Le marché des applications mobiles en pleine évolution !

mobile-application-google-recherche

Moins d’applications … pour plus d’utilisation.

Harris Interactive a mesuré l’évolution de certaines données d’usages et d’attitudes des utilisateurs de smatphones initialement mesurées fin 2012. Cette enquête a été réalisée en ligne du 8 au 15 janvier 2014 sur un échantillon de 1 000 individus représentatifs de la population des internautes français âgés de 15 ans et plus.
Nous pouvons tout d’abord faire un constat sur le marché des applications. Nous utilisons beaucoup moins les applications en termes de temps et téléchargeons également moins d’applications mobiles sur nos smartphones. Partant de ce postulat, nous pourrions penser que le marché des applications serait en chute libre or ce n’est pas tout à fait le cas.

Voici les enseignements de l’enquête :

– En 2014, le profil-type de l’utilisateur de smartphones est un homme, CSP+ basé en région parisienne.

– Sur le marché des systèmes d’exploitation, Android a poursuivi sa croissance en gagnant 10 points de part de marché pour représenter aujourd’hui 60% au détriment notamment d’iOS qui a perdu 4 points et représente 29%. A noter également, la progression de Windows Phone qui représente désormais 8% de part de marché.

– Mais l’enjeu majeur de toute application, après son installation, demeure sa capacité à prolonger son cycle de vie en parvenant à créer de la récurrence d’usage : sur 35 applications mobiles installées, 11 restent utilisées toutes les semaines mais ce sont désormais 12 applications contre 10 fin 2012 qui ne sont jamais utilisées.

– La rotation des applications installées est moins importante qu’au début. .

Début 2014, seulement 15% des utilisateurs de smartphones, contre 22% fin 2012, qui installent encore au moins une nouvelle application toutes les semaines mais encore près d’1/3 qui consultent un magasin d’applications au moins une fois par semaine.

Ce marché conserve donc une dynamique avec par ailleurs encore 6 applications en moyenne téléchargées par les utilisateurs de smartphones au cours des trois derniers mois contre 9 fin 2012.

Mais cette légère baisse est peu significative car dans le même temps, la géolocalisation et les envois de notifications en push sont bien acceptées de ces utilisateurs avec 29% d’entre eux qui autorisent régulièrement les applications qu’ils installent à utiliser leurs données de localisation contre 27% fin 2012 et 20% à leur envoyer des notifications push contre 24% fin 2012.

Aux U.S.A, ce marché bénéficie également d’une bonne dynamique. En effet, les grandes enseignes et marques de web concentrent leurs efforts sur le mobile comme Facebook avec l’application Messenger ou encore leur fonctionnalité d’achat sur mobile. De plus, le temps passé sur les applications mobiles a augmenté de 65% en deux ans. Aujourd’hui, le temps passé par mois sur les applications mobiles a dépassé les 30 heures sans pour autant avoir connu une hausse d’installation d’applications par smartphone.

La tendance du marché : les applications sociales, de divertissement et la publicité

5379d5f96a4f7_IMG_2553
Aux Etats-Unis, le temps passé sur les applications se définit en 3 catégories qui sont les moteurs de recherche, les applications sociales et le divertissement.

Aujourd’hui, les marques ne cherchent plus à développer leur propre application si elle n’apporte rien dans ces trois domaines. Elles préfèrent désormais investir dans la publicité, la communication sur des applications forte avec une forte audience. Le marché de la publicité sur smartphone est aujourd’hui en plein boom. C’est pour cela que certains ne cherchent même plus à s’implanter sur le web comme par exemple Stootie ou encore Snapchat qui développe une offre dédiée aux marques pour la communication sur son application. Les marques doivent donc prendre en compte les applications comme un nouveau média dans l’e-pub et ne plus seulement penser au SMS marketing pour le son marketing mobile.

Aujourd’hui sur un marché des applications mature, en France ou aux U.S.A, la tendance est à la différenciation, les applications doivent désormais répondre à un réel besoin, proposer une expérience particulière pour donner envie aux utilisateurs de smartphone de la télécharger mais aussi d’en être un utilisateur fidèle. Pour cela, la majorité des applications qui se développent aujourd’hui tendent à devenir sociales ou tournent autour de jeux vidéos.

Les prévisions pour 2018 en Europe

« Le secteur des applis est l’un des domaines de l’économie numérique où l’Europe est vraiment à la pointe », s’est réjouie la commissaire européenne chargée des Nouvelles technologies, Neelie Kroes, dans un communiqué.

Selon une étude réalisée pour la Commission européenne et publiée en Février 2014, le secteur européen des applications mobiles pourrait contribuer à hauteur de 63 milliards d’euros à l’économie de l’Union Européenne d’ici à 2018, contre 17,5 milliards aujourd’hui.
Cette étude démontre également que ce marché européen pourrait également être à l’origine de la création de 4,8 millions emplois contre 1,8 million actuellement.
Cependant, l’Europe manque de personnel qualifié et formé dans ce domaine notamment pour des postes de développeurs… mais les entreprises peinent aussi à suivre la concurrence américaine pour les salaires de ses employés.
Ces prévisions sont réjouissante pour l’Europe mais il reste encore beaucoup de travail pour permettre aux sociétés européenne de pouvoir concurrencer leurs homologues Américains ou Asiatiques.

Le marché des applications a encore de beaux jours devant lui surtout avec le développement de la publicité mobile qui ne cessent de grandir. Mais l’Europe sera t-elle capable de suivre le rythme de ses concurrents ?

Dimitri Marié – @dimitrimarie

Publicités

8 réflexions sur “Le marché des applications mobiles en pleine évolution !

  1. Pingback: Kubb : révolution informatique ou simple feu de paille ? |

  2. Pingback: Le marketing digital et ses tendances en 2015 |

  3. Pingback: En 2014, Android passe le milliard de smartphones vendus ! |

  4. Pingback: CamPark : Arrêter de chercher, trouver une place libre en ville ! |

  5. Bonjour,

    Avez-vous des liens vers les études d’Harris Interactive et de la Comission Européenne que vous citez dans cet article ?

    Très intéressant, merci

  6. Pingback: Facebook In-app Search, le futur cauchemar de Google ? |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s