attendant, Kubb permet grâce à sa présentation à Las Vegas de mettre un coup de projecteur sur ce monde des mini-PC plutôt méconnu.

Fabien Clouet   /   @FabienClouet

Apple Pay, le paiement mobile qui divise le marché

Apple Pay Presentation 3collaboractifs

Je vous en parlais il y a 3 semaines avec la révélation du travail de Facebook sur un système de transactions financières : la guerre du paiement mobile est déclarée. Mais ça, c’était avant ! Avant l’entrée fracassante de l’entreprise de feu Steeve Jobs sur le marché, avec son système de paiement Apple Pay, qui nous montre que le champ de bataille est très grand !

Apple Pay : un lancement en flèche

L’application compatible avec les cartes mastercard, american express et visa est très simple d’usage, ce qui en fait sa principale force. Il vous suffit de photographier votre carte de crédit ou d’entrer les chiffres qui la caractérisent, puis de la lier à votre propre personne par un système de reconnaissance digital. La carte est liée à votre empreinte et vous devenez le seul à pouvoir payer avec votre téléphone sur le compte bancaire de la carte utilisée.

Lancée officiellement aux Etat-Unis le 20 octobre dernier, le système de paiement compte déjà plus d’un million de cartes bancaires enregistrées. C’est Tim Cook, CEO d’Apple, qui le déclarait lors de la Wall Street Journal Digital Conference, il qualifiait même ce démarrage de « fantastique ».

Si Apple bénéficie de ce large succès, c’est surtout parce que l’entreprise a su s’entourer d’alliés de poids avec 220 000 magasins équipés de terminaux adaptés à travers les USA, des entreprises telles que Nike, Mc Donalds, Foot Locker, Subway ou encore Disney Store, et enfin des banques d’importance comme American Express et Bank of America.

Apple Pay Card 3collaboractifs

Apple Pay déchire les Etats-Unis, mais attire l’Asie

Outre-Atlantique, Apple Pay ne fait cependant pas que des heureux et a trouvé son lot de contestataires. Le spécialiste de la grande distribution Wal-Mart, et le vendeur de matériel électronique Best Buy ont déjà confirmé avoir désactivé les fonctionnalités de leurs lecteurs pour qu’ils ne marchent pas avec Apple Pay. Il en serait de même pour le vendeur de produits médicaux Rite Aid.

La raison de ceci, c’est simplement le développement depuis deux ans de CurrentC, un système de paiement développé par un groupement d’entreprises d’influence dont Wal-Mart sous le nom de société de Merchant Customer Exchange (MCX). L’objectif avec cette initiative est de proposer aux consommateurs une solution mobile de paiement dans un large regroupement de magasins via la technologie du QR Code. On comprend mieux qu’Apple Pay soit boycotté quand on sait que le lancement de CurrentC est prévu pour l’année 2015…

 CurrentC 3collaboractifs

Apple n’est pas fou et sait très bien que la concurrence sera rude en occident. En revanche le marché s’ouvre fortement au continent asiatique où le géant Alibaba est leader du marché avec son système de paiement Alipay. C’est là que l’avenir se dessine également pour Apple. La presse américaine a déjà relayé l’information, et Jack Ma, patron d’Alibaba, publiquement évoqué : « J’espère que nous pourrons faire quelque chose ensemble ».

Si la guerre de session des parts de marchés fait rage, pas sur qu’il nous faille choisir entre bleus et gris. Apple cherche bien sur à conquérir le marché, mais il faut rappeler que sur celui des smartphones, l’entreprise américaine ne possède que 20% des parts, contre 75% à Android de Google. Ceux qui se frottent les mains se situent plutôt du côté des banques : elles voient enfin le ciel du paiement mobile commencer à s’éclaircir sur un modèle de partenariat fort entre géants de la banque et géants de l’ « ordinateur mobile ».

Fabien Clouet   /   @FabienClouet