Instacart, les courses à domicile de l’économie collaborative

Les supermarchés peuvent commencer à s’inquiéter. Instacart, jeune start-up de San Francisco créée  en janvier 2012 par Apoorva Mehta, ex ingénieur supplt-chain chez Amazon, arrive sur le marché et veut transformer la livraison de courses. L’entreprise qui emploie 55 salariés et compte environ 1000 livreurs indépendants dans 17 villes des Etats-Unis, développe un concept simple : mettre en contact les particuliers afin que ceux ayant la possibilité effectuent les courses pour les autres !

Instacart

Instacart fait du neuf avec du vieux grâce à l’économie collaborative

Grâce à l’appli mobile, il vous suffit de choisir votre grande surface et de sélectionner les produits que vous voulez. Votre commande est ensuite transmise à d’autres utilisateurs de la plateforme appelés « personal shopper » qui vont se charger de faire les courses à votre place. Ceux-ci sont rémunérés en fonction du nombre de commandes effectuées et du nombre d’articles commandés, même s’il faut considérer que « rémunérer » n’est pas le mot employé à juste titre, il signifierait que celui-ci est un employé de l’entreprise. Car si le personal shopper livre généralement les courses dans les 2 heures qui suivent les achats, il n’est en aucun cas un salarié d’Instacart. Les personal shopper sont des utilisateurs comme les autres. Encore un fonctionnement qui va faire grincer des dents les entreprises en place !

La grande distribution alimentaire évolue (encore)

Après les chauffeurs de taxi qui font la grève contre les véhicules de tourisme avec chauffeur, dignement représentés par la société Uber, c’est une autre sphère professionnelle qui est attaquée par l’économie collaborative, celle de la livraison à domicile. Mais si Instacart progresse dans le domaine, il faut toutefois noter que l’entreprise n’est pas la seule venue sur ce marché. De nombreuses entreprises proposaient déjà de faire ses courses en ligne et de les livrer à domicile. FreshDirect et PeaPod étaient les pionniers et ont été rejoint par des groupes au pouvoir beaucoup plus élevé : Amazon Fresh et Walmart, sans oublier Google et son service Google Shopping Express qui est étendu à des magasins plus variés, pas seulement les grandes surfaces alimentaires.

Je vois d’un coup poindre votre interrogation sur la capacité d’Instacart à percer dans cet environnement hyper concurrentiel où les multinationales ont déjà posé leurs griffes. Et bien ça paraît assez simple : une domination par les coûts pour l’instant. La start-up américaine facture 3,99$ la livraison ou 99$ l’abonnement annuel. A côté de cela, les concurrents qui s’appuient sur des systèmes de livraison très organisés proposent des tarifs de 299$ l’année pour Amazon Fresh, 10$ la livraison pour Walmart, et 4,99$ la livraison pour Google.

La vague « sharing economy »

Mais au-delà des tarifs c’est également la vague « économie collaborative » qui permet à Instacart de percer et de se développer rapidement. Car si les personnel shopper effectuent un travail, ils restent initialement des utilisateurs du site : adeptes de la consommation entre particulier !

La tendance de fond correspond à plus d’humanité. Si l’on se prend au jeu de la caricature, on peut dire que pour un service quasi identique, les grandes entreprises représentent une rationalisation extrême du service pour un gain de temps au service d’une société toujours plus libéralisée ; alors qu’à côté de cela la start-up de l’économie collaborative fait gagner du temps aux gens en participant à l’amélioration des échanges humains mis à mal par le tout connecté du web !

Il s’agit bien d’une caricature oui ! Mais pour combien de temps l’économie collaborative bénéficiera de cette image positive permettant aux start-up naissantes de rivaliser avec des entreprises au pouvoir beaucoup plus élevé ? C’est une autre question !

Les grandes surfaces françaises peuvent trembler pour leurs services « Drive », ils seront très bientôt mis à mal. Amazon Fresh devrait débarquer en France cette année ! En attendant Instacart ?

Fabien Clouet

(Merci à Florian pour la thématique d’aujourd’hui !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s