Pinterest : une start-up qui vaudra bientôt 11 milliards de dollars.

logo pinterest

Levée de 500 millions de dollars pour une valorisation de 11 milliards.

En mai 2014, la start up était estimée à 5 milliards de dollars lors de sa levée de fonds de 200 millions. Dans les prochaines semaines, Pinterest pourrait lever 500 millions de dollars pour être valorisée à 11 milliards de dollars et ainsi plus que doubler sa valeur de l’année dernière, selon le Wall Street Journal.
La levée de fonds de 200 millions de dollars avait principalement servi à embaucher des employés à San Francisco et dans les autres bureaux dans le monde. Mais ce financement avait aussi permis à la start-up de s’assurer pour investir sur de nouveaux projets à long terme. Ce modèle est efficace car il permet à la société de se centrer sur l’expérience utilisateur, en évoluant palier par palier suivant le modèle lean start-up. Aujourd’hui Pinterest, c’est 500 salariés avec des bureaux à Londres, Paris, Berlin, Tokyo et Sao Paulo avec une valorisation à 5 milliards qui pourrait plus que doubler rapidement.

Pinterest travaille sa monétisation

Comme nous le savons, le modèle économique d’un réseau social ne peut être envisagé comme un modèle traditionnel. En effet, l’important est avant tout de recruter un maximum d’utilisateurs pour atteindre une masse critique qui permettra ensuite de tester différents business models qui pourront rentabiliser la création du site. Aujourd’hui, Pinterest a réussi plusieurs levées de fonds car la start up a prouver que son business model était intéressant pour les investisseurs. Comme l’ensemble des réseaux sociaux, Pinterest a du chercher une monétisation de son audience et de ses utilisateurs. Pour exemple, Facebook cherche à tester un bouton buy alors que Twitter avait intégré un bouton click to call dans ses tweets. Pinterest a suivi ces exemples pour tenter d’intéresser un grand nombres de marques. L’année dernière, Pinterest avait commencé à dégager des revenus grâce à un business model axé sur la publicité, sous la forme de contenus sponsorisés. Pourtant le réseau social continue de chercher son réel business model sans tester trop de choses pour ne pas faire fuir ses utilisateurs actifs.
Pinterest s’était lancé dans l’affiliations de liens pour certaines marques, or Pinterest vient de bannir ces liens d’affiliation afin d’améliorer l’expérience utilisateur. La start-up demande également aux utilisateurs de réfléchir à la monétisation. Des utilisateurs pouvaient gagner beaucoup d’argent grâce à ces liens d’affiliation, Pinterest leur demande donc de réfléchir à de nouveaux leviers de monétisation. Depuis quelques jours, Pinterest teste un partenariat avec Apple pour promouvoir des applications sur le réseau social.
Pinterest travaille également pour transformer son réseau social en plateforme e-commerce. Pour cela, la start-up penche sur la création d’un bouton « Buy » qui pourrait être lancé dans les prochains mois. Pinterest s’est rapprochée d’une société californienne, Stripe, spécialisée dans le paiement en ligne qui travaille avec beaucoup de sociétés et notamment des géants du Web tels que que Facebook ou encore Twitter.
Par ce nouveau bouton « Buy », et ce partenariat avec Apple permet aux utilisateurs de ne pas quitter le réseau social pour acheter ou profiter d’une application.
Avec ses 75 millions de visiteurs uniques par mois, Pinterest possède un fort potentiel de ventes et donc de chiffre d’affaires. De plus, les utilisateurs ne seront pas bouleversés par ce changement car beaucoup d’entre eux viennent déjà y découvrir de multiples produits, depuis le prêt-à-porter en passant par la décoration, le mobilier ou le maquillage. Pinterest pourrait donc proposer aux marques de sponsoriser des « Pins » et de reverser des commissions sur chaque achat ce qui permettrait au réseau social de devenir très rentable. La start-up connaît déjà ces deux modèles car elle a déjà utilisé la sponsorisation de contenu sur le marché américain depuis quelques mois et la commission sur achat grâce à l’affiliation sur un site e-commerce en 2012.

Selon AdAge, Pinterest ferait payer entre 30 et 40 dollars aux annonceurs pour 1000 vues pour un Pin sponsorisé, largement au dessus du prix établi par Facebook, qui oscille entre 0,5 et 0,20 dollars.
Ben Silberman, co-créateur de Pinterest, valide ces prix et explique cette politique de prix pour démarrer avec quelques annonceurs et travailler avec eux pour affiner le modèle. Cette stratégie permettra à la start-up d’offrir le meilleur retour sur investissement aux marques mais également de démontrer la valeur des publicités aux utilisateurs.

Les start-up : Une nouvelle bulle ? 

Avec sa levée de fonds, Pinterest serait placée à la cinquième place des start-up les plus valorisées derrière Xiaomi qui vaut 46 milliards, Uber qui est valorisée à 41,2 milliards après avoir levé 5 milliards de dollars depuis 1999, Plantir à 15 milliards, SpaceX à 12 milliards et égalité avec Flipkart à 11 milliards. Mais Snapchat pourrait, selon le New York Times, rentrer rapidement à la 4ème place de ce classement car la start-up prépare une levée de fonds qui la valoriserait à 19 milliards de dollars. Avec cette valorisation, la valeur de Snapchat aura pratiquement doublé en 6 mois sans dégager aucun revenu pourtant. Ce modèle se rapprocherait de celui de WhatsApp, que Facebook avait racheté pour 22 milliards de dollars.
Ces exemples, sont impressionnants mais s’explique du fait de leur audience exceptionnelles, et comme l’explique Jeff Clavier, fondateur de SoftTech VC, un des principaux fonds américains, « Certaines entreprises ont atteint une telle taille que la monétisation n’est pas un souci pour elles. Quand vous avez des centaines de millions d’utilisateurs à travers le monde, vous trouvez toujours une manière de gagner de l’argent ». Ces réussites sont belles mais d’autres starts-up sont valorisées dans la Silicon Valley alors que leur valorisation est beaucoup plus discutable. En effet, l’application Yo qui ne sert qu’à envoyer un message « Yo » à ses amis, a réussi à lever 1,5 millions de dollars pour être valorisé à 10 millions de dollars… Secret, un réseau qui permet de partager des informations de façon anonyme, a levé 35 millions de dollars pour être valorisé à 100 millions seulement neuf mois après son lancement malgré un nombre d’utilisateurs encore peu développé…
Face à la réussite de grands réseaux sociaux ou applications, on remarque que les investisseurs créent une bulle pour ne pas rater la prochaine grosse réussite.
Les fonds d’investissement américains n’hésitent plus à miser sur des acteurs ne générant aucun revenu même si ils perdent de l’argent. Le patron d’un fond d’investissement américain estime que « Sur un millier de start-up financées chaque semestre, quelques unes n’ont aucun sens » mais que «  le risque en vaut la peine car il y a des société incroyables comme Uber, Airbnb ou Pinterest ».
Ces valorisations s’expliquent aussi par une volonté des nouvelles start-up de ne pas se risquer sur le Nasdaq trop rapidement. Les sociétés préfèrent croître avec des investisseurs pour se confronter au marché, se constituer une large audience et construire un modèle économique.
Malgré cela, selon Jeff Clavier, « Aucune société n’est comparable à Uber car elle seule est une machine à cash, toutes les autres valorisations sont fantaisistes ». Malgré ce constat, la confiance dans l’innovation ne faiblit pas car les investissements consacrés aux strat-up américaines ont atteint 48,3 milliards de dollars en 2014.

Dimitri Marié – @dimitrimarie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s