Expo Wave : la disparition des « frontières », utopie ou vision d’avenir ?

Mardi dernier, nous étions à l’inauguration presse de l’exposition Wave : quand l’ingéniosité collective change le monde, que nous vous avions présentée en juin dernier. L’événement organisé par la BNP Paribas a pris place à La Villette le 10 septembre dans un pavillon spécialement aménagé pour l’occasion et fermera ses portes le 5 octobre 2014.

WAVE La Villette 3collaboractifs

Si les différents acteurs impliqués ont présenté la révolution qui se présente dans notre société, matérialisée par différents mouvements d’ingéniosité collective (économie inclusive, co-crétion, mouvement des makers, économie du partage et économie circulaire), Navi Radjou, commissaire de l’exposition a fait ressortir un point clé : la tendance actuelle est à la disparition des frontières !

Géographiquement, les pays du « nord » ne sont plus les seuls moteurs

« L’imagination et l’innovation se font dans les pays émergents », la phrase est de Navi Radjou. L’idée qui se cache derrière cela s’est matérialisée par les nombreuses photos d’initiatives entrevues aux quatre coins du monde.

Prenons l’exemple du système de paiement par mobile qui a été développé au Kenya : M-Pesa. 80% de la population n’a pas accès à l’électricité alors que 90% des habitants possèdent un téléphone mobile. Pour faciliter les transactions, l’application mobile s’est donc imposée comme une évidence. Le système a permis de faciliter la vie à beaucoup de monde. Citons le révérend Sammy Wainaina, de Nairobi au Kenya, qui a décidé d’utiliser le moyen de paiement M-Pesa pour faire la quête dans son église (la « All Saints Church » qui est l’une des plus anciennes églises anglicanes de la ville). Une façon de faire qui pourrait presque choquer si c’était le cas dans notre société occidentale, tant nous sommes habitués à nos systèmes de monnaie (billets et pièces) et paiement par carte.

Il est clair que l’ingéniosité et la créativité se font plus importantes quand le besoin se fait très présent. Des conditions que l’on retrouve dans des pays du « sud », avides de combler l’écart qui les sépare des pays les plus développés. Pour que tout le monde puisse profiter de tous ces cerveaux en ébullition, Navi Radjou suggère que « nous devons passer d’un monde polycentrique à un monde intégré de cocréation ».

M-Pesa 3collaboractifs

Le monde de l’entreprise tend vers des chaînes de valeur hybrides

Autre idée qui est de plus en plus développée au sein des entreprises : la cocréation. Bien sur créer le besoin fait partie du quotidien de notre économie, mais qui est mieux placé que le consommateur lui-même pour définir son besoin ? C’est la plateforme américaine Quirky, que nous vous avions déjà présenté qui est le plus avancé dans le domaine : chacun de nous peut y déposer son idée qui est ensuite améliorée par les autres internautes. Plusieurs entreprises se sont déjà associées à Quirky comme Auchan en Europe et General Electric aux Etats-Unis afin de développer des produits plus adaptés au quotidien de leurs clients.

Ainsi les créateurs ne sont plus forcément les ingénieurs, même si ceux-ci conservent toute leur importance dans la conception finale. Ainsi « la liberté doit être prise, chacun doit faire sa part pour que l’épanouissement personnel devienne une plus-value pour notre société et pour les entreprises » souligne Navi Radjou, afin de « bâtir à terme des chaînes de valeur hybrides ».

L’âge et les origines sociales ne sont plus des entraves

La dernière idée qui a fuitée concerne nos préjugés et nos catégorisations sociales : « les enfants vont à l’école pour être les cerveaux de demain ! », « Mon dieu mais que va-t-on faire des handicapés qui ne pourront s’incérer dans le système !? ». Et si justement la jeunesse et le handicap n’étaient pas des faiblesses mais une force, beaucoup plus vivace que celles des cerveaux éduqués et donc « bornés » dans cette culture. Pablo Picasso disait lui-même qu’il avait passé sa vie à essayer de dessiner comme un enfant. Je pense que l’ingéniosité ne coupe pas à cette phrase, même si contrairement à la peinture elle aura besoin du cadre pour s’épanouir.

Deux exemples illustrent parfaitement l’idée. D’abord Jack Andraka, américain de 15 ans. Son fait d’arme ? Après avoir été très marqué par le décès de son oncle d’un cancer du pancréas, il effectue des recherches autour de la thématique et met au point une méthode de détection de la maladie. 5 minutes de test pour un coût de 5 centimes. S’il n’a pas inventé la façon de guérir ce cancer, Jack a tout de même développé une méthode plus fiable, plus rapide et moins coûteuse que toutes celles qui existaient jusqu’ici.

Jack Andraka 3collaboractifs

A plusieurs dizaines de milliers de kilomètres de Jack Andraka, au Danemark, l’entreprise Specialisterne (qui est présente dans 7 pays de la planète) recrute des personnes frappées d’autisme et particulièrement du syndrome d’Asperger pour proposer des services de tests de logiciels, contrôle qualité, traitement informatique et vérification de données. Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement parce que ces personnes développent des facultés d’attention au détail, de forte inclination pour les chiffres, et de concentration aux tâches répétitives bien plus élevées que d’autres personnes. Elles sont les meilleures dans ce domaine.

 

Vous l’aurez compris, qu’elles soient délimitées géographiquement, juridiquement par nos fonctions ou par les préjugés (âge, origine sociale et handicap), les frontières peuvent tendre à s’effacer.

Dans notre monde sans certitudes (qui en fait son réel intérêt) c’est l’envie de faire évoluer les choses qui fera de nous des êtres performants pour la société et pour le collectif. Comme le disait Gandhi : Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.

« Les réseaux sociaux font tomber les barrières nord/sud », nous disait également Navi Radjou mardi 9 septembre, « les dernières barrières sont mentales », alors sachons nous remettre en question rapidement pour construire le monde de demain TOUS ENSEMBLE.

Plus d’information sur le site de l’exposition : www.wave-innovation.com

Fabien Clouet   /   @FabienClouet

Publicités

Une réflexion sur “Expo Wave : la disparition des « frontières », utopie ou vision d’avenir ?

  1. Pingback: Solutions de paiement sur mobile : la guerre a déjà commencé ! |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s