Découvrir la sharing economy avec « Global Partage »

global_partage

Canal + a diffusé il y a dix jours le documentaire  Gobal Partage pour répondre à la question l’économie collaborative: qu’est ce que c’est ?

Retrouvez la présentation du documentaire et les interviews des acteurs de la sharing economy

Je propose de revenir avec vous sur le contenu du reportage pour vous présenter les différentes formes de partage à travers le monde qui modifie les codes

Un présentateur légitime : Antonin Léonard

Tout d’abord, il faut saluer l’idée de la production du documentaire de sélectionner un présentateur connu et reconnu des acteurs du monde de la sharing economy. De plus, Antonin Léonard est présent depuis plusieurs années dans ce monde de l’économie collaborative et a développé une manière de vulgariser certains aspects de ce système pour l’expliquer au grand public.
Même si ce n’est pas un reporter aguerri, on sent à travers sa présentation qu’il prend du plaisir à nous présenter la nouvelle économie et ses acteurs. Il est donc parfait pour transmettre l’énergie et les connaissances nécessaires pour comprendre et donner l’envie au public d’adhérer à ce nouveau fonctionnement de la société.

L’économie collaborative à travers le monde

Le documentaire nous emmènes à Paris, Manchester, Grenoble ou San Fransisco découvrir différentes formules de l’économie collaborative. Nous découvrons ainsi, le système du Woofing qui consiste à aider un agriculteur à réaliser son travail habituel pour en contrepartie être nourrit et logé chez lui. Le Woofing permet donc à certaines personnes de n’avoir aucune dépense pour découvrir certains pays et fournit à l’agriculteur une main d’œuvre gratuite.
Ensuite, le documentaire nous propose de nous sensibiliser à l’essor des cours gratuits collaboratifs. Il existe donc différentes formules de cours gratuits, tout d’abord, Coursea qui propose des cours gratuits en ligne donné par des professeurs du monde entier et même d’HEC, Standford, etc… Ensuite, Trade school organise à Paris des rencontres de sa communauté pour permettre à chacun de proposer un cours en particulier (couture, cours de guitare, etc…) et aux autres de les suivre. Trade school a pour but de permettre à chacun d’apprendre mais également de rencontrer de nouvelles personnes dans le monde réel.
Antonin Leonard nous emmène à la rencontre d’un acteur important du crowdfunding en France, KissKiss BankBank qui vient également de lancer hellomerci. KissKiss BankBank propose principalement aux internautes de financer des projets culturels, tandis que Hellomerci tend à encourager les internautes à financer des projets de toutes sortes.
Puis, nous découvrons également des regroupements d’acteurs de la sharing economy ainsi que des médias spécialisés dans ce domaines comme Shareable ou bien OuiShare dont un des fondateurs est le présentateur.
Ensuite, le programme nous révèle des systèmes visant à casser les codes de la société tels que Liftcar qui permet à un conducteur lambda aux Etats-Unis de devenir une alternative aux taxis. Aujourd’hui, ce système peut être perçus comme de la concurrence déloyale mais il vise à casser les codes pour modifier la consommation.
Une autre formule découverte est le troc entre personnes avec My Recycle Stuff qui organise des vides greniers pour permettre à sa communauté d’échanger des objets et toujours de se rencontrer dans le monde réel.

Enfin, je voulais vous parler d’une certaine façon de faire de l’économie collaborative mise en place dans une petite ville d’Angleterre. Les habitants ont décidé de faire pousser des fruits et légumes sur toutes les parcelles de terrain de la ville. Au lieu d’avoir des jardiniers spéciaux dédiés à ces travaux, ce sont les habitants qui travaillent les terrains et chacun peut cueillir ce qu’il veut quand il veut.

L’impression 3D: le partage de savoirs

« Global partage » évoque également la nouvelle formule de collaboration autour de l’impression 3D dans les FabLabs. Le principe est simple, chaque personne ayant une idée désirant la matérialiser peut avoir avoir accès à des outils de nouvelles technologies pour développer son idée. En contrepartie, chaque inventeur fait bénéficier de sa technologie, de ses brevets à tout le monde. Pour exemple, un inventeur américain a bénéficié des technologies d’une FabLabs pour construire une maison totalement écologique. En contrepartie, chaque personne a accès à ses plans et les systèmes de fabrication de la maison, pour faire plus simple, chaque personne peut construire la même maison lui même.

A travers tous ces exemples, nous comprenons mieux le fonctionnement de la sharing economy qui fonctionne comme une banque du temps où chacun donne de son temps pour aider une « communauté » pour en contrepartie pouvoir bénéficier du temps des autres.
Malheureusement, il est difficile de comprendre, même à la suite de ce documentaire comment certaines entreprises peuvent gagner de l’argent même si la plupart se basent sur des commissions lorsqu’il y a échange d’argent mais pour celles basées sur l’entraide ou le troc, les business models restent flous.

Dimitri Marié

Publicités

Une réflexion sur “Découvrir la sharing economy avec « Global Partage »

  1. Pingback: Stootie, la start-up qui fait décoller le service de proximité ! |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s