Football et caritatif : quand les joueurs se battent pour la bonne cause !

Dans une période où le sport roi de notre planète, le football, ne cesse d’être critiqué pour les sommes astronomiques qui gravitent autour de lui, notamment à cause des salaires de joueurs plus exorbitants les uns que les autres, des indemnités de transferts qui dépassent le cadre de notre vie réelle, ou encore des droits TV qui se négocient à prix d’or, beaucoup se demandent si cette sphère footballistique possède vraiment une âme humaine. « Le foot, c’est que du business ! », « C’est honteux de voir des gens gagner autant d’argent juste en tapant dans un ballon ! », « Le foot est devenu pourri, ce n’est que magouilles et arrangements entre hommes d’affaires ! ». Ces phrases, on les a forcément déjà  entendues. Mécontentement fondé, jalousie, ou mauvaise foi, le football n’en sort jamais grandi en tout cas.

Alors, pour les amoureux du ballon rond, dont je fais parti, toutes initiatives caritatives de joueurs professionnels venant casser un temps soit peu ces a priori font office d’anesthésiants et redonnent un côté humain à ce cercle moins fermé qu’on ne le pense.

Zlatan Ibrahimovic, un tatoué,  un vrai (2014)

L’idée d’écrire cet article m’est venue il y a quelques jours, après avoir vu le spot publicitaire dans lequel Zlatan Ibrahimovic, le joueur du PSG, joue le rôle principal. En bon supporter qui se respecte, j’étais devant mon écran de télé le samedi 14 février pour suivre le match PSG-Caen et j’ai donc assisté à l’ouverture du score du géant Suédois dès la 2ème minute de jeu. La joie du but, mais très vite l’incompréhension : Zlatan enlève son maillot en exhibant fièrement ses tatouages et prend logiquement un jaune pour son acte, qui lui empêchera de jouer le choc contre l’AS Monaco. Pourquoi un tel geste alors qu’il savait ce qu’il encourait ? La réponse, nous l’avons eu quelques jours après le match et je dois dire que j’ai été étonné (dans le bon sens), presque ému. D’un geste que tout le monde avait décrit comme idiot, stupide et immature, il en est devenu un signe de respect pour un joueur que l’on pensait au cœur de pierre. Engagé auprès de l’association WFP (World Food Programme), ces tatouages avaient en réalité une signification bien particulière et tout avait été prémédité, donnant un côté encore plus touchant à cette campagne de lutte contre la faim dans le monde. Séquence émotion…

Love United, unis contre le Sida (2002)

Si Zlatan Ibrahimovic a fait un véritable buzz avec cette opération caritative, il n’est pas le premier joueur professionnel a se mettre en évidence dans des campagnes de ce genre. En effet, bien avant lui, un panel de stars du football avait été formé pour participer à l’initiative « Live for Love United », une opération pour lutter contre le Sida. Pour l’occasion, un clip mené par le chanteur Pascal Obispo avait été réalisé où les 45 joueurs pros de diverses nationalités se succédaient en fredonnant les paroles de la chanson et en prononçant le slogan « Je joue pour Love United » chacun dans la langue de son pays natal.

Des bracelets pour lutter contre le racisme (2005)

« Black and White » ? Non ce n’est pas une variante de la chanson mythique du roi de la pop Michael Jackson, mais bel et bien les deux couleurs, noire et blanche, qui ont été choisies pour mener le projet « Stand Up, Speak Up ». Initié par Thierry Henry et son équipementier Nike, puis relayé par de nombreux footballeurs et autres sportifs, il avait pour objet la lutte contre le racisme et se matérialisait par le lancement d’un double-bracelet, un noir et un blanc, gravés des deux phrases « Stand Up, Speak Up ». Une façon pour les supporters mais également toutes les personnes sensibles à cette cause de montrer leur engagement par l’acquisition de ce petit objet, qui s’était propagé vitesse grand V un peu partout dans le monde.

stand up speak up - nike

Les champions du monde 98, cette belle bande d’Enfoirés (1999)

Quelques mois après leur sacre mondial qui avait uni tout un peuple, plusieurs joueurs de l’Équipe de France de football avait pris part au concert des Enfoirés organisé dans le cadre des Restos du Cœur. Fabien Barthez, Christian Karembeu, Bixente Lizarazu, Emmanuel Petit, Alain Boghossian et Aimé Jacquet (puis Zinedine Zidane en 2001 après la victoire à l’Euro 2000) se sont ainsi prêtés au jeu musical pour montrer leur soutien à l’une des causes les plus fédératrices en France.

Pleins d’autres initiatives caritatives de ce genre voient le jour chaque année avec le soutien de joueurs professionnels (cf Cristiano Ronaldo, membre de l’UNICEF et ambassadeur, entre autres, de l’ONG « Save The Children ») qui n’hésitent pas à investir, du temps et de l’argent, pour lutter contre des maladies ou des fléaux qui nous entourent. Alors oui le football est un « nid à fric », mais quand cela peut servir les grandes causes, c’est tout à son honneur et son image n’en est que plus belle. En espérant simplement que ces valeurs se transmettent aux jeunes générations de footballeurs qui arrivent…

 –

Rafaël De Oliveira / @Raf_dragaozito

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s